APS JOJ 2026 : 2022 SERA LE DÉBUT D’UNE SÉRIE D’ACTIONS CONCRÈTES SUR LE TERRAIN (ORGANISATEURS) ANP Niger : Bientôt une école de l’Armée de l’Air à Agadez et un centre de formation de 5000 jeunes militaires par an à Keita (Président Bazoum) GNA Minister asks illegal sand miners to stop operation or face the law ANP Ouverture de l’école militaire supérieure de Niamey : Une « nécessité lancinante »pour le Niger, selon le Président Mohamed Bazoum AGP Gabon : Les Présidents des Juridictions désormais outillés AGP Gabon : Les enjeux du Congrès international des Barreaux expliqués à Ali Bongo Ondimba ACP Le Premier ministre Sama Lukonde s’engage dans l’opération « Zéro trou à Kinshasa » ACP Organisation à Kinshasa d’une table ronde sur la mise en place d’un fonds national de réparation en faveur des victimes de violences sexuelles ACP Le Sénat vote le projet de loi autorisant la prorogation de l’état de siège au Nord-Kivu et en Ituri. AGP Gabon : Le Camp Missambo contre le report du congrès de l’Union nationale

Le développement de l’Afrique passe par l’intégration régionale, selon la BAD


  28 Juin      47        Human Development (188),

   

Abidjan, 28/06/2018 (MAP) – Le développement et l’industrialisation de l’Afrique sont tributaires du développement de l’intégration régionale, a estimé, mercredi à Abidjan, le vice-président de la Banque africaine de développement (BAD), Pierre Guislain.

« Si nous voulons accélérer le développement de l’Afrique, si nous voulons accélérer l’industrialisation de l’Afrique, il est absolument important de développer l’intégration régionale. Qui dit intégration régionale, dit également commerce régional », a souligné M. Guislain lors d’une table-ronde internationale sur les investissements et les risques de crédits en Afrique.

Selon M. Guislain, l’Afrique a besoin, pour son développement, de gros financements particulièrement dans le domaine des infrastructures routières et portuaires, mais, parallèlement, un impact tout aussi important qui peut être obtenu sans investissement en supprimant toutes les barrières au commerce.

« Vous faites un trajet de 200 km traversant deux pays, vous allez être arrêtés 10 fois par la police, la douane, les autorités du pays ou encore par les autorités locales. Il y a tout un système, toute une série de freins qui existent aujourd’hui à l’investissement et au commerce intra-africain qui freinent le développement de la région. Ces freins-là peuvent être levés sans aucun coût », a poursuivi le vice-président de la BAD, estimant que la levée de ces barrières vont permettre d’accélérer l’investissement ou le commerce.

« Ces réformes n’ont pas de coût, mais ont un impact énorme. Donc on a besoin d’investissements lourds en infrastructures, ça c’est clair. Mais on a aussi besoin de réformes fortes qui permettent de rentabiliser ces investissements », a-t-il dit.

Dans la même catégorie