AIB Le gouvernement réfléchit sur une feuille de route pour lutter contre l’extrémisme AIB Burkina : La télévision nationale ne peut résister à la concurrence (mémoire) APS La cohésion sociale et la stabilité ont été préservées (Mamadou Talla) APS Fatick : incinération de faux médicaments et du chanvre indien APS L’accompagnement des jeunes au menu de la 43ème assemblée du clergé APS Fatick : de la drogue et d’autres produits illicites parfois saisis sur des véhicules administratifs et agents de l’etat (cheffe) APS le G7 réaffirme son engagement et sa disponibilité en faveur d’un dialogue social de qualité APS Négociations avec les enseignants : Mamadou Talla s’engage à respecter « ses’’ engagements AGP Boké : le Consortium SMB-Winning indemnise 102 personnes à plus de 8 milliards GNF AGP Conakry/Vers les élections législatives 2019 : les acteurs du comité inter-parties (CIP) en conclave

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


  16 Juillet      23        Environnement/Eaux/Forêts (1251),

   

Dakar, 16/07/2019 (MAP)- Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du mardi 16 juillet :

RDC :

–Les changements climatiques et le développement durable en République démocratique du Congo (RDC) et en Afrique sub-saharienne ont été au centre d’un atelier, organisé le weekend dernier à Kinshasa, rapporte la presse locale

Les participants à cet atelier ont relevé que les changements climatiques figurent parmi les menaces les plus redoutables pesant sur le développement durable en Afrique, bien que ce continent compte moins de 4 d’émissions des gaz à effet de serre, et dont les pays sont à l’échelle mondiale parmi les plus vulnérables à ces changements.

Selon le Pr Taba, expert du Centre d’appui au développement intégral/Mbakana (CADIM), une ONG de droit congolais, cette vulnérabilité est due à des pressions multiples associées à des faibles capacités d’adaptation, notamment la situation géographique des nombreux pays africains qui se caractérise par un climat déjà chaud, avec des économies largement exposées par les effets directs et indirects de changements climatiques en raison de la pauvreté généralisée.

Nigeria :

–Des recherches menées par l’Université des Nations unies montrent que 60.000 tonnes de déchets électroniques entrent au Nigéria chaque année par le seul port de Lagos.

Cette quantité de déchets électroniques pourrait augmenter dans les prochaines années, avec le contexte actuel marqué par le refus « catégorique » des pays asiatiques de continuer à accueillir les déchets des pays occidentaux. Ces derniers pourraient se mettre en quête de nouvelles destinations pour leurs déchets.

Selon la National Environmental Standards and Regulations Enforcement Agency (Nesrea), quelque 270.000 tonnes de déchets électroniques sont arrivées dans le pays en 2017, soit une augmentation de 170 % par rapport à 2009.

Dans la même catégorie