GNA EC ends mop up registration exercise GNA NDC Flagbearer announces $10bn infrastructural plan GNA GNECC commends President’s intervention on students’ dismissal GNA Ridge Hospital suspends two for malpractices ANGOP Covid-19: Angola regista 100 novos infectados e cinco óbitos APS TOUBA : D’IMPORTANTS MOYENS FINANCIERS ET LOGISTIQUES MOBILISÉS POUR ASSAINIR LA VILLE AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Sidi Touré exhorte les populations de Béoumi à cultiver la paix et à vivre dans « la communion des cœurs » AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les rois et chefs traditionnels de l’Iffou appellent leurs pairs au strict respect des textes régissant leur corporation APS PLUS DE 12 MILLIONS D’HECTARES DE FORÊTS DONT 169 CLASSÉES (DIRECTEUR) APS MACKY SALL RECOMMANDE DE PLANTER DES ARBRES POUR REVERDIR LE PAYS

Vers l’actualisation des données de la population et de l’habitat


  31 Janvier      3        Human Development (142), Society (18520),

   

Brazzaville, 30 JAN (ACI) – La ministre du plan, de la statistique et de l’intégration régionale, Mme Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas, a ouvert, la 5ème session inaugurale de la commission nationale du recensement général de population et de l’habitation, pour des réflexions aux fins d’aboutir à l’actualisation des données sur les caractéristiques de la population et des logements à tous les niveaux géographiques.

La commission nationale du recensement est un cadre de haut niveau. Elle est l’organe d’orientation stratégique du recensement.

A cet effet, elle assure plusieurs missions, parmi lesquelles définir les orientations générales du recensement, veiller à la disponibilité et au déblocage des fonds nécessaires aux travaux, dans le respect du calendrier des opérations, et assurer la mobilisation, sur l’ensemble du territoire national, des moyens matériels et humains prévus pour l’exécution de l’opération.

Le recensement général de la population et de l’habitation est l’opération statistique la plus importante que puisse réaliser un institut national de la statistique.

Les pays doivent non seulement déterminer le nombre de leurs habitants, mais aussi connaître, entre autres, leur âge, leur sexe, leurs études faites, les activités professionnelles ou économiques exercées et les conditions d’existence (logement, l’eau et l’internet), a expliqué Mme Ebouka-Babackas.

A propos du Congo, le recensement général de la population et de l’habitat aurait du être organisé tous les dix ans à compter de février 1974, année du premier recensement. Mais dans les faits, cette périodicité décennale n’a jamais pu être respectée, tel que l’indique la séquence de réalisation des trois autres recensements qui ont suivi.

Il s’agit du deuxième recensement, réalisé en décembre 1984, du troisième en juin 1996 et du quatrième en avril 2007, a-t-elle rappelé. De son côté, le directeur général de l’institut national de la statistique, M. Gabriel Batsanga, a présenté l’état d’avancement des travaux de la session inaugurale de la commission nationale du cinquième recensement général de la population et de l’habitation.

La prochaine étape sera la tenue de la première session ordinaire de la commission du recensement dans un avenir proche, conformément aux dispositions pertinentes du décret N° 2017-165 du 24 mai 2017 portant organisation du recensement général de la population et de l’habitation 2018, a conclu la ministre en charge du plan, de la statistique et de l’intégration régionale.

Dans la même catégorie