GNA NDC fails to elect female candidates in Upper West Region GNA Abdul Latif Dan wins NDC Ablekuma Central parliamentary primaries GNA Alexander Ackuako wins Bortianor- Ngleshie Amanfro Parliamentary primaries AIP Côte d’Ivoire/ Un cadre de l’ANRMP invite la jeunesse à persévérer pour réussir AGP Guinée-Administration : Coup d’assainissement au GHI-Novotel AIP Côte d’Ivoire/ Des « Chinois » de Biankouma célèbrent la mémoire de DJ Arafat AIP Côte d’Ivoire/ Des agents de l’état civil sensibilisés sur les nouvelles méthodes d’enregistrements de naissances et de décès à Bouna Bouna AIP Côte d’Ivoire/ Des jeunes formés aux métiers d’aide-soignante et en auxiliaire de pharmacie à Yamoussoukro GNA Four NDC parliamentary candidates in Ashanti elected unopposed GNA Akatsi South NDC retains Bernard Ahiafor as Parliamentary Candidate

Bulletin quotidien d’informations économiques africaines


  4 Février      44        Bulletin d'info économiques africaines (262),

   

Rabat, 04/02/2019 (MAP) – Voici le bulletin d’informations économiques africaines pour la journée du lundi 04 février :

Sénégal-Economie-Formation

Les programmes de formation proposés par les établissements sénégalais doivent se traduire par des profils plus adaptés aux nouveaux besoins de l’économie sénégalaise, a réaffirmé samedi le directeur général du Bureau opérationnel chargé du suivi du Plan Sénégal émergent (BOS-PSE), Ibrahima Wade.

« Quand nous avons une économie (…) en mutation » vers « une économie avec des nouveaux secteurs qui émergent et portent la croissance et le Produit intérieur brut (PIB), il est impératif que cela génère beaucoup d’emplois et pour cela, il faut des profils de formation qui s’adaptent aux besoins de l’économie », a souligné M. Wade lors d’un débat sur le thème « Au regard du niveau d’exécution des projets et réformes du PSE, la croissance économique est-elle viable ? ».

+++++

Sénégal-Agriculture-Prix

Le prix du kg de farine de blé au Sénégal a enregistré une baisse de 1,2%, en rythme mensuel, s’établissant à 390 FCFA (environ 0,663 dollar) au terme du mois de décembre 2018 comparé au mois précédent, a-t-on indiqué samedi auprès de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).

Sur le marché international, du fait, en partie, de la réduction des disponibilités exportables dans la région de la mer noire, les cours internationaux du blé se sont repris en décembre 2018.

En rythme mensuel, celui du blé tendre français a augmenté de 1,7%. En comparaison à 2017, il a aussi progressé de 17% en 2018.

+++++

Rwanda-Transport

La compagnie aérienne rwandaise, RwandAir, vient de signer un accord-cadre de partenariat avec la société mondiale de solutions technologiques Amadeus visant à améliorer et moderniser le système de services dédié aux passagers du transporteur aérien.

« Le partenariat avec Amadeus nous fournira des solutions de services de classe mondiale afin de mettre à niveau nos systèmes de réservation, de billetterie, de contrôle des départs et de commerce électronique, ainsi que nos systèmes de fidélisation », a déclaré Yvonne Manzi Makolo, directrice générale de RwandAir, citée lundi par des médias locaux.

Selon la responsable, cet accord constitue une étape clé dans la stratégie d’expansion de la compagnie aérienne qui vise à élargir sa flotte en 2019 et à desservir de nouvelles destinations en Afrique, aux Etats-Unis et en Chine.

Côte d’Ivoire-banques

Africaine de Bourse, Société de Gestion et d’Intermédiation du Groupe Attijariwafa bank dans la zone UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) est devenue « Attijari Securities West Africa ».

« Africaine de Bourse, Société de Gestion et d’Intermédiation (SGI) du Groupe Attijariwafa bank dans la zone UEMOA poursuit sa transformation et devient Attijari Securities West Africa (ASWA) », indique un communiqué de la Société ivoirienne de Banque (SIB), filiale d’Attijariwafa bank.

Un peu plus d’un an après le déménagement de l’entité dans de nouveaux locaux, le conseil d’administration d’Africaine de Bourse a décidé de la nommer désormais Attijari Securities West Africa (ASWA), afin de marquer son nouveau positionnement, selon la même source.

+++++

Côte d’Ivoire

Le secteur bancaire ivoirien a enregistré un total-bilan de plus de 12 000 milliards de FCFA au 31 décembre 2018, soit une progression de 14% par rapport à l’année dernière.

« Au 31 décembre 2018, le secteur bancaire a enregistré un total-bilan de plus de 12 000 milliards de FCFA, soit une progression de 14% par rapport à l’année dernière. Un total-emploi de 11 257 milliards de FCFA, soit 16% de progression, avec 7 107 milliards de FCFA de crédits à l’économie», annonce une note d’information du Trésor et de la comptabilité publique de Côte d’Ivoire.

Rendant compte d’une cérémonie de gratitude du ministre de l’économie et des finances, Adama Koné et des structures rattachées dont le Trésor public organisée vendredi à l’endroit du secteur bancaire ivoirien, cette note rapporte en outre qu’un « total-ressources de 10 050 milliards de FCFA, soit une progression de 12% » a été également enregistré en 2018.

