ANP Approbation de la création de la Mutuelle Panafricaine de Gestion des Risques et des accords de financement de près de 20 milliards de FCFA ANG Acordo parcial entre Washington e Pequim ANG “Guiné-Bissau está pronta para promover Estado de Direito”, diz DSP ANG Eleitores definem terça-feira novo panorama político INFORPRESS Macau International Fair: Cabo Verde participates with 22 private companies INFORPRESS Torneio de futebol Leader Cup é um “exemplo” no combate ao alcoolismo – Manuel Faustino INFORPRESS Santo Antão: Pólo universitário em 2020 para atender um dos desafios de desenvolvimento da ilha – autarca INFORPRESS Projecto turístico Rotas da Carne é um investimento útil para Santa Cruz – primeiro-ministro INFORPRESS Porto Novo recebe investimentos privados nas pescas à volta de 70 mil contos INFORPRESS Futebol/Santo Antão – Sul: Os clubes têm até terça-feira para confirmar presença nas provas esta temporada

Gabon : Le cas Daniel Cousin inquiète à un mois du match Burundi-Gabon


  13 Février      0        Sport (2563),

   

Libreville, 13 Février (AGP) – L’ancien international gabonais, pourrait jeter l’éponge 6 mois après sa nomination au poste de sélectionneur du Gabon en raison de l’inexistence d’un contrat et plusieurs mois d’arriérés de salaire. Une situation inimaginable et qui intervient quasiment à un mois du match décisif face au Burundi, qualificatif pour la Can 2019.

C’est une véritable bombe à fragmentation qu’a lancé mardi, Jeune Afrique, dans sa version numérique au sujet de la situation que vit, actuellement le sélectionneur national du Gabon, Daniel Cousin. En effet, six mois après sa prise de fonction, le successeur du technicien espagnol, Antonio Camacho, à la tête de la sélection nationale du Gabon, n’a ni contrat, ni salaire et réclame toujours une grosse partie de ses émoluments du temps où ce dernier occupait le poste de manager général de l’équipe nationale du Gabon. Nommé contre toute attente à la tête de l’équipe, suite au désistement de Pierre-François Aubame Eyang, Daniel Cousin est aujourd’hui confronté à une situation quasi impensable et qui intervient à un moment crucial de sa jeune carrière de sélectionneur.

Nul besoin de rappeler que les Panthères du Gabon, devront absolument s’imposer à Bujumbura, devant les Hirondelles du Burundi le 22 mars prochain pour valider leur présence lors de la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (21 juin-19 juillet). Tout autre résultat serait synonyme d’élimination. Difficile donc de préparer une telle échéance capitale dans un contexte assez pesant.

Partira ? Ne partira pas ? Difficile à ce niveau de se prononcer au regard du flou artistique qui y règne traditionnellement au moment de la désignation du poste  »très convoité » de sélectionneur national du Gabon. Lequel, contrairement aux autres pays, n’est toujours pas choisi par l’organe technique, autrement dit la Fédération gabonaise de football (Fégafoot), mais plutôt par un  »puissant lobby » gravitant autour de l’équipe national du Gabon. Un argument qui montre tout l’amateurisme qui règne au sein de la  »tanière des Panthères ». Ce que le capitaine de l’équipe, Pierre Emerick Aubemeyang a toujours dénoncé.

Daniel Cousin, qui avait déclaré aux médias lors de son intronisation qu’en « tant qu’ancien capitaine de cette équipe, pouvoir l’entraîner c’est comme voir un rêve se réaliser », semble plutôt vivre un calvaire à la tête de cette équipe en dépit de sa bonne volonté et son ambition d’aller chercher une qualification historique au Burundi.

Dans la même catégorie