AIP Macky Sall et Le Drian aux obsèques de Gon Coulibaly à Abidjan AIP Des honneurs militaires rendus au Premier ministre Gon Coulibaly AIP La démocratie est compatible avec la culture africaine (Universitaire) AIP Interview/ Le déconfinement du Grand Abidjan, un « soulagement » pour UTB qui reprend du service en respectant les mesures de lutte contre le Covid-19 (Directeur d’exploitation) AIP Examens scolaires : comment les candidats malades sont sauvés par le corps médical (reportage) AIP Les jeunes de Korhogo rendent hommage au Premier ministre Amadou Gon Coulibaly AIP Covid-19 : Les musulmans sunnites appellent les populations au strict respect des mesures barrières AIP Covid-19: La levée de l’isolement du grand Abidjan n’exclut pas le maintien des contrôles (Police) AIP Le nombre d’infectés de COVID-19 s’élève à 13 037 avec 165 nouveaux cas AIP Alliance interethnique : Les Kôyaka de Séguéla réclament la dépouille du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly

Le Maroc, l’une des économies les plus attractives pour les investissements dirigés vers l’Afrique


  27 Mars      0        Economy (8013),

   

Rabat, 27/03/2019 (MAP) – Le Maroc est l’une des économies les plus attractives pour les investissements dirigés vers le continent africain, selon une étude dévoilée par le cabinet de conseil et d’audit Deloitte en marge du 7è Africa CEO Forum, qui s’est déroulé les 25 et 26 mars dans la capitale rwandaise.

Menée auprès de plus de 120 dirigeants d’entreprises africaines sur leur perception des enjeux et des défis, cette étude révèle que 10 pays africain sont particulièrement attractifs en matière d’investissement, en l’occurrence le Maroc, la Côte d’Ivoire, le Rwanda, le Kenya, l’Éthiopie, l’Afrique du Sud, le Ghana, le Nigeria, le Sénégal et la Tunisie.

D’après le rapport de Deloitte, réalisé en partenariat avec Jeune Afrique Media Group, près de 70% des CEOs d’entreprises africaines ou opérant en Afrique expriment leur confiance en l’avenir économique du continent.

Baptisée 1er baromètre des CEOs africains, l’étude indique que 2/3 des décideurs souhaitent investir davantage sur le continent et envisagent pour la plupart d’étendre leurs activités à l’international.

Le rapport explique que cette vitalité économique est notamment portée par la création du marché unique africain, identifiée par 80% des CEOs africains comme un levier de croissance et une opportunité de développement, ainsi que par les accords liés à la création de la Zone continentale de libre échange continentale (ZLECAF).

Par ailleurs, le baromètre Deloitte note que la révolution technologique, qui bouleverse le paysage économique des entreprises africaines, apparait comme un élément central de leur stratégie pour l’année à venir et un levier de croissance considérable.

Toutefois, le rapport fait remarquer que si 60% des entreprises reconnaissent l’impact de cette révolution, le continent souffre d’une grande disparité dans l’intégration de ces nouvelles technologies.

Présentant cette étude, Brice Chasles, le Managing Partner de Deloitte Afrique, a souligné que les dirigeants africains qui prennent des mesures fermes en faveur de leur transformation numérique évitent les écueils d’une infrastructure ou d’une logistique inadaptée à ce nouveau monde, tout en obtenant un accès rapide et direct aux clients.

« Il est nécessaire pour eux d’accroître encore les investissements dans ce domaine. Il y a également un besoin prégnant d’encourager la coopération pour soutenir cette adaptation à l’ère numérique et d’accompagner les décideurs dans l’exploitation des technologies de pointe », a-t-il insisté.

Le baromètre Deloitte aborde six thèmes majeurs, à savoir la stratégie, la gouvernance d’entreprise, le financement, l’Innovation, la responsabilité sociale des entreprises et les talents.

Dans la même catégorie