AMI La Mauritanie assure la présidence de la 36eme session de l’Assemblée générale de l’Organisation arabe du développement agricole APS L’ONFP VA FORMER 1.500 JEUNES DE DIOURBEL À L’ENTREPRENEURIAT AGRICOLE APS LE SECTEUR PRIVÉ APPELÉ À ENGAGER ‘’LE SURSAUT NATIONAL’’ FACE AUX ENJEUX DE LA REPRISE ÉCONOMIQUE APS GRICULTURE : MACKY SALL DÉCIDE DE FAIRE SUPPRIMER LA PRIME FIXE SUR L’ÉLECTRICITÉ APS LE PRÉSIDENT SALL PRESSE LE GOUVERNEMENT D’ACCÉLÉRER « LE DÉMARRAGE EFFECTIF DES AGROPOLES’’ AGP Gabon: Lutte contre les inégalités de genres: Ali Bongo reçoit le rapport final GNA NIA registers more than 15 million Ghanaians AGP Guinée/Présidentielle 2020 : Un collectif des médecins s’engage à soutenir la candidature du Pr. Alpha Condé GNA Report conflicts in ways that will promote peace – Peace Council GNA Ghana and European Union sign €92.9 million financing agreement

Presse africaine: Focus sur le procès du maire de Dakar et les présidentielles au Mali


  12 Juillet      31       

   

Dakar – Plusieurs sujets retiennent l’attention des quotidiens africains paraissant jeudi, notamment le procès en appel du maire de Dakar au Sénégal, le prochain scrutin présidentiel au Mali, la situation politique au Gabon, la formation du nouveau gouvernement en Côte d’Ivoire outre le débat sur la création de nouvelles régions au Ghana.

Au Sénégal, le procès en appel du maire de Dakar est le sujet dominant dans la presse locale qui fait écho également d’autres sujets d’actualité politique et économique.

« Suspension pour une semaine du procès en appel de Khalifa Sall : la voix de la sagesse », titre +Enquête+ à propos du report sous huitaine du procès du maire de Dakar, condamné en mars dernier à 5 ans de prison ferme dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de la capitale.

Après trois jours d’audience, le procès va reprendre, mercredi prochain, le temps que la Cour statue sur la demande d’annulation de la procédure et de la libération immédiate sur la base de l’arrêt de la Cour de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), écrit la publication, relevant que le juge Demba Kandji, qui ne voulait pas, lundi, entendre parler dudit arrêt, veut également donner l’occasion aux avocats de la défense d’en disposer.

Selon les avocats de la défense, la Cour de la CEDEAO saisie le 28 juin écoulé, a jugé que les droits de Khalifa Sall ont été violés durant toute la procédure ayant conduit à sa condamnation.

« Khalifa Sall et Cie fixés sur leur sort mercredi », titre pour sa part +Le Soleil+, soulignant que c’est dans une semaine que le premier président de la Cour d’appel va délibérer sur la demande de libération immédiate déposée par les avocats du maire de Dakar.

Le procureur général demande l’application de l’arrêt de la CEDEAO, titre, de son côté le quotidien +L’As+ qui parle de « coup de théâtre au procès de Khalifa Sall ».

Le procureur général a surpris plus d’un en déclarant contre toute attente que le Sénégal doit respecter les décisions de la Cour de justice de la CEDEAO, écrit la publication.

Au Burkina Faso, le journal +Sidwaya+ s’intéresse au Forum national de la diaspora qui se déroule, du mercredi au vendredi à Ouagadougou, avec la participation de délégations venues des quatre coins du monde, indiquant que cette rencontre a pour ambition de faire des Burkinabè de l’étranger des acteurs de premier plan du développement économique et social de leur pays.

Les autorités burkinabè, déterminées à relever le défi du développement économique et social auquel le pays fait face, battent le rappel des fils et filles du pays vivant à l’étranger afin de solliciter leur participation à l’édification de la Nation, souligne le quotidien, ajoutant que les différentes délégations vont mener des réflexions autour du thème « La contribution de la diaspora burkinabè à la construction nationale », afin de défricher le chemin conduisant à l’implication effective de la diaspora dans l’œuvre d’édification de la patrie.

Le ministre de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, Paul Robert Tiendrebéogo, cité par la publication, a invité les délégués du Conseil supérieur des Burkinabè de l’étranger à saisir cette opportunité pour poser les préoccupations des communautés dans leur pays d’accueil, relevant qu’un dialogue direct avec le président du Faso est inscrit dans l’agenda de ce Forum.

Quant au porte-parole de la diaspora, Etienne Ouoba, il a rassuré les autorités de la disponibilité de la diaspora à soutenir la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES), exprimant l’engagement ferme des expatriés burkinabè à jouer leur rôle dans les efforts de développement du pays.

Au Mali +L’essor+ indique que le Président de la République,Ibrahim Boubacar Keïta, a présidé mercredi à la Base 101 de l’Armée de l’Air du Mali, la cérémonie solennelle de réception d’équipements militaires composés de 4 avions légers d’attaque A-29 Super Tucano d’Embraer et leur armement arrivés en provenance du Brésil le 10 juillet 2018.

Les nouveaux avions d’attaque de l’Armée de l’Air malienne, acquis sur ressources propres de la République du Mali, peuvent emporter chacun 2 mitrailleuses de 12,7 mm et disposent de pylônes sous les ailes leur permettant d’installer un canon de 20mm, des nacelles lance-roquette ou des bombes, selon le journal.

En plus de la réception de ces 4 nouvelles acquisitions, le chef de l’Etat a assisté à un défilé aérien des moyens aériens de l’Armée de l’air et procédé à la visite des travaux d’infrastructures en cours sur le site de la Base Aérienne 101.

