AIP Les populations de trois villages de Bonoua s’engagent à lutter contre l’insalubrité APS MATAM : DU MATÉRIEL D’IRRIGATION AUX FEMMES DE NGUIDJILONE AMI La Mauritanie préside les travaux de la 43ème session du conseil des ministres arabes de la jeunesse et des sports AGP PR felicita homólogo de Cabo Verde pela independência AGP PR felicita homólogo de Cabo Verde pela independência ANGOP Covid-19: Angola regista mais sete novos casos positivos AGP Tougué/Santé : 30.708 enfants concernés par la campagne anti-paludisme saisonnier. AGP Guinée-Covid-19 : 34 décès recensés sur 5.570 cas positifs au coronavirus AGP Guinée-Société : Près de 150 guinéens rapatriés du Sénégal, regagnent Conakry AIP Didier Drogba fait citoyen d’honneur de la ville de Bouaké

Gabon: Clôture du premier symposium international sur la protection des zones littorales et marines


  27 Avril      5        Environment (1610),

   

Libreville, 27 Avril (AGP) – Le directeur de Cabinet du ministre en charge de l’Environnement, Lin Madjoupa, a clôturé le vendredi 26 avril à Libreville, le premier symposium national à dimension international axé sur les Aires protégées littorales et développement urbain de Libreville.

Le colloque qui rentre dans le cadre du Projet Arc d’Emeraude dans son volet scientifique avait pour but d’ouvrir un dialogue science et gestion politique pour l’intégration des résultats des connaissances scientifiques dans la prise de décision et de gestion optimale des politiques de développement des activités humaines.

Après quatre jours d’échanges, plusieurs recommandations scientifiques qui aideront les gouvernants dans leur prise de décision pour le développement des aires protégées littorales et d’alimenter le dialogue politique gestionnaire, société civile et scientifique, ont été relevées.

«En termes de recommandations, la mise en œuvre d’un observatoire de mangroves qui permettra un suivi à différentes échelles spatial et temporel de ces sociaux écosystèmes qui sont particulièrement cruciaux et indispensables a été soulignée. La seconde recommandation consiste à partager et à mutualiser les données. Une troisième recommandation consiste à développer des partenariats de collaboration fructueux. En termes d’agenda international, la préconisation de 30% d’aire marine protégée dans la zone économique exclusive des Etats nous contraint. (…) Il est donc important de continuer l’acquisition et l’analyse au sein de ces écosystèmes côtiers», a énuméré François Le Lock, de l’Institut de recherches pour le développement (IRD).

Les participants ont également émis le vœu de continuer la collaboration sur cette thématique vers un Arc d’Emeraude 2.

Le directeur de cabinet a pour sa part évoqué la nécessité de dédier une plateforme de chercheurs sur les Aires protégées littorales et développement urbain. Ceci pour un souci d’efficacité et de mutualisation. Avant d’inviter les uns et les autres à suivre les orientations et principes de ce symposium.

«Le secrétariat général de notre ministère via ses services techniques veillera à assurer la diffusion et la promotion des actes du présent symposium auprès des acteurs nationaux et internationaux impliqués dans le secteur», a déclaré Lin Madjoupa, avant de solliciter l’appui et la mobilisation des partenaires au développement et bailleurs de fonds.

Rappelons que la tenue de ce symposium fait suite au constat par le volet scientifique du projet Arc d’Emeraude de la menace de la proximité des aires protégées avec une ville en expansion.

A l’Estuaire, selon le ministère en charge de l’Environnement, les zones de Bolokoboué, Bambouchine, Bikélé et la Pointe Denis sont dans un état critique et inquiétant.

Dans la même catégorie