ANP Le président de la République reçoit l’ambassadeur de France au Niger ANP Un émissaire du président sud-africain au cabinet du chef de l’Etat Inforpress Halterofilismo: Federação organiza este domingo primeiro campeonato nacional de ‘powerlifting’ Inforpress Santa Catarina: Edilidade promove “Feira Sem Álcool” no bairro de São Bento – Assomada ANG Directora-executivo aponta desafios emergentes para crianças no mundo ANG Pedidos de asilo caem no mundo, mas aumentam na França e na Espanha Inforpress Fogo: Embaixador dos Estados Unidos da América impressionado com a beleza da ilha ANG Presidente do Movimento da Sociedade Civil apela despartidarização da organização INFORPRESS O líder do Partido da Unidade Nacional (PUN),Idriça Djalo afirmou hoje que a reforma na justiça será uma das suas prioridades imediatas caso for eleito Presidente da República no dia 24 de novembro. ANG Igreja Ortodoxa manifesta apoio inédito a opositores

Côte d’Ivoire: Des organisations de défense des droits des femmes rejettent le “quota” et plaident pour la parité homme et femme


  8 Mars      0        Women's Leadership (335),

   

Abidjan, 08 mars (AIP)- Des présidentes d’organisations de défense des droits des femmes ont animé une conférence de presse, ce vendredi, à Abidjan, pour rejeter le terme de « quota » de représentativité, proposé par le gouvernement, dans le projet de loi et plaident plutôt pour l’égalité entre l’homme et la femme.

Il s’agit de Rachel Gogoua, du Groupe des organisations féminines pour l’égalité homme-femme (GOFEHF) et de Georgette Zamblé, du Réseau régional pour l’étude et la promotion du leadership féminin (Leadafricaines).

Selon les deux conférencières, le gouvernement s’est appuyé sur l’article 36 de la constitution de la troisième République qui stipule que « L’Etat œuvre à la promotion des droits politiques de la femme en augmentant ses chances d’accès à la représentation dans les assemblées élues » pour opter pour le « quota » en lieu et place de la « parité » qu’elles avaient souhaité dans leur texte de base.

Se prononçant sur le contenu du nouveau texte, elles disent s’insurger contre le fait qu’on y est mis ensemble les scrutins uninominaux et de listes auxquels s’applique le quota minimum de 30% là où elles avaient réclamé la parité.

« Si nous approuvons le minimum de 30% pour les scrutins uninominaux, nous revendiquons la parité pour les scrutins de liste », a dit Mme Gogoua, qui a qualifié d’ambiguë la disposition mentionnant « le respect d’alternance des sexes de telle sorte que si deux candidatures du même sexe sont inscrites, la troisième soit de l’autre sexe ».

« Il est inscrit qu’il qu’il sera accordé un financement public supplémentaire à tout parti dont la liste atteint au moins 50% de femmes candidates, lors des scrutins. Cette disposition nous parait insuffisante (…) Nous sollicitons qu’il soit écrit au moins 50% de femmes élues lors de ces scrutins », a-t-elle souhaité.

Les organisations de défense des droits des femmes se réjouissent « d’une avancée notable, bien que cela ait pris plus d’une décennie » de lutte et témoignent leur gratitude au président de la République, Alassane Ouattara et à son gouvernement.

Le prochain défi, a révélé Mme Zamblé, est de faire un lobbying auprès des députés pour les convaincre de revenir « à l’intégralité » du texte de l’avant-projet de loi qui avait été soumis au Gouvernement mais qui, malheureusement, a subi des amendements qui ne sont pas du goût des organisations féminines partisanes de l’égalité homme-femme.

En prélude à la célébration de la journée internationale de la femme, le conseil des ministres de mercredi, a adopté un projet de loi, imposant un quota de 30% minimum de représentativité de femmes dans les assemblées élues.

Dans la même catégorie