AIP Les populations de trois villages de Bonoua s’engagent à lutter contre l’insalubrité APS MATAM : DU MATÉRIEL D’IRRIGATION AUX FEMMES DE NGUIDJILONE AMI La Mauritanie préside les travaux de la 43ème session du conseil des ministres arabes de la jeunesse et des sports AGP PR felicita homólogo de Cabo Verde pela independência AGP PR felicita homólogo de Cabo Verde pela independência ANGOP Covid-19: Angola regista mais sete novos casos positivos AGP Tougué/Santé : 30.708 enfants concernés par la campagne anti-paludisme saisonnier. AGP Guinée-Covid-19 : 34 décès recensés sur 5.570 cas positifs au coronavirus AGP Guinée-Société : Près de 150 guinéens rapatriés du Sénégal, regagnent Conakry AIP Didier Drogba fait citoyen d’honneur de la ville de Bouaké

La place de l’Afrique dans le PIB mondial est passée de 1% en 2001 à plus de 4% en 2014 (PM ivoirien)


  31 Mai      24        Sustainable Development (266),

   

Abidjan, 31/05/2018 (MAP) – La place de l’Afrique dans le Produit intérieur brut (PIB) mondial est passé de 1% en 2001 à plus de 4% en 2014, a indiqué, jeudi à Abidjan, le premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly.

« Les pays africains en général et l’Afrique de l’ouest en particulier, ont entamé une dynamique de croissance forte et soutenue. La place de l’Afrique dans le PIB mondial est passé de 1% en 2001 à plus de 4% en 2014 », a indiqué le chef du gouvernement ivoirien dans un discours d’ouverture lors d’un séminaire régional sur la compétitivité en Afrique de l’ouest.

Organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI) et le World Economic Forum autour du thème « Compétitivité en Afrique de l’ouest : État des lieux et perspectives », ce conclave, qui réunit notamment le secteur privé, les organisations internationales et la société civile, entend discuter des stratégies à mettre en oeuvre en vue d’améliorer la compétitivité des économies ouest-africaines.

Pour maintenir la dynamique de croissance et offrir plus d’opportunité à la jeunesse, les leaders africains, le secteur privé et les experts en développement sont unanimes sur la nécessité pour les pays africains d’améliorer leur compétitivité, a poursuivi M. Coulibaly, estimant que les gouvernants devraient mettre l’accent sur cinq priorités pour arriver à cette fin.

Au nombre de ces actions qui incombent au pouvoir public, le premier ministre a cité la nécessité de diversifier les économies africaines, la réduction du gap en infrastructures pour renforcer la compétitivité, la mobilisation des ressources, l’éducation des jeunes, notamment des jeunes filles et la mise en place d’un cadre macroéconomique robuste.

Cependant, le chef du gouvernement ivoirien a soutenu que le secteur privé a un grand rôle à jouer pour arriver à la compétitivité, affirmant que les gouvernements ne peuvent pas tout faire.

Dans la même catégorie