+++++

Bénin-BM-coopération

La Banque mondiale (BM) a décidé d’octroyer 90 millions de dollars USD au Bénin pour aider le gouvernement à améliorer le développement humain.

Ce financement additionnel en faveur du Projet régional sur l’autonomisation des femmes et le dividende démographique dans le Sahel, représente un investissement important qui bénéficiera davantage aux communautés pauvres des zones rurales du Bénin, explique un communiqué de l’institution financière internationale relayé par des médias locaux.

« Il vise à soutenir la demande de services relatifs à la santé de la reproduction, de la mère, du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescente et la nutrition », indique le communiqué, notant que ce financement servira également à renforcer les capacités et à augmenter le nombre de personnels de soins qualifiés et la mise à disposition de produits essentiels, comme les contraceptifs, dans les zones les plus isolées.

+++++++++++

Ghana-Industrie

Le groupe ghanéen Hi-Limit Group va relancer l’industrie sucrière de Komenda au Ghana à travers un accord signé avec le ministère du Commerce et de l’industrie.

Financée par un prêt de la banque indienne, Exim Bank, pour 35 millions de dollars, l’usine, d’une capacité de 300 000 tonnes par an, s’est arrêtée quelques semaines après son inauguration. En cause principalement, l’insuffisance de matières premières, la canne à sucre, mais aussi un manque de fonds de roulement.

Dès novembre 2017, le nouveau gouvernement s’est attelé à relancer les activités de l’usine, le président Nana Akufo-Addo affirmant la nécessité de rechercher un investisseur. C’est donc chose faite avec le groupe Hi-Limit qui devrait investir 78 millions de dollars pour relancer l’usine et la culture de la canne à sucre.

+++++

Nigeria-Electricité

Le président nigérian Muhammadu Buhari a inauguré la centrale électrique indépendante d’Aba Power Limited Electric dans l’État d’Abia, au Sud-Est du Nigeria.

C’est la première compagnie d’électricité indépendante et intégrée du pays, qui comprend une centrale électrique alimentée au gaz de 141 MW, un gazoduc de 27 km et un service de distribution électrique tous exploités par Geometric Power.

+++++

Togo-Télécoms

La licence de Togo Télécom a été prolongé jusqu’à 2036. Pour le gouvernement togolais, c’est une décision stratégique qui vise à encourager le futur investisseur qui entrera dans le capital du groupe Togocom (groupe composé de Togo Télécom et de Togo cellulaire).

Ce renouvellement de licence permettra également à Togocom d’investir pour atteindre les objectifs fixés par la réorganisation des opérateurs publics. Cette transformation a débuté depuis juillet 2017 et est marquée aujourd’hui par l’ouverture du capital du groupe au secteur privé.

Burkina-textile-banques

Douze banques opérant au Burkina Faso ont signé une convention de financement de 52 milliards de F CFA avec la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX).

Ce crédit, octroyé à la SOFITEX, est destiné au financement de collecte, à l’achat du coton graine auprès des cotonculteurs, au transport et l’égrainage du coton graine dans les quinze usines d’égrainage et à l’évacuation de la fibre vers les différents ports d’embarquement.

La SOFITEX a bénéficié, le 24 janvier dernier, d’un appui de 65 millions d’euros (près de 43 milliards de F CFA) d’un pool international bancaire basé à Paris.

Le coton, qui nourrit près de 4 millions de personnes au Burkina Faso, est resté pendant longtemps le premier produit d’exportation avant d’être détrôné par l’or, il y a quelques années.

+++++

Burkina-emprunt-BRVM

L’emprunt obligataire du Trésor public du Burkina Faso « TPBF 6,50% 2018-2025 » a été coté, vendredi, à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM).

Cette cotation, qui se déroule sur le compartiment obligataire, vise pour l’Etat burkinabè à recourir au marché régional pour la mobilisation de ressources « complémentaires » en vue du financement du programme de développement du pays, indique-t-on à Ouagadougou.

Cette opération fait du Burkina Faso le troisième émetteur souverain de référence sur le marché (régional) après la Côte d’Ivoire et le Sénégal avec près de 570 milliards F CFA mobilisés à ce jour.

Le Trésor burkinabè a émis, du 18 octobre au 8 novembre 2018, un emprunt obligataire d’un montant de 75 milliards F CFA pour un prix de 10.000 F CFA l’obligation et une durée de sept ans, dont deux ans de différé. Le remboursement étant prévu par semestre.

+++++

Niger-alimentation

Le gouvernement nigérien a lancé, vendredi, le plan de réponse humanitaire 2019 pour venir en aide aux personnes en situation de précarité.

Ce sont quelque 383 millions de dollars US, soit plus de 200 milliards de F CFA, qui seront recherchés pour couvrir les besoins de 1,6 million sur un total de 2,3 millions de personnes vulnérables que compte le pays.

Le Niger est confronté depuis quelques années à une crise humanitaire occasionnée par une insécurité alimentaire et nutritionnelle, des catastrophes naturelles, des épidémies et les mouvements des populations à la suite des attaques des groupes terroristes.

Ce plan vise trois objectifs: renforcement de la protection de la population civile vulnérable, intervention d’urgence pour sauver des vies et amélioration de leurs conditions de vie. Il est élaboré pour couvrir une période de trois ans qui court à partir de 2019 avec le financement de 209 projets.

Dans la même catégorie