GNA Customs revenue performance favourable -GRA GNA By Deborah Osei-Twum/Olivia Ayerh, GNA. GNA Only names of Ghanaians must be on voters register – EC GNA Political commitment needed to end human trafficking – NGO GNA Ghanaians urged to segregate their waste to curb COVID-19 pandemic GNA Bernice hand sanitizer is safe for use- FDA GNA Women and Girls Hit greatest by COVID-19 – NPC GNA DOVVSU trains personnel on sexual/gender-based violence Inforpress Porto Novo: Exportação do grogue para Europa retomado ainda este ano, segundo empresa responsável Inforpress São Vicente: Jovens organizam fórum de incentivo ao voto para diminuir abstenção

A LINGUÈRE, MADICKÉ NIANG SOUHAITE DÉVELOPPER LE SECTEUR DE L’ÉLEVAGE


  5 Février      4        Politics (9063),

   

Louga, 5 fév (APS) – Le candidat de la coalition « Madické 2019’’, l’ancien ministre des Affaires étrangères Me Madické Niang a fait part mardi à Linguère de son ambition de développer le secteur de l’élevage par le biais de pratiques intensives qui fixeraient le bétail dans les zones de pâturage et contribuer à améliorer la qualité du cheptel.

« Le projet de société +Diam Ak Xeweul+ que je veux proposer au Sénégal est un programme qui a pris en compte le développement de l’élevage. Pour développer ce secteur, il faut nécessairement faire l’état des lieux », a-t-il avancé. S’exprimant lors de son meeting politique à Linguère, Madické Niang a soutenu que l’élevage extensif pratiqué au Sénégal « ne permet pas de nourrir de manière correcte le bétail », selon Me Madické Niang. « C’est pour cela qu’il faut trouver des zones de pâturage et si nous faisons cela, nous réglerons le problème qui a toujours existé entre les éleveurs et les agriculteurs », a-t-il dit, soulignant la nécessité de pratiquer l’élevage intensif pour fixer le bétail. Il a promis, pour cela, d’utiliser les 88 000 ha du Ranch de Dolly. « Nous commencerons par l’élevage, mais nous n’allons pas nous arrêter », a assuré le candidat Madické Niang. « Nous continuons d’importer du lait alors que nous avons une production que nous n’arrivons pas à conserver parce qu’il n’y a pas d’unité de transformation », a-t-il regretté.

Dans la même catégorie