GNA Adenta Assembly organises three-week blood donation GNA Government announces new guidelines for mosques GNA Police urges public to disregard call to demonstrate against US GNA Govt to close down religious institutions that flout anti-Covid-19 directives GNA Government tasks Churches to establish COVID taskfoce AIP Bientôt des feux tricolores à Tafiré AIP Des Ong annoncent une opération de don de sang à Sikensi AIP Covid-19 : La paroisse Saint André Kaggwa de Bouna adopte un programme de six messes dominicales AIP Plusieurs élèves refoulés aux portes des établissements scolaires à M’Bahiakro AIP Pour une sensibilisation « plus accrue » des enfants sur la protection de l’environnement

Côte d’Ivoire / Un projet de prévention et de lutte contre les VBG lancé à Niakara


  26 Novembre      11        Society (16478),

   

Niakara, 26 nov (AIP)- Le centre féminin pour la démocratie et les droits humains en Côte d’Ivoire (CEFCI) a procédé, samedi, au lancement d’un projet axé sur l’éradication des violences faites aux femmes (VGB) en présence des autorités locales.

L’ONG est active depuis plusieurs années dans la protection, la promotion et la défense des droits de la petite fille et de la femme dans le département de Niakara (Centre-Est, région du Hambol).

Selon sa présidente Julie Koné, le projet social, dénommé « Prévention et lutte contre les violences faites aux femmes à Niakara » vise à réduire, voire à éradiquer toutes les formes d’abus subis par les filles et les femmes, et également à renforcer et améliorer la prise en charge des survivantes des VBG dans le département.

« La mise en place d’un comité et d’un important réseau, doté de composantes interactives de lutte, mais aussi une vaste campagne de mobilisation des populations contre les VBG et des sensibilisations assidûment accrues sont quelques aspects de cet important projet de prévention et de lutte », a-t-elle expliqué.

Le secrétaire général de préfecture, Ouattara Maténin, représentant le préfet de Niakara, a salué et encouragé ce projet « salvateur de haute portée humanitaire qui impactera la récurrence des viols et autres abus dans la localité ». Il a appelé les chefs de villages et surtout les femmes à briser l’omerta et les règlements à l’amiable, très compromettants, qui entourent souvent les VBG dont les viols.
Débuté ce mois de novembre, le projet de lutte contre les VBG s’achèvera à la fin de l’année 2019, signale-t-on.

(AIP)
Jbm/tad/kp

Dans la même catégorie