GNA U-20 Women’s World Cup: Ghana suffer another humiliation to exit tournament  GNA Rana Motors partner GFA to launch Qatar OMBC project GNA Thunderstorm or rain expected over transition and northern sector this evening GNA Ghana to mark World Folklore Day with multi-national summit GNA Renew NHIS cards with mobile renewal service – Dr Okoe Boye GNA Ghana loses more than GHc5.6 billion annually in tax revenue GNA Minister of Food and Agriculture inaugurates Twifo Oil Palm Plantation Board GNA Invest for Jobs launches Green SME Networking Festival in Kumasi GNA GIPC Boss urges private sector to explore partnerships for growth GNA ActionAid sensitises employers, employees on decent work, ILO Conventions

QUATRE-VINGT ARTISTES EXPOSENT  »CONTRE VENTS ET MARÉES » À GORÉE


  1 Avril      116        Arts & Cultures (1779), Plastic Arts (50),

   

Dakar, 1er avr (APS) – La douzième édition de l’exposition  »Gorée Regards sur cours » (29-31 mars) sur l’île mémoire a réuni quatre-vingt artistes s’exprimant sous diverses expressions artistiques, a l’APS.

Ces créateurs peintres, sculpteurs, sous-verristes, photographes, designers, vidéas, entre autres, de différentes nationalités ont exposé  »contre vents et marrées » dans les maisons de Gorée.

Ils ont envahi les cours, squattant les moindres coins et recoins des demeures. Les églises, les postes de santé et l’école Mariama Ba ne sont pas épargnés.

Au centre socio-culturel Boubacar Joseph Ndiaye, deux artistes sénégalais, Camara Guèye et Soly Cissé, invités d’honneurs de cette édition, exposent leurs travaux.

Soly Cissé dénonce à travers son installation  »Water for all » (de l’eau pour tous), matérialisée par des sceaux d’eau,  »l’inégalité de l’accès à l’eau potable ».

Il place une cinquantaine de sceaux noirs à même le sol, certains sont à la renverse pour ceux qui n’ont pas accès à l’eau tandis que d’autres couverts de miroir sont pour ceux qui bénéficient du liquide précieux.

Quant à Camara Guèye, installé à l’étage, il présente une série de peintures à l’acrylique et à l’huile sur toile avec divers sujets touchant à la problématique de la vie dans  »Diar Diar » (passage de la vie).

Il peint aussi l’émigration clandestine qui selon lui dépasse  »l’audace » en passant par celle dédiée aux associations sportives et culturelles déterminées à atteindre leur but.

Marina Ricoux, présidente de l’association  »Gorée regards sur cours », initiatrice de cette biennale des arts en alternance avec le Dak’art, a salué la  »fidélité » de ces invités d’honneur.

 »Nous avons rendu des hommages au peintre gorée Souleymane Keita qui venait de décédé, puis au sculpteur Ousmane Sow. L’idée était de profiter d’un artiste vivant et là c’est Soly Cissé et Camara Guèye, des artistes majeurs de leur génération », a t-elle expliqué.

Dans un autre coin de l’île, la jeune photographe française de l’école supérieur d’art de Limoges Auriane Le Nouy a accroché ses clichés sur les cimaises de l’Ordre de Malte. La particularité de ses images est la composition et les formes carrées mettant en valeur de petites plantes qui poussent contre vents et marrées dans des endroits inhabituels.

Auriane Le Nouy qui visite pour la première fois le Sénégal et l’Afrique salue cette initiative de  »Regards sur cours » qui est une  »richesse ».

Chez l’ancienne magistrate, Marie José Crespin, les perles anciennes venues d’un peu partout de l’Afrique et du reste du monde ne sont plus un secret.

Dans un coin de sa maison, elle aligne sur une table des colliers faits avec des os de poissons et des coquillages pour ainsi répondre à la thématique de cette édition.

Elle a aussi étalé pour les visiteurs, les colliers acquis un peu partout dans les marchés de l’Afrique de l’ouest sillonnées lors de vacances et aussi ceux rapportés d’Egypte ou d’Afghanistan.

Mais la récente découverte de cette passionnée des perles est  »l’ambre jaune », résine fossilisée, dure et transparente avec laquelle on peut faire des colliers et des bagues.

Sur les quatre-vingt artistes participant à cette édition de  »Regards sur cours », vingt sont de Gorée.

L’artiste Baye Fall qui recycle les bouts de tissus ramassés chez le tailleur en leur donnant une autre vie présente des toiles en tissus et cuire où il dessine des personnages et des scènes de vie.

Son collègue André Doly quant à lui offre à voir ses séries de sous-verres peignant des personnages au cou long.

Pour lui, cet évènement majeur sur Gorée est  »bénéfique » pour les artistes locaux comme lui.

 »’Regards sur cours » est aussi un moment de business pour ces nombreux artistes qui ont pour la plupart vendu certaines de leurs œuvres.

