MAP La BAD lance le projet « 50 millions de femmes africaines ont la parole » APS CEDEAO : POUR UNE APPROPRIATION DU DROIT COMMUNAUTAIRE À LA BASE APS MACKY SALL A REÇU LES RAPPORTS D’ACTIVITÉS 2017 ET 2018 DE L’OFNAC APS LA SONATEL RÉALISE UN CHIFFRE D’AFFAIRES DE PLUS DE 1000 MILLIARDS CFA EN 2019 AIP International/ SIA 2020 : ‘’Désormais, il faut compter avec le Conseil hévéa-palmier à huile’’ (DG) GNA Aduana Stars unveils Paa Kwesi Fabin as new coach GNA Black Bombers Captain sails through to Tokyo 2020 GNA 80 years of quality education: Aggrey Memorial AME Zion SHS story GNA Let’s continue pursuing justice for massacred Ghanaians GNA Vice President marks 28 February incident with veterans

La place de l’Afrique dans le PIB mondial est passée de 1% en 2001 à plus de 4% en 2014 (PM ivoirien)


  31 Mai      24        Sustainable Development (1908),

   

Abidjan, 31/05/2018 (MAP) – La place de l’Afrique dans le Produit intérieur brut (PIB) mondial est passé de 1% en 2001 à plus de 4% en 2014, a indiqué, jeudi à Abidjan, le premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly.

« Les pays africains en général et l’Afrique de l’ouest en particulier, ont entamé une dynamique de croissance forte et soutenue. La place de l’Afrique dans le PIB mondial est passé de 1% en 2001 à plus de 4% en 2014 », a indiqué le chef du gouvernement ivoirien dans un discours d’ouverture lors d’un séminaire régional sur la compétitivité en Afrique de l’ouest.

Organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI) et le World Economic Forum autour du thème « Compétitivité en Afrique de l’ouest : État des lieux et perspectives », ce conclave, qui réunit notamment le secteur privé, les organisations internationales et la société civile, entend discuter des stratégies à mettre en oeuvre en vue d’améliorer la compétitivité des économies ouest-africaines.

Pour maintenir la dynamique de croissance et offrir plus d’opportunité à la jeunesse, les leaders africains, le secteur privé et les experts en développement sont unanimes sur la nécessité pour les pays africains d’améliorer leur compétitivité, a poursuivi M. Coulibaly, estimant que les gouvernants devraient mettre l’accent sur cinq priorités pour arriver à cette fin.

Au nombre de ces actions qui incombent au pouvoir public, le premier ministre a cité la nécessité de diversifier les économies africaines, la réduction du gap en infrastructures pour renforcer la compétitivité, la mobilisation des ressources, l’éducation des jeunes, notamment des jeunes filles et la mise en place d’un cadre macroéconomique robuste.

Cependant, le chef du gouvernement ivoirien a soutenu que le secteur privé a un grand rôle à jouer pour arriver à la compétitivité, affirmant que les gouvernements ne peuvent pas tout faire.

Dans la même catégorie