MAP Coupe du Trône de canoë kayak: L’Olympique Marocain Sports Nautiques remporte le titre dans les catégories dames et messieurs APS le PM français veut l’engagement de tous pour la stabilité du Mali APS Un expert rappelle la nécessité pour l’Afrique d’avoir sa propre industrie pharmaceutique APS Moscou et Pékin invités à accepter un « mandat robuste’’ de l’ONU au Mali et au Sahel APS Moscou et Pékin invités à accepter un « mandat robuste’’ de l’ONU au Mali et au Sahel APS Saly : clôture des réunions du giaba sur le blanchiment de capitaux et le terrorisme APS recherche : le prix galien sera décerné en afrique seulement, à partir de 2020 APS Saint-louis : Greenpeace avec le Gandiol contre les usines de farine de poisson ANG “Apesar da redução de animadores cívicos, o processo está tendo sucesso”, diz a Coordenadora para região de Oio ANG Adalberto da Costa Júnior é o novo presidente da UNITA

LE GOUVERNEMENT VEUT ÉLARGIR L’OFFRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE (MINISTRE)


  12 Juin      0        Job (139),

   

Dakar, 11 juin (APS) – Le gouvernement travaille à améliorer l’offre de formation professionnelle pour permettre à un nombre plus important de jeunes de pouvoir en bénéficier, a indiqué mardi le ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat.

Dame Diop s’exprimait au complexe Maurice De Lafosse où il était venu assister au démarrage des épreuves du baccalauréat technique.

’’Nous avons constaté que le nombre des candidats est très peu (….) Nous avons moins de 4000 candidats au bac technique. C’est encore très
faible. C’est pourquoi nous travaillons pour améliorer l’offre de formation professionnelle afin d’augmenter le nombre de centres de
formation et permettre aux jeunes de faire la formation et d’avoir des qualifications (…)’’, a dit le ministre.

En 2019, le nombre total de candidats au bac, toutes séries confondues, est 159 300.

Le ministère a pris la décision permettant ‘’aux jeunes bacheliers qui sont en série T1, T2 S3 ou G et qui n’ont pas eu la possibilité de
continuer leurs études de pouvoir bénéficier de l’accompagnement’’ du Fonds de financement de la formation professionnelle et Technique
(FPT), a expliqué Diop.

‘’On a aujourd’hui au moins 85000 jeunes qui sont dans les dispositifs de formation professionnelle et nous travaillons dans ces structures
de formation pour améliorer leur employabilité (…)’’, a-t-il ajouté.

Le ministre a salué le bon démarrage du bac technique au Complexe Maurice de la Fosse.

‘’J’étais venu constater le démarrage effectif des épreuves. Je me réjouis que tout se passe bien dans ce centre. Les épreuves ont
démarré à 8h précises. Les présidents de jury sont en place, les surveillants sont en place, pas moins de deux surveillants par salle,
et il y a très peu d’absents, la sécurité est en place’’, a-t-il déclaré.

Le Sénégal ‘’a entrepris depuis 2011 la réforme du bac et particulièrement du bac technique’’, a rappelé Dame Diop, soulignant
qu’il ‘’est avéré que de nouvelles compétences sont nécessaires aux jeunes qui font le bac technique’’.

‘’C’est pour cela qu’on a voulu sortir des Bac classiques T1et T2 pour faire ce qu’on appelle des Sciences de technologie de l’industrie et
du développement durable, des sciences de technologie et de la gestion’’, a fait valoir le ministre.

‘’Cela permettra d’installer de nouvelles compétences chez les bacheliers qui vont avoir non seulement des compétences
professionnelles pour entrer dans le marché du travail mais aussi d’avoir des qualificatifs pour continuer des études supérieures’’,
a-t-il soutenu.

LE GOUVERNEMENT VEUT ÉLARGIR L’OFFRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE (MINISTRE)


  12 Juin      0        Job (139),

   

Dakar, 11 juin (APS) – Le gouvernement travaille à améliorer l’offre de formation professionnelle pour permettre à un nombre plus important de jeunes de pouvoir en bénéficier, a indiqué mardi le ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat.

Dame Diop s’exprimait au complexe Maurice De Lafosse où il était venu assister au démarrage des épreuves du baccalauréat technique.

’’Nous avons constaté que le nombre des candidats est très peu (….) Nous avons moins de 4000 candidats au bac technique. C’est encore très
faible. C’est pourquoi nous travaillons pour améliorer l’offre de formation professionnelle afin d’augmenter le nombre de centres de
formation et permettre aux jeunes de faire la formation et d’avoir des qualifications (…)’’, a dit le ministre.

En 2019, le nombre total de candidats au bac, toutes séries confondues, est 159 300.

Le ministère a pris la décision permettant ‘’aux jeunes bacheliers qui sont en série T1, T2 S3 ou G et qui n’ont pas eu la possibilité de
continuer leurs études de pouvoir bénéficier de l’accompagnement’’ du Fonds de financement de la formation professionnelle et Technique
(FPT), a expliqué Diop.

‘’On a aujourd’hui au moins 85000 jeunes qui sont dans les dispositifs de formation professionnelle et nous travaillons dans ces structures
de formation pour améliorer leur employabilité (…)’’, a-t-il ajouté.

Le ministre a salué le bon démarrage du bac technique au Complexe Maurice de la Fosse.

‘’J’étais venu constater le démarrage effectif des épreuves. Je me réjouis que tout se passe bien dans ce centre. Les épreuves ont
démarré à 8h précises. Les présidents de jury sont en place, les surveillants sont en place, pas moins de deux surveillants par salle,
et il y a très peu d’absents, la sécurité est en place’’, a-t-il déclaré.

Le Sénégal ‘’a entrepris depuis 2011 la réforme du bac et particulièrement du bac technique’’, a rappelé Dame Diop, soulignant
qu’il ‘’est avéré que de nouvelles compétences sont nécessaires aux jeunes qui font le bac technique’’.

‘’C’est pour cela qu’on a voulu sortir des Bac classiques T1et T2 pour faire ce qu’on appelle des Sciences de technologie de l’industrie et
du développement durable, des sciences de technologie et de la gestion’’, a fait valoir le ministre.

‘’Cela permettra d’installer de nouvelles compétences chez les bacheliers qui vont avoir non seulement des compétences
professionnelles pour entrer dans le marché du travail mais aussi d’avoir des qualificatifs pour continuer des études supérieures’’,
a-t-il soutenu.

Dans la même catégorie