AIP Macky Sall et Le Drian aux obsèques de Gon Coulibaly à Abidjan AIP Des honneurs militaires rendus au Premier ministre Gon Coulibaly AIP La démocratie est compatible avec la culture africaine (Universitaire) AIP Interview/ Le déconfinement du Grand Abidjan, un « soulagement » pour UTB qui reprend du service en respectant les mesures de lutte contre le Covid-19 (Directeur d’exploitation) AIP Examens scolaires : comment les candidats malades sont sauvés par le corps médical (reportage) AIP Les jeunes de Korhogo rendent hommage au Premier ministre Amadou Gon Coulibaly AIP Covid-19 : Les musulmans sunnites appellent les populations au strict respect des mesures barrières AIP Covid-19: La levée de l’isolement du grand Abidjan n’exclut pas le maintien des contrôles (Police) AIP Le nombre d’infectés de COVID-19 s’élève à 13 037 avec 165 nouveaux cas AIP Alliance interethnique : Les Kôyaka de Séguéla réclament la dépouille du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly

Côte d’Ivoire / La nouvelle politique de préservation des forêts présentée aux coopératives agricoles d’Arrah


  20 Avril      0       

   

Bongouanou, 20 avr (AIP) – Le cantonnement forestier d’Arrah a invité jeudi les responsables des coopératives agricoles du département d’Arrah à une séance d’échanges et de formation sur la nouvelle politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts (PPREF) et aussi sur la technique de l’agroforesterie.

Le chef du cantonnement d’Arrah, Soro Kazana a présenté à l’occasion les avantages de l’agroforesterie.

Il a souligné le fait que selon le nouveau code forestier l’État n’est plus le seul propriétaire de la forêt mais que le planteur en est également propriétaire.

Le chef de cantonnement a expliqué la méthode agroforestière selon le modèle de Mondelez (cacao culture) qui consiste notamment à mettre, sur un hectare de parcelle, des arbres forestiers sur le premier rang, les bois d’œuvre sur le deuxième rang, sur le troisième rang les bois de production fruitière et sur le quatrième rang les espèces médicinales.

« Tout cela est avantageux pour le planteur qui profite de son cacao, mais aussi du bois d’œuvre et du bois fruitier. L’agriculture étant la première destructrice de la forêt il faut qu’elle soit désormais l’amie de la forêt » a conclu M. Kazana.

Dans la même catégorie