GNA Commonwealth Games: Ghana’s men’s quartet disqualification due to technical error – GAA GNA Commonwealth Games: Ghana’s men’s quartet disqualified for flouting rules GNA Commonwealth Games: Paul Amoah breaks Ghana’s 48-year medal drought in 200m GNA We have to take the corruption fight as a personal fight – GACC alerts GNA Huawei, Ministry of Communications begin cyber security training Phase II GNA Religious and traditional leaders key to domestic tax mobilization-study GNA 2022 West Africa Development Outlook proposes increased sub-regional trade, structural transformation GNA Increase funding to social welfare, mental health institutions— INERELA+ urges government GNA Ghana’s Nuclear Power Plant will be highly regulated GNA Electricity, access road hindering commissioning of Ashanti Regional Hospital

« Mes personnages sont des femmes rondes, grandes.. », dixit Ballo Mamadou


  17 Octobre      6        Arts & Cultures (1779), Plastic Arts (50),

   

Porto-Novo, 17 Oct.2018  (ABP) – D’origine Ivoirienne, M. Ballo Mamadou est l’un des sculpteurs majeurs qui participe activement aux travaux de la résidence de création marquant les activités du Festival des arts de la rue d’Assouindé (Fara), dont la spécificité se focalise généralement sur le corps, la beauté et le geste de la femme héroïque.
« Couramment, mes personnages sont des femmes rondes et grandes. La femme pour moi, c’est la terre. Si on prend soin de la terre comme sa femme, il n’y aura pas beaucoup de problèmes dans le monde. Mère, sœur, épouse, la femme est mobilisatrice par rapport à l’homme. Parce qu’elle prend les décisions quand il le faut », a expliqué M. Ballo Mamadou, en vue de défendre ses créations artistiques.
S’inspirant de plusieurs femmes emblématiques ayant marqué l’histoire africaine, notamment, la reine Pokou, elle donne priorité aux parties intimistes du corps de la femme. Il s’agit concrètement, pour cet accro du modelage, de faire ressortir dans son travail, la beauté, le geste, les grosses fesses et les seins de la gente féminine.
Pour la résidence de création marquant les activités du Festival des arts de la rue d’Assouindé (Fara), ce sculpteur s’active à matérialiser une géante femme avec les mêmes caractéristiques qu’on lui connait à partir de matériaux tels que : Bouteilles en plastique, cartons, fil à coudre et une armature montée avec des barres de fer.
« C’est important de participer au Fara. Parce qu’on apprend beaucoup des autres. Le travail des autres peut parfois vous influencer dans vos créations », a-t-il précisé, avant de conclure que ceci est aussi en fait une sorte de transmission.
ABP/RAD/TIE

Dans la même catégorie