MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique MAP Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique) MAP Bulletin écologique de l’Afrique australe ATOP COVID-19 : « UNE FORTE CONCENTRATION DE CAS POSITIFS DANS DES QUARTIERS DU GRAND LOME CES DERNIERS JOURS » ATOP VERS UNE TRANSITION AGROECOLOGIQUE : DES ACTEURS IMPLIQUES EN CONCERTATION A LOME ATOP ASSEMBLÉE NATIONALE : LES DÉPUTÉS ONT RENDU HOMMAGE A FEU OUATTARA FAMBARE NATCHABA ATOP PRIMATURE : PLUSIEURS PERSONNALITÉS CHEZ LE PREMIER MINISTRE AIP Présidentielle 2020: Les locaux de la CEI saccagés à N’zecresessou AIP Présidentielle 2020 : Abdourahmane Cissé appelle les populations de Port-Bouët à retirer les cartes d’électeurs AIP Présidentielle 2020: La CRDP appelle les populations de M’Bahiakro à préserver la paix

Bulletin de l’écologie de l’Afrique Bulletin


  25 Mars      8        Environment (1762),

   

Dakar, 25/03/2019 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du lundi 25 mars :

Sénégal:

–Le secrétaire général de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), Mamadou Diaby, a réitéré l’engagement de cette structure sous-régionale à s’orienter vers un aménagement concerté du patrimoine commun, notamment le bassin du fleuve Sénégal.

M. Diaby s’exprimait à Dakar lors de la cérémonie d’ouverture du comité consultatif du projet d’appui à la gestion intégrée des problématiques environnementales liées aux ressources en eau et du nexus eau-énergie agriculture dans le bassin du fleuve Sénégal (WEFE).

Ce projet, a-t-il rappelé, s’inscrit dans la continuité du partenariat entre l’OMVS, le centre commun de recherche (CCR), la Commission de l’Union européenne (UE) et l’Agence italienne pour la coopération au développement (AICS).

Entre 2009 et 2011, l’OMVS a réalisé son premier schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE).

Mali :

–Le ministre de l’Énergie et de l’eau, Sambou WAGUE a procédé, récemment, au lancement officiel des travaux de la centrale Akuo Kita Solar, d’une capacité de production de 50 MW, pour un coût total de 50,2 milliards de FCFA, dont la convention de financement a été signée, le 22 juillet 2017, entre la société Akuo Energy et le gouvernement malien à Paris, selon la presse locale.

Selon les professionnels du domaine, il s’agit là de la 1ère centrale photovoltaïque détenue et exploitée par un producteur indépendant du Mali et considérée comme la plus grande centrale solaire en Afrique de l’Ouest avec 50 MW en Build-own-operate and transfer (Boot).

A terme, l’infrastructure sera un élément essentiel dans la hausse de la fourniture énergétique au Mali et contribuera activement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le pays.

Côte d’Ivoire :

–De fortes précipitations sont attendues pour la période mars-avril-mai et avril-mai et juin 2019 sur toute l’étendue du territoire ivoirien, selon un rapport de la Société d’exploitation de développement aéroportuaire, aéronautique et météorologique (SODEXAM).

Selon les données météorologique pour la période mars-avril-mai, il est très probable que les cumuls pluviométriques saisonniers soient supérieurs aux cumuls moyens de 1981-2010 dans le sud avec (300 à 500 millimètres) soit une hausse de 5% par rapport à 2018, le littoral de 400 à 600 millimètre, soit une hausse de 1% par rapport à 2018.

Dans la moitié nord du pays, l’on pourrait enregistrer des cumuls pluviométriques saisonniers variant entre 150 à 200 millimètre soit une hausse de 30% par rapport à 2018 et 200 à 450 millimètres au centre, soit une hausse de 2% par rapport à 2018.

Gabon :

–Dans l’optique de consolider et de développer un espace forestier et rural de 631 000 ha et une zone marine de 260 900 ha dans la province de la Nyanga au sud du Gabon, la Grande Mayumba Development Company (GMDC) et l’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG), autorité portuaire, ont signé récemment une convention de concession portuaire.

Ce partenariat public-privé mis en place par la République gabonaise et SFM Africa Limited (SFM Africa) a pour objectif de développer des espaces sur la base d’un plan de gestion intégré des terres sur le long terme, sur des bases écologiques et économiques optimales et durables, rapporte +infosgabon+.

Ghana :

–La déforestation et la dégradation des forêts représentent un risque majeur pour la survie humaine au Ghana, a averti le directeur général de la Commission de la foresterie, Kwadwo Owusu-Afriyie.

Des activités telles que l’abattage illégal, les méthodes agricoles incontrôlées, les incendies de forêt doivent être réprimées, sinon elles pourraient faire des ravages dans les forêts du pays, a-t-il estimé, notant que la déforestation et la dégradation des forêts résultant d’activités forestières illégales constituent peut-être le plus grand défi de la gestion forestière aujourd’hui, et leurs conséquences se manifestent par le biais des effets néfastes du changement climatique.

Dans la même catégorie