ANP Le Niger se dote d’une Politique nationale en science, technologie et innovation ANP Création au Niger d’une Agence de Promotion du Tourisme ANP Covid-19 : Prorogation pour trois mois de l’état d’urgence sanitaire au Niger ANP Niger : Révision du plan de campagne agropastorale 2020 et du programme de cultures irriguées 2020-2021 ANP « Les droits des femmes face à la propagation de la covid-19 » au cœur de la Journée Mondiale de la Population AIP NSOA: 275 élèves officiers et sous-officiers des Douanes présentés au drapeau AIP COVID-19 : La Côte d’Ivoire franchit la barre des 12.000 cas confirmés GNA Voters Registration: Over three million registration recorded so far GNA Be professional not partisan – Police told GNA KMA to set up two sanitation courts

NAVIGABILITÉ DU FLEUVE SÉNÉGAL : LE FINANCEMENT DE 475 MILLIONS D’EUROS SUR LE POINT D’ÊTRE BOUCLÉ


  23 Mars      2        Economy (8013),

   

Dakar, 22 mars (APS) – Le haut commissaire de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), Hamed Diané Séméga, a révélé vendredi que les 475 millions d’euros (plus de 300 milliards FCFA) nécessaires au financement du projet devant faciliter la navigabilité sur ce fleuve, sont sur le point d’être rassemblés.

« Le financement est en voie d’être bouclé », a déclaré M. Séméga, vendredi à Dakar, au cours d’une rencontre d’échanges avec les médias, la société civile, des écoles de formation et des experts.

La construction du port fluvio-maritime de Saint-Louis, d’un coût prévisionnel de 300 millions d’euros [près de 200 milliards FCFA], représente la quasi totalité de cette enveloppe, a-t-il précisé.

« Ces fonds seront mobilisés selon l’endettement des Etats », a indiqué le haut commissaire.

Il a ajouté que le projet intègre des infrastructures devant participer à la résolution de la problématique de la brèche de Saint-Louis, un canal creusé lors de la crue de 2003 mais qui s’est démesurément élargi avec un réel impact sur l’environnement local.

Selon lui, « une des solutions pourrait être une facilitation de la navigabilité du fleuve à travers des infrastructures adaptées ».

« C’est une ferme volonté des Etats membres pour que ce projet quitte les tiroirs pour se manifester concrètement au bénéfice des populations. Il va faire revivre des villes et accroître les échanges entre les pays et [revitaliser] les escales », a-t-il poursuivi.

Mais il a reconnu que la réalisation de ce projet n’était pas chose aisée, car le projet porte sur un cours d’eau à usages multiples.

« Nous sommes en train de mettre la dernière touche au contrat commercial et un Etat doit donner son observation sur ce projet qui a fait l’unanimité », a fait savoir le haut-commissaire.

Dans la même catégorie