Son confrère +L’indépendant+ fait savoir en citant le ministère malien de l’Administration territoriale que quelque 37 pc des cartes électorales ont été retirées par les Maliens pour voter au scrutin présidentiel le 29 juillet.

Un peu plus de 3 millions, sur 8 millions d’électeurs inscrits, ont retiré leur carte, selon un document publié par le département, qui relève un taux de 12 pc à Kidal (nord) et 24 pc à Mopti (centre), contre plus de 53 pc à Sikasso (sud) et Ségou (centre), selon la publication.

La chef des observateurs de la mission d’observation électorale de l’Union européenne (UE), Cécile Kyenge, s’est déclarée « soucieuse du rythme de distribution des cartes d’électeur à près de deux semaines du scrutin », tout en se disant « persuadée de la bonne volonté du gouvernement ».

« La sécurité de la campagne électorale et du scrutin représente un autre défi majeur, notamment dans le centre et le nord » du pays, a-t-elle souligné lors d’une conférence de presse à Bamako, note le quotidien.

Au Gabon, +L’union+ écrit sous le titre « Appel à un sursaut national » que le premier ministre gabonais Emmanuel Issoze Ngondet a appelé, hier, les dirigeants des partis de la majorité à davantage de solidarité, à un sursaut national, à dépasser les divergences politiciennes et à renforcer l’effort collectif à l’heure de la mise en œuvre des mesures d’austérité.

Lors d’une rencontre avec les responsables politiques membres de la majorité républicaine et sociale pour l’émergence, le premier ministre a édifié les uns et les autres à propos de la pertinence de la mise en œuvre de mesures visant à réduire le train de vie de l’Etat, adoptées en conseil des ministres le 21 juin dernier, ajoute la publication, commentant que c’est à un exercice pédagogique assorti d’une explication de texte que s’est livré Emmanuel Issoze Ngondet en tenant un « langage de vérité » à l’endroit de ses interlocuteurs.

Sur le même sujet, la presse souligne que la centrale syndicale Dynamique unitaire (DU) a tenu une assemblée générale, hier à Libreville, pour exprimer son refus des mesures d’austérité prises par le gouvernement, notant que cette rencontre a vu la participation des syndicats des personnels de la Fonction publique dont le Symefoga (fonctionnaires du secteur santé), le Syprocom (communication), le Samtac (transports et aviation civile), la Conasysed (éducation) et bien d’autres.

En Côte d’Ivoire, « Fraternité Matin » écrit que le président Alassane Ouattara a assuré qu’il n’y a pas de tension dans la sphère politique ivoirienne contrairement à ce que laisse croire l’actualité, appelant à la concertation à tous les niveaux entre Ivoiriens,

Le journal ajoute que le chef de l’Etat ivoirien, qui présidant le premier conseil des ministres du nouveau gouvernement, a déclaré : « j’entends ici et là qu’il y a des tensions au niveau politique. Il a aussi souligné la nécessité de garantir, par le biais du dialogue, un climat de paix afin de permettre à la Côte d’Ivoire de poursuivre sa marche vers le développement.

Traitant de la formation du nouveau gouvernement, « L’Intelligent d’Abidjan » rapporte, en rapport avec les critiques sur la taille du nouveau cabinet, jugé pléthorique, que le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a indiqué que le nombre de 36 ministres et de cinq secrétaires d’Etat est motivé par le souci de constituer une équipe « de combat » pour répondre au mieux aux problèmes des ivoiriens.

« C’est un gouvernement de combat pour régler les problèmes de nos compatriotes », a-t-il déclaré, à l’issue du premier conseil des ministres de sa nouvelle équipe, en expliquant ses caractéristiques.

Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte le président de la République, Nana Akufo-Addo, a affirmé qu’il n’y a pas d’agenda politique sous-tendant la création proposée de 6 régions supplémentaires dans le pays.

‘ »Il n’y a pas d’agenda politique dans cette affaire, et il n’y a aucune tentative de créer des antagonismes ou des factions ethniques dans cet exercice », a indiqué le président, lors de sa tournée de trois jours dans la région de la Volta, notant que la création de nouvelles régions vise à améliorer la gouvernance.

Son confrère, +Ghanaian Times+ s’intéresse au « Sommet économique germano-africain » (GABS) qui se tiendra à Accra, du 11 au 13 février 2019, relevant l’importance de cet événement pour les entreprises ghanéennes.

Plus de 750 dirigeants, décideurs et représentants du monde des affaires et de la politique d’Allemagne et d’Afrique subsaharienne participeront au Sommet d’Accra, a fait savoir le quotidien, qui cite l’ambassadeur d’Allemagne au Ghana, Christoph Retzlaff.

Au Kenya, les quotidiens de la place s’intéressent essentiellement à la « guerre » contre la corruption, déclenchée par le président Uhuru Kenyatta, et à la Coupe du Monde 2018, en Russie.

Ainsi, le journal « Daily Nation » focalise sur l’affaire de corruption concernant l’acquisition par le ministère de l’Education d’un lot de terrain, dans la banlieue de Nairobi, destiné à la construction de deux écoles, relevant qu’un rapport parlementaire a recommandé une enquête par la Commission d’Ethique et Anti-corruption (EACC) pour faire la lumière sur cette transaction (plus de 3 milliards de shillings).

Par ailleurs, la presse kényane continue de réserver l’essentiel de ses pages sportives aux commentaires du Mondial 2018, en Russie, notamment au deuxième match comptant pour la demi-finale, disputé mercredi soir, et à l’issue duquel la Croatie a assuré une place en finale au détriment de l’Angleterre (2-1 après prolongation), rejoignant ainsi la France qui avait battu la Belgique (1-0).

Dans la même catégorie