AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les forces de défense et de sécurité à Korhogo présentent leurs condoléances à la famille du Premier ministre AGP Guinée-Covid-19 : 88 nouveaux cas positifs pour un cumul de 5.969 cas confirmés de coronavirus GNA Ghanaian Christian leaders mourn Evangelist Morris Cerullo ANGOP Covid-19: Angola regista dois mortos e 21 casos positivos nas últimas 24 horas GNA NPC celebrates 2020 World Population day digitally GNA KMA procures motor bikes to facilitate environmental-sanitation work GNA Carlos Ahenkorah’s negative test for coronavirus should assuage negative propaganda-NPP Chairman GNA Licensed Surveyors donate PPEs to Lands Commission GNA EC registers 7,296 people in Agona East AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un ex-démobilisé condamné deux ans de prison pour avoir tailladé trois policiers à Bouna

PLAIDOYER POUR UNE RÉFORME DU SECTEUR DE L’HYDRAULIQUE


  21 Mars      5        Society (17485),

   

Dakar, 21 mars (APS) – Le directeur de l’Office national de
l’assainissement du Sénégal (ONAS), Lansana Gagny Sakho, a plaidé
jeudi pour une réforme du secteur de l’hydraulique au Sénégal.

« L’assainissement a un coût, aujourd’hui, l’ONAS a moins de 15% de la
redevance sur le prix de l’eau. Je pense qu’il faut rééquilibrer les
choses à travers la réforme de l’hydraulique », a-t-il déclaré

Lansana Gagny Sakho s’exprimait lors de la cérémonie de présentation
du Programme national de développement durable de l’assainissement
autonome (PNDDAA).

Ce nouveau programme se veut un outil stratégique visant à coordonner
les approches et les méthodologies dans le sous-secteur de
l’assainissement autonome (AA) en milieu urbain au Sénégal, dans le
but d’atteindre le volet assainissement des Objectifs de développement
durable (ODD) en 2030.

Selon le directeur général de l’ONAS, « il urge aujourd’hui de
rééquilibrer les choses et de revoir la part de la SONES », à l’image
de ce qui se fait en Tunisie, via « un partage équitable » de la
redevance allouée à ce secteur.

L’ONAS a été lancé en 1996 « avec zéro investissement, nous sommes en
2019 avec des investissements qui ont été multipliés par vingt. Donc
il y a un travail de fond à faire pour revoir la part de l’ONAS avec
la nouvelle réforme de l’hydraulique qui est actuellement en cours »,
a-t-il argumenté.

A en croire Lansana Gagny Sakho, une telle évolution devrait permettre
à l’ONAS de « continuer à maintenir ses ouvrages et à assurer leur
pérennité ».

Dans la même catégorie