APS CASAMANCE : UN LOT D’ÉQUIPEMENTS AGRICOLES REMIS AUX PAYSANS DU BLOUF APS UN ÉCRIVAIN ÉVOQUE LA CHALEUR HUMAINE DU SANDAGA DE SON ENFANCE APS COVID-19 : LES DROITS ET LA SANTÉ DES FEMMES « MIS À L’ÉPREUVE » (ENQUÊTE) ANGOP PR augura reforço da cooperação com Malawi ANGOP Covid-19: Angola sem registo de casos positivos nas últimas 24 horas MAP Souss-Massa: Les examens du Baccalauréat se poursuivent dans « d’excellentes conditions » (Responsable) AGP Dubréka-Société : 06 morts et 04 blessés sur la nationale N°3 à Gbantama. AGP Guinée/politique : Lancement du mouvement Nouvelle Génération Politique (NGP) AGP Boké/Covid19: La SMB offre des matériels médicaux à l’hôpital régional. GNA BOST shuts head office over COVID-19

Mise en place d’un comité chargé de clarifier les revendications des militaires retraités


  13 Février      0        Photos (3522), Society (17485), Travaux publics (237),

   

Bangui, 12 fév. (ACAP) – Le ministre de la Communication et des Média, Porte-parole du gouvernement, Ange-Maxime Kazagui, a annoncé, mardi 12 février 2019 à Bangui, la mise en place d’un comité chargé d’étudier dans les détails les revendications des militaires retraités, qui bloquent la circulation sur certaines artères de Bangui pour réclamer des « mesures d’accompagnement ».

Le ministre Ange-Maxime Kazagui a expliqué que c’est à l’issue du Conseil de Cabinet de ce 12 février qu’il a été décidé de constituer un comité composé des ministres des Finances, de la Défense, de la Sécurité, de la Justice et de la Communication afin de clarifier la situation.

Les membres de ce comité seront assistés pour ce faire par le Procureur de la République, a précisé Ange Maxime Kazagui.

Depuis lundi 11 février, des militaires retraités disant revendiquer leurs droits légaux, ont érigé des barricades sur certaines grandes artères de la ville de Bangui, entravant la libre circulation entre plusieurs secteurs de la capitale centrafricaine.

Dans le cadre de la reconstruction de l’armée engagée en 2016, quelque  800 éléments des forces armées centrafricaines (FACA) étaient admis d’office à la retraite, début 2018, moyennant le versement de plusieurs mois d’arriérés de salaires pris en charge par les Etats-Unis.

La Rédaction/ACAP

Dans la même catégorie