ATOP UNE DELEGATION DES PORTS DE HAROPA EN MISSION D’AMITIE ET DE TRAVAIL A LOME AGP Matoto/Éducation : Reprise effective des cours dans les écoles GNA Government urged to strengthen support for start-ups GNA Citizens urged to condemn and report corrupt activities GNA Africa Build Show launched in Accra by MIE Groups MAP L’exposition « Trésors de l’Islam en Afrique, de Tombouctou à Zinzibar », un projet à portée identitaire et civilisationnelle (Lahjomri) ANP Le chef de l’État reçoit la Représentante du secrétaire général de L’ONU pour la Guinée Bissau APS MAGAL DE TOUBA : 703 INDIVIDUS ARRÊTÉS POUR DIVERSES INFRACTIONS (POLICE) APS A TOUBA, L’ACMU VULGARISE SES OFFRES APS ALIOUNE SARR ÉVOQUE DES PISTES DE RELANCE DU PÔLE SINE SALOUM

TROIS ATHLÈTES SÉNÉGALAIS PENSIONNAIRES DU CENTRE AFRICAIN D’ATHLÉTISME DE DAKAR


  23 Mai      0        Sport (2563),

   

Dakar, 23 mai (APS) – Trois athlètes sénégalais, dont un seul interne, sont pensionnaires du Centre africain de développement de l’athlétisme (AADC, en anglais) de Dakar, qui a ouvert ses portes en décembre dernier, a appris l’APS de son directeur technique, El Hadj Amadou Dia Bâ.

Louis François Mendy (110m haies), un des grands espoirs de l’athlétisme sénégalais, est le seul interne de ces trois athlètes, a-t-il précisé dans un entretien avec l’APS, les deux autres, Fatou Gaye et Yama Thiam (400m), étant des externes.

« On entre dans le centre grâce à ses performances et à une bourse », a indiqué Amadou Dia Ba, qui vient d’intégrer la Commission des athlètes du Comité internationale olympique (CIO).

Mendy, qui n’a pas de bourse, reçoit recroit de la Fédération sénégalaise d’athlétisme un pécule mensuel lui permettant de demeurer dans ce centre d’excellence spécialisé « dans le sprint et les sauts d’obstacles », a ajouté Dia Ba.

Les autres pensionnaires viennent du Burkina Faso (1), du Cameroun (1), de Madagascar (1) et de la Gambie, est-il indiqué dans une note de présentation.

« Ce centre offre des conditions d’entraînement exceptionnelles et un cadre pour le développement de jeunes athlètes boursiers de la solidarité olympique, de la CONFEJES (Conférence des ministres des sports de la Francophonie) et de la CAA (Confédération africaine d’athlétisme) », ajoute la note de présentation.

Outre El Hadj Amadou Dia Bâ, une médaillé olympique sénégalais aux 400 m à Séoul (Corée du Sud) en 1988, le centre peut compter sur l’expertise du technicien français, Alain Smail, ancien entraîneur et directeur technique du Centre international d’athlétisme de Dakar (CIAD).

Dia Bâ, à lui seul, s’occupe de l’encadrement et de la formation des athlètes et des techniciens, dont les anciens CIAD et CRD (Centre régional de développement de Dakar) étaient chargés.

Le volet médical est placé sous la responsabilité du professeur Seydina Sèye, chirurgien orthopédique « de renommée internationale » épaulé par des physiothérapeutes.

Le directeur général de la Confédération africaine d’athlétisme (CAA), le Sénégalais Lamine Faty, a lui en charge la supervision de toutes les actions, de concert avec le directeur technique de la CAA, le Marocain Aziz Daouda.

Selon la même note de présentation, les pensionnaires du Centre africain de développement de l’athlétisme travaillent sur la piste en tartan du stade Léopold Sédar Senghor et utilisent la salle de musculation de la même enceinte sportive.

Dans la même catégorie