NAN Buhari inaugurates 2020 Armed Forces Emblem with N10m donation ANP Le Niger se dote d’une loi réprimant les infractions relatives au commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction AIP De nombreux accidents dans les rues d’Issia liés à l’âge des conducteurs (Comité) Issia_Comité départemental de sécurité AIP La secrétaire d’État auprès du ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant aux côtés des sinistrés de Grand-Bassam MAP Académie du Royaume du Maroc : Exposition sur « Trésors de l’Islam en Afrique. De Tombouctou à Zanzibar », du 17 octobre au 25 janvier à Rabat AIP Un programme d’accélération des start-ups bientôt déployé en Côte d’Ivoire AIP Des cadres de l’Economie numérique et de la Poste se forment aux enjeux de la digitalisation Initiateur du séminaire de formation de 2 jours à Abidjan au profit des cadres de son département NAN Kano Hisbah to partner with Blind association to reduce street begging GNA Market Africa to the world GNA Wa Airport opens for commercial flight operations

DES PROJETS DE TERRAIN ISSUS DE L’APPEL A PROPOSITION DU PATAE LANCES


  19 Septembre      21        Agriculture (848), Economie (6833),

   

Lomé, 19 sept (ATOP) – Un atelier national de projets de terrain issus de l’appel à proposition du « Projet d’appui à la transition Agro écologique en Afrique de l’Ouest (PATAE) » a été lancé le mercredi 18 septembre à Lomé. C’était en présence des représentants des services publics, de la profession agricoles, des ONG, des OSC, ceux des organisations internationales impliquées ainsi que des membres des collectivités.
Cette rencontre est organisée par le ministère de l’Agriculture, de la Protection Animale et Halieutique en partenariat avec l’Agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation (ARAA) de la commission de la CEDEAO à travers l’appui financier de l’Agence française de développement (AFD). Elle a pour but de permettre aux participants de s’approprier le contenu du projet, afin de garantir sa mise en œuvre.
L’objectif est d’améliorer les performances des exploitations agricoles familiales pour la sécurité alimentaire et l’accroissement des revenus et une meilleure résilience aux changements climatiques en favorisant des processus de prévention et restauration de l’état des écosystèmes cultivés et naturels. Il s’agit d’accompagner la transition agro écologique en Afrique de l’Ouest et de favoriser l’émergence, l’adoption et la diffusion de pratiques agricoles écologiquement intensives dans les exploitations familiales ainsi que la promotion des modes de gestion et d’organisation favorisant cette adoption.
Les participants ont suivi des présentations sur les objectifs, les résultats attendus, les indicateurs et sur la stratégie de la mise en œuvre des projets de terrains  PATAE. Ils ont pris connaissance des trois projets retenus pour le Togo; discuter des aspects du projet sur lesquels les activités devraient mettre l’accent pour atteindre efficacement les objectifs fixés, puis amender la liste des cadres de concertation sur l’agro-écologie au Togo , le tout suivi d’un débat.
Le PATAE regroupe cinq pays de l’Afrique de l’Ouest, à savoir, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal et le Togo. Il est échelonné sur 4 ans et est composé de 15 projets de terrain dont 3 pour chaque pays. Au Togo, les 3 projets sont : le projet d’appui à la consolidation et à la mise à l’échelle des pratiques agro écologiques dans les régions des Plateaux et Centrale (ProCEPA) ; le projet de promotion des exploitations familiales agro écologiques productrices du maïs et du soja pour des revenus durables dans la région des Plateaux au Togo (PEFARD-Togo) et celui d’intensification durable des pratiques agro écologiques dans la région des Savanes sont inscrits dans la composante 3 du PNIASAN.
Le directeur de cabinet du ministère en charge de l’Agriculture, M. Konlani Dindiogue a exprimé sa gratitude au chef de l’Etat pour son implication dans l’évolution de l’agriculture au Togo et remercié les partenaires pour leurs multiples efforts à l’aboutissement de ce projet. Il a affirmé que le secteur agricole demeure un levier essentiel de la création de richesses et d’emplois et par conséquent indispensable au développement du pays. Selon lui, l’agro écologie permet de garantir la sécurisation de la terre et des ressources naturelles, de sauvegarder et valoriser la biodiversité des semences paysannes. « Le PATAE s’inscrit dans la mise en œuvre de la politique commune. Il vise ainsi à stimuler le développement de pratiques innovantes qui optimisent la mobilisation des processus écologiques dans le domaine de la production agricole et de la sécurité alimentaire dans la zone CEDEAO », a-t-il ajouté. M. Konlani a également précisé que des conditions portant sur la loi d’orientation agricole, la disponibilité de financement et l’organisation intersectorielle autour de l’activité agricole viendront consolider la mise en œuvre du PNIASAN.
Pour le correspondant national du PATAE, Téziké Madadézi, le besoin énorme d’utiliser les pratiques culturales qui respectent l’environnement va promouvoir la production agricole et permettre une opportunité pour les pays africains de lutter contre l’insécurité alimentaire. Il a fait savoir que les projets retenus au Togo sont des cas pilotes qui va permettre de mettre à l’échelle les initiatives de bonnes pratiques culturales au niveau régional.
Le chef division technique de l’ARAA, Dr Bilgo Ablassé a relevé qu’avec le changement climatique et ses conséquences, ARAA a la charge d’opérationnaliser la politique agricole de la CEDEAO à travers la sélection dans l’espace CEDEAO d’opérateurs qui ont des capacités pour mettre en œuvre des projets et programmes concrets. Ainsi, disait-il, la CEDEAO a bénéficié du financement de l’AFD pour promouvoir les bonnes pratiques en matière de transition agro écologique en Afrique de l’Ouest.

ATOP/SED/AAA

Dans la même catégorie