AIP Un élève, présumé membre d’un gang à Tiébissou, aux arrêts AIP Une Ong s’engage pour l’école et l’alphabétisation de masse à Oumé AIP Les projets de l’ex-PPU reversés aux départements ministériels MAP Foot/Ligue des champions : la CAF déclare officiellement l’Espérance de Tunis vainqueur de l’édition 2019 MAP Violences xénophobes en Afrique du Sud: Ramaphosa dépêche des Envoyés spéciaux auprès de chefs d’Etat africains AIP Une enquête ouverte sur le projet de renforcement de l’axe routier Bouaké-Daoukro AIP Une centaine de femmes du PDCI rejoignent le RHDP AIP Le Premier ministre lance lundi les travaux d’aménagement du carrefour de l’Indénié AIP Dix motos remises pour renforcer les capacités opérationnelles des forces de sécurité AIP La CEDEAO annonce un milliard de dollars pour lutter contre le terrorisme

Projets privés du PSE : la BAD s’engage à hauteur de 200 milliards


  18 Décembre      9        Economy (5777), Human Development (1291),

   

De l’envoyé spécial de l’APS : Amadou Samba Gaye

Dakar, 18 déc (APS) – La Banque africaine de développement (BAD) va financer les projets privés du Plan d’actions prioritaires (PAP) de la phase 2 du Plan Sénégal émergent (PSE) à hauteur de 200 milliards de francs CFA, a annoncé mardi son vice-président Amadou Hott.

L’institution financière panafricaine « s’engage à financer tous les projets privés bancables », a précisé M. Hott lors du Forum des investisseurs privés du Sénégal, ouvert mardi matin à Paris, sous la présidence du chef de l’Etat, Macky Sall, en présence de 850 investisseurs.

La BAD, a souligné son vice-président, s’engage à la mise en place, dès le mois de janvier, du Fonds d’amorçage pour l’attraction des financements privés. Ce fonds doit faciliter l’accès des privés aux financements, a-t-il expliqué.

Lundi, lors de la rencontre avec les partenaires techniques et financiers, la BAD avait promis de financer le PAP 2 à hauteur de 1358 milliards de francs CFA.

Amadou Hott a indiqué que la banque panafricaine était même allée au-delà du montant de 400 milliards CFA annoncé préalablement pour la première phase du PSE.

Il a insisté sur l’importance pour les partenaires au développement d’aller au-delà des simples annonces, pour concrétiser leurs engagements. « Il est important de prendre des engagements, mais il l’est encore plus de mobiliser les ressources annoncées », a lancé M. Hott.

Rappelant que la première phase du PSE a été largement financée par des ressources publiques, il a exhorté le secteur privé à prendre désormais « la relève ».

Selon lui, le Sénégal est même capable de dépasser l’objectif de 9, 1 % de croissance qu’il s’est fixé sur la période 2019-2023.

Le Sénégal a levé lundi plus de 7356 milliards de francs CFA auprès de ses partenaires techniques et financiers pour le financement de ce plan. Un montant supérieur aux 2850 milliards de francs CFA qu’il était venu solliciter et qui faisait partie du gap de 4684 milliards de francs des besoins de financement du PAP 2, qui s’élèvent à 14.098 milliards de francs CFA.

La Banque mondiale, la Banque africaine de développement et la France ont respectivement mis sur la table 3, 5 milliards de dollars, 2 milliards de dollars et 1, 5 milliard d’euros.  Le PAP 2 a été élaboré dans le souci d’assurer « une consolidation des progrès enregistrés » avec la première phase du PSE.

Il « se base sur une analyse des meilleures pratiques tant au niveau national que mondial en termes de transformation structurelle de l’économie et de croissance ».

Le gouvernement souligne qu’il « vient renforcer les bonnes performances macroéconomiques, l’offre en services sociaux de base et accélérer l’éradication de la pauvreté ».

Les autorités sénégalaises souhaitent donner un rôle central au secteur privé dans le cadre de la mise en œuvre de ce plan qui doit permettre de porter la croissance économique à 9,1%.

ASG/BK

Dans la même catégorie