ANP Approbation de la création de la Mutuelle Panafricaine de Gestion des Risques et des accords de financement de près de 20 milliards de FCFA ANG Acordo parcial entre Washington e Pequim ANG “Guiné-Bissau está pronta para promover Estado de Direito”, diz DSP ANG Eleitores definem terça-feira novo panorama político INFORPRESS Macau International Fair: Cabo Verde participates with 22 private companies INFORPRESS Torneio de futebol Leader Cup é um “exemplo” no combate ao alcoolismo – Manuel Faustino INFORPRESS Santo Antão: Pólo universitário em 2020 para atender um dos desafios de desenvolvimento da ilha – autarca INFORPRESS Projecto turístico Rotas da Carne é um investimento útil para Santa Cruz – primeiro-ministro INFORPRESS Porto Novo recebe investimentos privados nas pescas à volta de 70 mil contos INFORPRESS Futebol/Santo Antão – Sul: Os clubes têm até terça-feira para confirmar presença nas provas esta temporada

Pacte de Marrakech, une promesse que l’histoire jugera (chef de la diplomatie marocaine)


  12 Décembre      5        Society (12037),

   

De l’envoyé spécial de l’APS : Momar Diongue

Dakar, 11 déc (APS) – Le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale du Maroc, Nasser Bourita a assimilé le pacte pour des migrations sûres, ordonnées et régulières à  »une promesse que l’histoire jugera », appelant les parties à mettre en oeuvre le texte et à entamer l’après Marrakech.

 »Pour l’heure, le Pacte mondial demeure une promesse que l’histoire jugera. Il n’est point temps encore d’en célébrer la réussite. A nous à présent de mettre en œuvre le pacte et d’entamer l’après Marrakech », a-t-il dit en citant le roi Mohamed VI, lors de la conférence de presse de clôture tenue conjointement avec Louise Arbour, la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU pour les migrations internationales.

Réitérant l’attachement du Maroc au multilatéralisme, M. Bourita a indiqué que la présence des états à la conférence de Marrakech démontre que  »la migration est plus que jamais au cœur des enjeux qu’on ne peut plus faire le choix de l’indifférence ».

 »Les états ont démontré que la migration rassemble plus qu’elle ne divise, elle ne doit pas être une opportunité politique elle doit être un engagement qui ne se veut pas circonstanciel », a-t-il ajouté.

Selon lui, l’adoption du Pacte de Marrakech est un  »pas décisif » vers l’amélioration de la vie de 250 millions de migrants dans le monde.  » En adoptant le pacte nous avons concilié les intérêts des états avec les droits humains des migrants », a relevé le chef de la diplomatie marocaine.

Estimant que les états se sont entendus pour des mesures d’évaluation du Pacte, Louis Arbour a souligné qu’il  »existe des mythes autour de ce pacte mais les deux jours ont été assez suffisant pour les dissiper ».

Elle a encore insisté sur la souveraineté des états par rapport au texte.  »Il ne s’agit pas d’imposer des politiques migratoires à qui que ce soit. Il s’agit d’attirer l’attention des pays membres sur la façon de mieux coopérer », a-t-elle dit.

Le pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières a été adopté lundi à Marrakech par les délégués de plus de 150 pays représentés. Le pacte qui comporte 23 mesures est présenté comme étant le premier document à aborder la question migratoire dans sa globalité.

MD

Dans la même catégorie