GNA President announces 28 per cent hike in cocoa producer price GNA President Akufo-Addo inaugurates Western North House of Chiefs APS CONCOURS BUSINESS PLANS : UNE PROLONGATION DES INSCRIPTIONS ENVISAGEABLE DANS LA RÉGION DE THIÈS ANGOP Covid-19: Angola regista 112 novas infecções e 30 recuperados ANGOP Covid-19: Angola regista 112 novas infecções e 30 recuperados GNA We have a comprehensive environmental plan for the cement factory-Empire Cement GNA Veep inaugurates North East, Savannah Regional Houses of Chiefs GNA Economy, good governance to decide 2020 elections — Survey GNA Damweo residents appeal for rehabilitation of road network GNA Youth-led action critical for peace in 2020 elections – YES-Ghana

Sénégal : la Cour suprême confirme la condamnation de l’ex-maire de Dakar


  3 Janvier      9        Technologie (750),

   

Dakar, 03/01/2019 (MAP) – La Cour suprême sénégalaise a confirmé, jeudi, la condamnation à cinq ans de prison de l’ex-maire de Dakar, Khalifa Sall, accusé de détournement de deniers publics dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie qu’il dirigeait.

Poursuivi ainsi que sept de ses collaborateurs pour détournement de deniers publics portant sur 1,8 milliard de francs CFA (2.8 millions euros), Khalifa Sall avait été condamné, le 30 mars dernier, en première instance par le Tribunal correctionnel de Dakar à cinq ans de prison. Une peine confirmée, en août dernier, par la Cour d’appel de la capitale sénégalaise.

Le maire de Dakar avait également été condamné à payer une amende de 5 millions FCFA (près de 8000 euros) pour les délits de faux et usage de faux en écriture de commerce, faux et usage de faux en documents administratifs et escroquerie portant sur des deniers publics.

L’affaire dite de la « caisse d’avance » de la ville de Dakar était partie d’un rapport d’audit conduit en 2015 par l’inspection générale d’Etat (IGE), dans lequel les enquêteurs avaient fait le constat qu’elle était approvisionnée, à hauteur de 30 millions de francs CFA par mois, de 2011 à 2015 pour l’achat de mil et de riz à un groupement d’intérêt économique (GIE).

Khalifa Sall et ses co-inculpés avaient été placés sur ces bases sous mandat depuis le 7 mars 2017 pour notamment « association de malfaiteurs, détournement de deniers publics, escroquerie portant sur les deniers publics, faux et usage de faux dans des documents administratifs, complicité de faux et usage de faux ».

Dans la même catégorie