GNA African Natural Resources Centre unveils publication to advance land reforms APS UNE FEMME DE 77 ANS MEURT DE COVID-19 À L’HÔPITAL DE FANN APS COVID19 : LES AFRICAINS ONT INTÉRÊT À TRAVAILLER ENSEMBLE (JOURNALISTE) APS COVID-19 : L’UNICEF OFFRE DU MATÉRIEL DE PROTECTION AU SÉNÉGAL APS LE DÉPARTEMENT DE THIÈS ÉLABORE UN PLAN DE ‘’REMOBILISATION’’ CONTRE LE COVID-19 GNA Kulendi joins the Supreme Court Bench GNA Christiana Zigah leads GFA Instructors Committee GNA Acheampong appointed as chairman of Referees Assessors and Classification panel APS A FATICK, LES PERSONNES ATTEINTES DU COVID-19 ONT PEUR DE LA STIGMATISATION (PSYCHIATRE) MAP Vote : La Chambre des conseillers décide de développer une application électronique

Le score de sécurité aérienne du Kenya établi à 78 pc en 2017 (rapport)


  23 Septembre      6        Businesses (191), Society (16454),

   

Nairobi, 23/09/2018 (MAP)- Les voyages aériens au Kenya ont connu des améliorations au cours des dernières années, selon des données de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), qui établit à 78 pc le score de sécurité aérienne du Kenya en 2017, en amélioration de 16% par rapport à 2008.

Ce score place le Kenya au septième rang en Afrique et à la 67ème position sur 185 au niveau mondial, selon les données de l’OACI, relayées dimanche par les médias locaux.

Le Programme universel d’audit du contrôle d’État de l’OACI évalue la sécurité aérienne d’un pays en fonction de huit facteurs: enquêtes sur les accidents aériens, organisation de l’aviation civile, aérodromes et lois aéronautiques, opérations aériennes, licences et formation du personnel navigable.

La meilleure note du Kenya était la navigabilité des avions, dans laquelle il a obtenu 95%. Les aérodromes et les aides au sol viennent en deuxième position avec 87%, tandis que les licences et la formation personnelles ont représenté 83%.

En dépit de son impressionnant bilan, le Kenya a enregistré 40% de moins de résultats dans les enquêtes sur les accidents aériens, le score le plus bas parmi les huit facteurs évalués. Cela signifie que le pays n’a pas encore mis en place des processus efficaces pour garantir que les enquêtes sur les accidents aériens se déroulent correctement.

Dans la même catégorie