ACP Le ministre des Affaires sociales s’imprègne du fonctionnement du FNPSS en RDC ACP Une nouvelle attaque rebelle fait 12 morts à Djudju ACP Le regroupement politique AA/a Kutu soutient les actions diplomatiques du Chef de l’Etat ACP Le Président Félix Tshisekedi promet un meilleur partenariat aux hommes d’affaires wallons GNA Treat books as friends not enemies-Pupils told GNA NORSAAC trains stakeholders on revenue mobilisation GNA George Afriyie counts on support of clubs to succeed AIP Présentation officielle de la mutuelle autonome des enseignants ANGOP Marrocos apresenta-se com vila artística na Bienal ANG Falta de ação contra aquecimento global pode custar 20 bilhões de dólares por ano em ajuda humanitária

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


  19 Août      8        Environnement/Eaux/Forêts (1253),

   

Rabat, 19/08/2019 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du lundi 19 août:

 

Sénégal :

Les villes de Dakar, Saint-Louis, Mbour et l’île de Diogué dans la région de Ziguinchor sont les plus menacées par l’avancée de la mer au Sénégal, selon l’universitaire Ibrahima Ly qui intervenait, mercredi dernier, lors d’un panel sur la problématique de la gestion intégrée des zones côtières.

L’universitaire, qui faisait une présentation sur la gestion intégrée des zones côtières et la sécurité maritime, a répertorié des sites qui sont les plus menacés par la montée du niveau des eaux. Il s’agit d’une partie de la frange côtière à Dakar, Mbour, Saint-Louis, l’île de Diogué, au large de l’embouchure du fleuve Casamance.

«Il y a des sites qui demandent beaucoup d’attention. Il faut informer et sensibiliser les décideurs. Nous devons parler à ceux qui extraient du sable et collectent des coquillages pour les constructions», a affirmé le Pr Ibrahima Ly.

 

Côte d’Ivoire :

La Côte d’Ivoire s’est dotée, à ce jour, de la quasi-totalité des instruments de Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+), a annoncé à Abidjan, la directrice de cabinet adjointe du ministère de l’Environnement et du Développement durable, Nasséré Kaba.

Mme Kaba a fait cette annonce, mardi dernier à Abidjan, à l’ouverture d’un atelier international portant sur la conception des projets d’investissement REDD+ en Afrique, où elle représentait le ministre de tutelle Joseph Séka Séka.

Selon elle, les instruments de cette architecture portent sur une stratégie nationale REDD+ adoptée par le Gouvernement en 2017, un niveau de référence, un système national de surveillance des forêts et un système d’information sur les sauvegardes. « Ces outils dont leur opérationnalisation est attendue d’ici fin 2020 devront consacrer l’achèvement de la phase de préparation du mécanisme REDD+ en Côte d’Ivoire », a-t-elle assuré.

Dans la même catégorie