GNA Market Africa to the world GNA Wa Airport opens for commercial flight operations GNA Former SSNIT Boss’ application for special leave thrown out MAP Sommet Climate Chance à Accra, avec la participation du Maroc AIP L’UE et Magic System sensibilisent à Bouaflé sur l’égalité entre l’homme et la femme AIP Douaniers et contrôleurs du commerce en formation pour un contrôle optimal des produits illicites AIP Des agents de l’Education nationale se forment à la gestion optimale des écoles GNA « Hearts of Oak has the right to accept or reject an offer »- Joseph Esso GNA Ghanaians must help achieve road safety agenda 2020 GNA Geoscientists call for regulation of borehole drilling

Le Burkina Faso sonne la mobilisation pour une bonne CAN U20 des Etalons


  25 Janvier      0        Sport (2563),

   

Ouagadougou, 25 jan. 2019 (AIB) – Le ministère des sports et des loisirs et la fédération burkinabè de football ont conjointement animé vendredi à Ouagadougou, une conférence de presse pour donner des informations sur les préparatifs des différentes délégations qui accompagneront les Etalons juniors du Burkina Faso en route pour la CAN de leur catégorie prévue du 2 au 17 février 2019 au Niger.  
Une première délégation dite « officielle », composée d’une quarantaine de personnes, y compris les joueurs et le staff, embarquera par voie aérienne le 29 janvier pour Maradi où le Burkina Faso y est logé dans le groupe B de la compétition.
Un autre groupe dit « spécial » composé de 15 supporters de l’Union nationale des supporters des Etalons (UNSE), de 15 personnes de la Fédération burkinabè de football (FBF), de 10 éléments du ministère des sports et des loisirs et de 10 journalistes quitteront Ouagadougou le 31 janvier dans des cars, sous escorte d’éléments de sécurité burkinabè, pour Maradi.
Les Etalons juniors qui ont entamé leur préparation depuis le tournoi de l’UFOA-B à Lomé en décembre dernier, y sont repartis pour un autre stage où ils sont rentrés jeudi. Toutes ces préparations selon le directeur de cabinet du ministre des sports Sori Sy, ont coûté 80 millions à son département.
Selon toujours le directeur de cabinet, le budget pour la participation des U20 burkinabè s’évalue également à 80 millions. Si les Etalons juniors se qualifient pour la finale, ce budget atteindra 240 millions.
Le Burkina Faso est logé dans le groupe B en compagnie du Ghana, du Sénégal et du Mali. Le groupe A est composé du Niger (pays hôte) de l’Afrique du sud, du Burundi et du Nigeria.
La CAN junior se déroule du 2 au 17 février dans deux villes nigériennes à savoir Niamey la capitale et Maradi.
Agence d’Information du Burkina (AIB)
as/
inéma : Le responsable du Fespaco émerveillé par la qualité des films documentaires en lice
Ouagadougou, 25 janv. 2019-(AIB)- Le délégué général du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), Ardjouma Soma a salué vendredi,  la qualité des films documentaires en lice pour la 26 édition, prévue du 23 février au 2 mars 2019.
«Il y a quelques années, les documentaires de création étaient un genre très rare dans le continent africain et cela était certainement dû aux problèmes de démocratie qui n’étaient pas véritablement mis en route. Aujourd’hui il n’y a pas de sujets tabou. Les sujets sont variés, les créateurs s’attaquent un peu à tout de plus en plus. La limite est en train de devenir très fine entre le film de fiction et le film documentaire », a déclaré Ardjouma Soma.
Le délégué général du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) s’exprimait vendredi lors d’une conférence de presse, annonçant le programme officiel de la 26 édition (23 fév. 2 mars).
D’après lui,  à partir des faits réels, les cinéastes prennent des positions et s’impliquent dans des sujets d’intérêts communs pour le développement des pays africains.
« Les réalités sont à la  limite fixées pour donner le point de vue de l’auteur », a-t-il signifié.
Ardjouma Soma a fait savoir que dans la catégorie de films de fictions, existent des films audacieux qui sont traités et qui permettent de montrer comment les créateurs, des artistes africains vois leurs continent pour situer leur propre patrimoine.
165 films dont 23 de réalisateurs  burkinabè sont en lice, à savoir 3  films longs métrages , 3  films documentaires longs métrages, 5  films courts métrages, 3  films documentaires courts métrages, 4 films séries télévisées, 3  films des écoles africaines et 2 en films d’animations.
1. Soma a précisé que la sélection des films s’est faite sur des critères de bases qui figurent dans le règlement, tel que le genre de film en termes de durée, en termes de format, en termes d’âge pour les différentes œuvres. Et une fois que ces premières conditions sont remplies, ils sont éligibles.
«Si toutefois le nombre de film sont élevé, il faut passer à d’autres phases tels les critères  artistiques et techniques », a-t-il laissé entendre.
M.Soma invite les festivaliers à visiter à l’avance les site-web du FESPACO pour faire le choix des films qu’ils souhaiteront regarder en fonction de leur programme et des dispositions seront prises pour mettre dans le mois de février, toutes les informations concernant les programmations des films.
Pour le Président du comité national d’organisation, Yacouba Traoré,  c’est un défi qui se prépare aujourd’hui.
Pour lui, réussir cette 26e édition qui coïncide avec le cinquantenaire, c’est confirmer Ouagadougou dans sa place tournante de cinéma en Afrique.
«Nous voulons faire de  ce cinéma, un moment de télévision», a-t-il souligné.
Agence d’Information du Burkina
cak/ata

Dans la même catégorie