AIP Des cours de vacances gratuits pour plusieurs centaines élèves à Aboisso AIP Les planteurs d’hévéa d’Oumé encouragés à produire malgré la chute du prix AIP Le guichet emploi jeunes du Hambol ouvert à Katiola AIP La DGI réalise une recette de plus 1000 milliards F FCA au premier semestre 2019 AIP Des campagnes de sensibilisations envisagées pour inculquer la culture de l’impôt aux populations ACP Inauguration d’une borne fontaine à Ngomba Kikusa, dans la commune de Ngaliema AIP Le match SOA-WAC pour le top départ du championnat de ligue 1 AIP La Côte d’Ivoire sera présente à Rabat avec 61 athlètes AIP La date limite du dépôt des dossiers de demande d’agrément d’achat de café-cacao prorogée (Communiqué) ACP Les réformes entreprises par le gouvernement au centre de la 5ème édition du forum Sultani Makutano

Bulletin de l’actualité économique européenne


  12 Février      19        Bulletin d'info économiques africaines (260),

   

Bruxelles, 12/02/2019 (MAP) – Voici le Bulletin de l’actualité économique européenne pour la journée de mardi 12 février 2019:
Belgique:
– Le groupe international d’audit « EY » s’apprête à créer à Bruxelles une nouvelle entité juridique chapeautant ses filiales dans l’Union européenne et leurs 3.500 associés, rapportent mardi des médias belges.

La société pivot européenne du groupe international « EY » quitte ainsi Londres pour s’établir à Bruxelles par crainte d’un Brexit sans accord.

« Après une analyse approfondie, EY a choisi Bruxelles comme lieu d’établissement pour sa société pivot européenne, vu que la Belgique est un État attaché à l’Union européenne, parce que de nombreuses institutions européennes ont leur siège à Bruxelles et parce que le cadre réglementaire y est stable », explique Rudi Braes, vice-président d’EY Europe, Moyen-Orient et Afrique.

La société faîtière internationale, EY Global, reste cependant établie à Londres, tout comme la société pivot « EY EMEIA » qui regroupe les divisions Europe, Moyen-Orient, Inde et Afrique.

France:
– La croissance économique devrait progresser de 0,4% en France au premier trimestre, à la faveur notamment d’une embellie dans le secteur du bâtiment, selon une première estimation dévoilée lundi par la Banque de France.

Cette hypothèse, conforme à la prévision de l’Insee, est en hausse par rapport au chiffre du quatrième trimestre 2018 (+0,3%), pénalisé en partie par le mouvement des « gilets jaunes ».

Ce léger rebond, a été expliqué par la banque de France, par la hausse des demandes dans le secteur du bâtiment et par l’amélioration des perspectives dans l’industrie et les services.

Depuis les Emirats Arabes Unis où il participait au forum international de Dubaï, le ministre français de l’économie et des finances, Bruno le maire, s’est réjoui du « niveau de croissance qui reste solide malgré les incertitudes européennes et mondiales ».

Dans son projet de loi de finances, le gouvernement a prévu une croissance de 1,7%. Mais M. Le Maire a récemment laissé entendre que cet objectif pourrait être raboté, en raison du ralentissement économique mondial.

Italie:
– Les producteurs de lait de Sardaigne ont déversé lundi des litres de lait sur une route depuis un pont dans la commune d’Ozieri, dans le centre de l’île pour dénoncer la chute du prix du lait.

Samedi et dimanche, plusieurs milliers de producteurs de lait italiens avaient clamé leur colère en Sardaigne, en déversant des centaines de litres sur la chaussée.

Ils entendaient ainsi dénoncer la chute des prix, dont ils rendent responsable la grande distribution. Les discussions engagées entre les deux parties n’ont encore rien donné de concret.

Suisse:
– Les travailleurs suisses reçoivent les salaires les plus élevés d’Europe, y compris lorsqu’ils sont ajustés des impôts et du coût de la vie, a indiqué lundi le cabinet Willis Tower Watson, spécialisé dans le secteur du courtage en assurances et du conseil.

Autant les jeunes salariés diplômés d’universités que les cadres moyens se situent en tête du classement publié dans le Global 50 Remuneration Planning Report de Willis Tower Watson.

En Suisse, un jeune diplômé gagne en moyenne un salaire annuel de 88.498 dollars, contre 63.007 dollars pour son homologue du Luxembourg et 61.355 dollars pour un Danois. L’Allemagne suit en cinquième position et la France en 12e place.

Le classement est quasiment identique pour les salaires ajustés des impôts et du coût de la vie. Les jeunes diplômés se retrouvent néanmoins en seconde position avec un salaire apuré de 58.530 dollars, derrière le Luxembourg qui affiche une rémunération de départ de 58.865 dollars. La Confédération précède l’Allemagne et la France reste en 12e position.

En matière de salaires ajustés des cadres moyens, la Suisse reste le leader en Europe avec 97.609 dollars, devant le Luxembourg (96.005 dollars) et l’Allemagne (82.277 dollars). Dans ce calcul, la France remonte en septième position.

————————————–

– La Bourse suisse a ouvert en hausse mardi, continuant sur sa lancée positive de la veille.

A 09h05, le SMI (principal indicateur de la bourse suisse) gagnait 0,34% à 9099,06 points, tandis que le SLI progressait de 0,41% à 1403,79 points et le SPI de 0,36% à 10’638,68 points. Toutes les 30 valeurs vedettes affichaient des gains.

En tête se trouvaient Adecco (+1,2%), Julius Bär (+1%) et Swisscom (+1%).

