ANP Le ministre d’Etat ministre de l’agriculture et de l’élevage M.Albadé Abouba a annoncé le projet de création d’un Centre de Multiplication des Camelins dans la région d’Agadez ANP Quelques 900 millions de chinois ont accès à l’internet mobile (chercheur) ANP Les lycéens de la région de Tahoua retrouvent le chemin de l’école NAN AIDS: Int’l NGO calls for domestication of anti-stigma law by states NAN S. Africa, Nigeria working `progressively’ toward strategic fight against xenophobia, says Envoy APS REGAIN DE L’ACTIVITÉ DE PRODUCTION INDUSTRIELLE EN JUILLET (ANSD) GNA 31st edition of 2nd cycle Inter-regional sports festival kick starts GNA Teenage Pregnancy drops in Adaklu District GNA Youth urged to take education, skills training serious GNA Religious bodies must preach against corruption – Most Rev. Boafo

Côte d’Ivoire / La nouvelle politique de préservation des forêts présentée aux coopératives agricoles d’Arrah


  20 Avril      23        Agriculture (797),

   

Bongouanou, 20 avr (AIP) – Le cantonnement forestier d’Arrah a invité jeudi les responsables des coopératives agricoles du département d’Arrah à une séance d’échanges et de formation sur la nouvelle politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts (PPREF) et aussi sur la technique de l’agroforesterie.

Le chef du cantonnement d’Arrah, Soro Kazana a présenté à l’occasion les avantages de l’agroforesterie.

Il a souligné le fait que selon le nouveau code forestier l’État n’est plus le seul propriétaire de la forêt mais que le planteur en est également propriétaire.

Le chef de cantonnement a expliqué la méthode agroforestière selon le modèle de Mondelez (cacao culture) qui consiste notamment à mettre, sur un hectare de parcelle, des arbres forestiers sur le premier rang, les bois d’œuvre sur le deuxième rang, sur le troisième rang les bois de production fruitière et sur le quatrième rang les espèces médicinales.

« Tout cela est avantageux pour le planteur qui profite de son cacao, mais aussi du bois d’œuvre et du bois fruitier. L’agriculture étant la première destructrice de la forêt il faut qu’elle soit désormais l’amie de la forêt » a conclu M. Kazana.

Dans la même catégorie