AIP Un élève, présumé membre d’un gang à Tiébissou, aux arrêts AIP Une Ong s’engage pour l’école et l’alphabétisation de masse à Oumé AIP Les projets de l’ex-PPU reversés aux départements ministériels MAP Foot/Ligue des champions : la CAF déclare officiellement l’Espérance de Tunis vainqueur de l’édition 2019 MAP Violences xénophobes en Afrique du Sud: Ramaphosa dépêche des Envoyés spéciaux auprès de chefs d’Etat africains AIP Une enquête ouverte sur le projet de renforcement de l’axe routier Bouaké-Daoukro AIP Une centaine de femmes du PDCI rejoignent le RHDP AIP Le Premier ministre lance lundi les travaux d’aménagement du carrefour de l’Indénié AIP Dix motos remises pour renforcer les capacités opérationnelles des forces de sécurité AIP La CEDEAO annonce un milliard de dollars pour lutter contre le terrorisme

ATEPA veut remettre l’agriculture au cœur du développement


  26 Novembre      9        Environment (1089), Sustainable Development (203),

   

Dakar, 26 nov (APS) – L’agriculture doit être au cœur du développement économique du Sénégal, a affirmé le président de la Plateforme Sénégal-Rek Pierre Goudiaby Atepa, estimant qu’une bonne place doit revenir à la région de Kaolack qui est le bassin arachidier.

M. Goudiaby, candidat déclaré à la présidentielle de février, était dimanche à Kaolack où il a lancé son programme Révolution Économique et Industrielle du Sénégal (REIS), et rencontré le khalife de Medina Baye Cheikh Tidiane Ibrahima Niasse.

Dans un entretien accordé à la presse, il a estimé qu’il faut  »repenser notre politique arachidière à travers une restructuration, remettre l’agriculture au cœur du développement pour faire en sorte que les paysans ne dépendent plus de la pluie ».

 »Le véritable poumon économique du Sénégal c’est Kaolack et il doit le rester », a ajouté le candidat insistant sur « sa position géographique et son port plein de potentiel ».

Selon lui, « la découverte du gaz et du pétrole devrait révolutionner notre manière de penser mais aussi tout le programme économique du Sénégal en s’inspirant du modèle des pays arabes qui n’avaient rien il y a trente ans mais qui sont devenus riche grâce à leur pétrole ».

Pour développer l’activité des conducteurs de moto Djakarta, il promet la modernisation de ce secteur avec des engins électriques qui ne vont plus fonctionner avec du carburant.

Dans la même catégorie