AIP Macky Sall et Le Drian aux obsèques de Gon Coulibaly à Abidjan AIP Des honneurs militaires rendus au Premier ministre Gon Coulibaly AIP La démocratie est compatible avec la culture africaine (Universitaire) AIP Interview/ Le déconfinement du Grand Abidjan, un « soulagement » pour UTB qui reprend du service en respectant les mesures de lutte contre le Covid-19 (Directeur d’exploitation) AIP Examens scolaires : comment les candidats malades sont sauvés par le corps médical (reportage) AIP Les jeunes de Korhogo rendent hommage au Premier ministre Amadou Gon Coulibaly AIP Covid-19 : Les musulmans sunnites appellent les populations au strict respect des mesures barrières AIP Covid-19: La levée de l’isolement du grand Abidjan n’exclut pas le maintien des contrôles (Police) AIP Le nombre d’infectés de COVID-19 s’élève à 13 037 avec 165 nouveaux cas AIP Alliance interethnique : Les Kôyaka de Séguéla réclament la dépouille du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly

Les institutions publiques et privées du Kenya doivent plus de 3,10 milliards de dollars aux PME (KNCCI)


  13 Avril      1        Economy (8013),

   

Nairobi, 13/02/2019 (MAP)- Les petites et moyennes entreprises (PME) du Kenya ont du mal à rester à flot et risquent de manquer d’activités en raison du retard de paiement des institutions publiques et privées, qui se chiffrent en centaines de milliards de shillings, a averti, vendredi soir, le président de la chambre de Commerce et d’industrie du Kenya (KNCCI), Kiprono Kitonny.

Le gouvernement national, les comtés et les grandes entreprises doivent plus de 310 milliards de shillings (environ 3,10 milliards de dollars) aux PME, a précisé M. Kitonny, en ajoutant que le gouvernement national doit, à lui seul, 250 milliards de shillings aux PME du pays, soit 80% de l’ensemble de la dette.

« Une étude de la chambre a révélé un problème endémique concernant les retards de paiement dans le pays, en particulier de la part du gouvernement national, qui réduit le capital des PME. Il faut remédier à ce problème pour soutenir la croissance des PME qui contribuent fortement à la création d’emplois et à la croissance économique », a souligné M. Kitonny.

Il a également souligné une tendance émergente selon laquelle les gouverneurs des comtés en place renient les obligations de leurs prédécesseurs, mettant ainsi les fournisseurs dans une situation financière difficile.

Il a averti que les retards de paiement aux PME, conjugués à une loi du plafonnement des taux d’intérêt qui muselait les prêts au secteur, pourraient entraîner la fermeture des entreprises, entraînant des pertes d’emplois, ce qui aurait un impact négatif sur le tissu économique social du pays.

Pour remédier à ce problème, la chambre a proposé un ensemble de mesures visant à protéger les fournisseurs des effets négatifs des retards de paiement, notamment la mise en place d’une législation portant sur la facturation de frais de retard égaux aux taux d’intérêts bancaires en vigueur.

Dans la même catégorie