La décoratrice d’intérieur Couna Mbodje Tramini a vendu quatre draps fait de pagne tissé, de rafia et de coton en plus des cousins en bogolan et en pagne tissé très prisés.

Outre les expositions, les visiteurs ont eu droit à un récital de poèmes sur le thème de la mer sur la terrasse de la commune de Gorée.

FKS/OID

QUATRE-VINGT ARTISTES EXPOSENT  »CONTRE VENTS ET MARÉES » À GORÉE


  1 Avril      113        Arts & Cultures (1779), Plastic Arts (50),

   

Dakar, 1er avr (APS) – La douzième édition de l’exposition  »Gorée Regards sur cours » (29-31 mars) sur l’île mémoire a réuni quatre-vingt artistes s’exprimant sous diverses expressions artistiques, a l’APS.

Ces créateurs peintres, sculpteurs, sous-verristes, photographes, designers, vidéas, entre autres, de différentes nationalités ont exposé  »contre vents et marrées » dans les maisons de Gorée.

Ils ont envahi les cours, squattant les moindres coins et recoins des demeures. Les églises, les postes de santé et l’école Mariama Ba ne sont pas épargnés.

Au centre socio-culturel Boubacar Joseph Ndiaye, deux artistes sénégalais, Camara Guèye et Soly Cissé, invités d’honneurs de cette édition, exposent leurs travaux.

Soly Cissé dénonce à travers son installation  »Water for all » (de l’eau pour tous), matérialisée par des sceaux d’eau,  »l’inégalité de l’accès à l’eau potable ».

Il place une cinquantaine de sceaux noirs à même le sol, certains sont à la renverse pour ceux qui n’ont pas accès à l’eau tandis que d’autres couverts de miroir sont pour ceux qui bénéficient du liquide précieux.

Quant à Camara Guèye, installé à l’étage, il présente une série de peintures à l’acrylique et à l’huile sur toile avec divers sujets touchant à la problématique de la vie dans  »Diar Diar » (passage de la vie).

Il peint aussi l’émigration clandestine qui selon lui dépasse  »l’audace » en passant par celle dédiée aux associations sportives et culturelles déterminées à atteindre leur but.

Marina Ricoux, présidente de l’association  »Gorée regards sur cours », initiatrice de cette biennale des arts en alternance avec le Dak’art, a salué la  »fidélité » de ces invités d’honneur.

 »Nous avons rendu des hommages au peintre gorée Souleymane Keita qui venait de décédé, puis au sculpteur Ousmane Sow. L’idée était de profiter d’un artiste vivant et là c’est Soly Cissé et Camara Guèye, des artistes majeurs de leur génération », a t-elle expliqué.

Dans un autre coin de l’île, la jeune photographe française de l’école supérieur d’art de Limoges Auriane Le Nouy a accroché ses clichés sur les cimaises de l’Ordre de Malte. La particularité de ses images est la composition et les formes carrées mettant en valeur de petites plantes qui poussent contre vents et marrées dans des endroits inhabituels.

Auriane Le Nouy qui visite pour la première fois le Sénégal et l’Afrique salue cette initiative de  »Regards sur cours » qui est une  »richesse ».

Chez l’ancienne magistrate, Marie José Crespin, les perles anciennes venues d’un peu partout de l’Afrique et du reste du monde ne sont plus un secret.

Dans un coin de sa maison, elle aligne sur une table des colliers faits avec des os de poissons et des coquillages pour ainsi répondre à la thématique de cette édition.

Elle a aussi étalé pour les visiteurs, les colliers acquis un peu partout dans les marchés de l’Afrique de l’ouest sillonnées lors de vacances et aussi ceux rapportés d’Egypte ou d’Afghanistan.

Mais la récente découverte de cette passionnée des perles est  »l’ambre jaune », résine fossilisée, dure et transparente avec laquelle on peut faire des colliers et des bagues.

Sur les quatre-vingt artistes participant à cette édition de  »Regards sur cours », vingt sont de Gorée.

L’artiste Baye Fall qui recycle les bouts de tissus ramassés chez le tailleur en leur donnant une autre vie présente des toiles en tissus et cuire où il dessine des personnages et des scènes de vie.

Son collègue André Doly quant à lui offre à voir ses séries de sous-verres peignant des personnages au cou long.

Pour lui, cet évènement majeur sur Gorée est  »bénéfique » pour les artistes locaux comme lui.

 »’Regards sur cours » est aussi un moment de business pour ces nombreux artistes qui ont pour la plupart vendu certaines de leurs œuvres.

La décoratrice d’intérieur Couna Mbodje Tramini a vendu quatre draps fait de pagne tissé, de rafia et de coton en plus des cousins en bogolan et en pagne tissé très prisés.

Outre les expositions, les visiteurs ont eu droit à un récital de poèmes sur le thème de la mer sur la terrasse de la commune de Gorée.

FKS/OID

Dans la même catégorie