Les valeurs du luxe Richemont et Swatch (+0,8% chacun) restaient juste au pied du podium. Un de leurs concurrents, Kering, a annoncé une année 2018 en forte croissance avec des ventes qui progressent de 26% à 13,6 milliards d’euros.

Les poids lourds Novartis, Roche et Nestlé (+0,3% pour les trois) se tenaient dans un mouchoir de poche.

Credit Suisse (0,5%) a vu son objectif de cours abaissé par Goldman Sachs qui a recommandé à l’achat. L’autre valeur bancaire UBS fermait le peloton (0,1%).

Portugal:
– Le ministre portugais des Finances, Mario Centeno, a déclaré devant le Parlement que le déficit budgétaire de 2018 était de près de 0,6% du Produit intérieur brut (PIB).

« Nous enregistrons le déficit le plus bas » depuis ces dernières années de la législature, a déclaré Centeno lors de son intervention à l’audience de la commission du budget et des finances.

En 2017, le déficit était de 3% du PIB, incluant la recapitalisation de la Caisse générale des dépôts, sans laquelle il aurait été de 0,9%, selon ce responsable.

En ce qui concerne la dette publique, Centeno a indiqué qu’elle se situait à la fin de décembre dernier à 121,4% du PIB.

Espagne:
– L’économie espagnole a amélioré sa compétitivité, au quatrième trimestre de 2018, par rapport à l’OCDE et à la zone euro, selon l’Indice de la tendance de la compétitivité (ITC) publié lundi par le ministère espagnol de l’industrie, du commerce et du tourisme.

L’Espagne a ainsi gagné 0,5% en compétitivité, durant cette période, par rapport aux pays membres de l’OCDE, en raison de l’évolution modérée de ses prix et de la légère appréciation de l’euro par rapport aux principales devises de cette zone, précisent des données de l’ITC calculé à partir de l’indice des prix à la consommation (IPC).

En revanche, par rapport à l’UE-28, la compétitivité du pays ibérique a diminué (l’ITC a augmenté de 0,1%), en raison de l’appréciation de l’euro par rapport aux monnaies des pays de l’UE n’appartenant pas à la zone euro, tandis que que l’indice des prix à la consommation a été réduit de 0,3%.

————————

– L’indice Ibex 35 de la bourse de Madrid a terminé la séance de lundi sur une hausse de 0,9% à 8.936,4 points, porté par la reprise du dialogue sur le commerce entre la Chine et les États-Unis.

Les plus fortes hausses de l’indice d’actions madrilène ont été enregistrées par CaixaBank (+2,49%), Ence (+2,43%), Mediaset (+2,41%), Siemens Gamesa (+2,24%), Viscofan (+2,19%), ACS (+1,84%), CIE Automotive (+1,81%) et Inditex (+1,74%).

Parmi les valeurs qui ont clôturé dans le rouge figurent Meliá (-5,74%), ArcelorMittal (-1,19%), Red Eléctrica (-0,94%), Mapfre (-0,83%), Acciona (-0,39%), Merlin Properties (-0,22%) et Colonial (-0,11%).

Les autres places européennes ont également terminé la séance dans le vert, avec des hausses de 0,82% pour Londres, 0,99% pour Francfort et de 1,06% pour Paris.
Grande Bretagne:

– Le gouvernement britannique fait face à des appels en faveur d’un nouveau régulateur économique pour protéger l’accès des consommateurs à l’argent liquide.

Ces appels interviennent à la suite de plusieurs défaillances informatiques des banques et des milliers de fermetures de guichets automatiques et de succursales à travers le Royaume-Uni.

L’argent liquide demeure toujours utile pour plus de 25 millions de personnes au Royaume-Uni, a souligné le groupe de consommateurs « which? Money » qui fait campagne pour la création d’un organisme de réglementation qui soit amené à garantir un accès continu à l’argent liquide, notant que les fermetures combinées de distributeurs automatiques de billets et de succursales ont laissé des personnes en difficulté pour payer leurs biens et services essentiels.

« Nous sommes sérieusement préoccupés par le taux alarmant de fermetures de guichets automatiques et de succursales bancaires, ce qui risquerait de laisser les gens confrontés à une bataille ardue pour accéder à l’argent liquide dans leurs comptes », a déclaré la directrice générale de « Which? Money », Jenni Allen.

« L’argent est également une sauvegarde vitale alors que les paiements numériques faillibles gagnent en popularité. Le gouvernement doit donc nommer un régulateur pour superviser ces changements et veiller à ce que personne ne soit exclue et ne se démène dans sa vie quotidienne », a-t-elle ajouté.

Environ les deux tiers des succursales bancaires britanniques ont fermé leurs portes au cours des 30 dernières années, dont environ 3.300 ont fermé depuis 2015 seulement. Cela a laissé un cinquième des ménages à plus de trois kilomètres de leur banque la plus proche.

Allemagne:
– Le gouvernement allemand fait face à un déficit de 24,7 milliards d’euros jusqu’en 2023 en raison d’une forte augmentation des dépenses et d’une baisse des recettes fiscales, selon des informations de presse.

Citant un communiqué du ministre des Finances, Olaf Schultz, le journal allemand Bild indique que ce montant comprend les fonds alloués à la crise des réfugiés, qui s’élève actuellement à 35,2 milliards d’euros, précisant qu’une réduction des recettes fiscales entraînerait un déficit d’environ 5 milliards d’euros par an.

La même source fait état de forts avertissements au sujet des dépenses supplémentaires lors d’une réunion tenue la semaine dernière avec des représentants d’autres ministères, en raison de la forte inflation survenue récemment dans l’appareil administratif du gouvernement, qui passera de 31 milliards d’euros en 2016 à plus de 35 milliards d’euros en 2020.

Dans la même catégorie