ABP Le guide des procédures sur le foncier validé dans les communes d’intervention du Fi-Agri ABP Le préfet Apithy appelle les coopérateurs à désigner des administrateurs légitimes sur les CAR ABP 112 éléments présélectionnés à l’étape du recrutement policier à Lokossa ANP Diffa : Une vingtaine de morts et une dizaine de blessés à la suite d’une bousculade ANG Analista político Silvestre Alves disse que cabe à CNE cumprir o Acórdão do STJ, não a recomendação da CEDEAO ACI OUVERTURE DE LA PREMIÈRE RÉUNION DU COMITÉ MIXTE MAROCO-CONGOLAIS ACI LA POPULATION APPELÉE À ADOPTER UN COMPORTEMENT RESPONSABLE AGP Gabon/National-Foot 1 (4ejournée) : AS Mangasport prend aussi le pouvoir dans la poule B et l’USB stagne à la 2e place AGP Gabon/National-Foot 1 (4e journée) : CF Mounana nouveau leader de la poule A et USO humilie AS Dikaki (4-1) à Oyem ANG Novo director-geral preocupado com problemas financeiros da organização

Kenya: Lancement d’un programme pilote pour l’exportation du brut


  3 Juin      26        Sustainable Development (1908),

   

Nairobi, 03/06/2018 (MAP), Un programme pilote pour l’exportation de pétrole brut extrait des gisements situés dans le bassin de Lokichar, dans le nord du Kenya, a été officiellement lancé, dimanche, par le président Uhuru Kenyatta.

Cette cérémonie « marque le début d’un long et fructueux voyage », a déclaré le chef d’Etat kényan en lançant ce programme à Lokichar, dans le comté du Turkana.

Cité dans un communiqué de la présidence kényane, publié sur son site internet, M. Kenyatta a souligné que son gouvernement « va se consacrer au développement de nos secteurs gazier et pétrolifère au profit de l’économie et du peuple ».

Ce programme, qui devait débuter en juin 2017 mais avait été retardé en raison de désaccords sur le partage des futures recettes pétrolières, prévoit l’acheminement par camions de quelque 2.000 barils par jour depuis les gisements situés dans le bassin de Lokichar vers le port de Mombasa.

Ainsi, ce démarrage des exportations kényanes du brut intervient suite à la signature, récemment, entre le gouvernement national et celui du comté du Turkana d’un accord définitif sur le mode de partage des ressources tirées de l’exportation du pétrole.

« Nous avons maintenant un accord à même de placer le Kenya dans le club des pays exportateurs de pétrole », avait indiqué le président Kenyatta.

« Nous allons intensifier nos efforts d’exploration non seulement au Turkana, mais dans le reste du pays, maintenant que nous avons un instrument juridique qui peut aider à guider la gestion pétrolière et gazière dans notre République », avait-il expliqué.

L’accord prévoit que le gouvernement national bénéficie de 75% des revenus des exportations, le gouvernement du comté de Turkana de 25% et la communauté locale de 5%.

A noter que les exportations kényanes du pétrole brut s’élèveront à 2.000 barils par jour et s’effectueront par voie terrestre en attendant l’achèvement du projet de construction d’un oléoduc de 865 km entre le port de Mombasa et le bassin de Lokichar qui, d’après les estimations de la firme britannique d’exploration pétrolière Tullow Oil, pourrait contenir jusqu’à un milliard de barils de pétrole.

Le Kenya est devenu un haut lieu de prospection pétrolière et gazière au cours des dernières années, puisqu’il se trouve dans la même région d’Afrique de l’Est où les pays voisins de la Tanzanie et l’Ouganda ont découvert d’importantes réserves de l’or noir.

Le pays estime disposer déjà de quantités commerciales évaluées à 600 millions de barils.

Dans la même catégorie