ACP La RDC renouvelle les engagements de la Charte des Nations Unies ACP Sept nouveaux cas confirmés d’Ebola dont un agent de santé notifiés vendredi au Nord-Kivu et en Ituri ACP Des éclaircissements sur la nécessité de l’introduction du 2ème vaccin contre le virus Ebola en RDC ANGOP Report du jugement de  »Zeno » dos Santos ANGOP La Commission mixte Angola/Rwanda se réunira fin 2019 ANGOP Chef de l’Etat angolais en route pour New York Map Communiqué du Cabinet royal GNA MTN begins construction of 600-bed girls’ dormitory for TAMASCO GNA Parts of Tumu–Bolga trunk road washed away by flood GNA Parts of Tumu–Bolga trunk road washed away by flood

Cité du savoir de Diamniadio, un futur  »écosystème » pour la création d’entreprises et de start-up (Responsable)


  23 Janvier      0        Businesses (178), Environment (1163),

   

Dakar, 23 jan (APS) – La Cité du savoir de Diamniadio qui devrait ouvrir ses portes dès octobre 2019 sera un  »écosystème » pour favoriser la création d’entreprises et de start-up, a noté mardi le directeur de la recherche et de l’Innovation le Professeur Amadou Thierno Gaye.

La Cité du savoir est en construction dans la nouvelle ville de Diamniadio, dans le département de Rufisque, non loin de la capitale, Dakar.

Il s’agit d’un ensemble de projets regroupés sur un même site, et pour l’essentiel pilotés par le ministère de l’Enseignement supérieur.

La maison de la science, l’ISEP de Diamniadio, le siège de l’Université virtuelle du Sénégal (UVS), une médiathèque, une espace administratifs, entre autres, en sont les composantes.

Les étudiants de cette cité seront formés dans six domaines des sciences et technologies, qui ont trait à la robotique, à l’intelligence artificielle, à la big data, la génétique moléculaire, la simulation et calcul scientifique, la cybersécurité, a indiqué Professeur Amadou Thierno Gaye.

Il s’exprimait lors d’une conférence organisée à l’auditorium de Thiès, par African Performance Institute (API).

L’objectif de cette cité est de  »former très vite des étudiants dans ces filières », jusqu’aux niveaux Licence et Master à travers des formations interuniversitaires, mettant à contribution des enseignants sénégalais, d’autres pays africains, ainsi que d’autres parties du monde.

Ce projet devra favoriser un  »écosystème pour créer des entreprises et des start-ups », a dit le responsable.

Les contenus élaborés par une centaine de professeurs des universités sénégalaises, ont été validés lors d’un atelier international en septembre dernier, a-t-il dit à l’APS.

Le nombre d’étudiants dans les sciences et technologies a augmenté, passant de 20% en 2017 à 37% en 2018, a relevé le professeur Gaye, qui a salué les progrès du Sénégal en matière d’innovation.

Le pays a gagné six places dans le rapport 2018 du Global Innovation Index, publié par l’OMPI, a-t-il dit.

Dans la même catégorie