APS PACASEN : UN ÉLU DEMANDE QUE LES FONDS SOIENT DISPONIBLES À TEMPS APS LOUGA : 98% DES HABITANTS ONT ACCÈS À L’EAU POTABLE (DIRECTEUR SDE) APS LE BEC-DE-LIÈVRE, UNE MALADIE « SOUS-ÉVALUÉE » AU SÉNÉGAL (CHIRURGIENNE) GNA Chinese company ordered to stop operation after woman got electrocuted GNA IMMILAC holds induction ceremony and end of year get-together GNA African governments must prioritise agro-ecology in climate change strategies MAP Kenya: Arrestation à Mombasa d’un puissant homme d’affaires en possession d’un kilogramme d’héroïne MAP Une quarantaine de pays africains participent à la Conférence ministérielle africaine sur l’appui de l’Union Africaine au processus des Nations Unies sur le différend régional au sujet du Sahara marocain, prévue demain à Marrakech APS MODERNISATION DES MARCHÉS : L’UNACOIS-JAPPO RAPPELLE LES INSTRUCTIONS DU CHEF DE L’ETAT AIP Côte d’Ivoire: Les légionnaires de Marie du diocèse de Man se retrouvent à Biankouma pour leur bilan annuel

Le préfet de Sikensi déterminé à régler définitivement les crises de chefferie traditionnelle


  11 Janvier      3        Photos (13065), Society (33052),

   

Abidjan, 11 jan (AIP)- Le Préfet du département de Sikensi, Aka Sonoh Julie, a exprimé, jeudi, de vive voix, son engagement à régler définitivement les crises récurrentes de la chefferie traditionnelle dans sa circonscription administrative.

Elle s’est prononcée avec fermeté  sur ce sujet brûlant de la vie de la localité, à l’endroit des nombreux administrés venus lui présenter les vœux du nouvel an dans la cour de la préfecture de Sikensi.

Pour mettre un terme au « désordre » qui mine le secteur, Aka Julie entend faire respecter les us et coutumes de la société traditionnelle, mais surtout rétablir la légalité, en appliquant la loi No2014-428 du 14 juillet 2014 portant statut des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire.

« Je peux vous assurer  que toutes les situations ambiguës seront traitées pour mettre fin à la cacophonie.  Pour un village,  il faut un chef de village. Mon souhait,  c’est de stabiliser et de protéger nos institutions traditionnelles et les personnes qui les incarnent », a martelé l’autorité administrative en poste à Sikensi depuis quatre mois.

Le député de Sikensi-Gomon, Aboh Kouamé Faustin avait auparavant,  dans son intervention, plaidé auprès du préfet pour une résolution « équilibrée »  des litiges à l’abri de toute tension.

Plusieurs villages de Sikensi, notamment ceux de la commune, ont été secoués l’année dernière par des conflits liés à la chefferie, ayant provoqué  des blessés, des dégâts matériels et des cas de déplacements de personnes.

km/fmo

Dans la même catégorie