APS Dakar et Paris signent des accords pour les études de faisabilité de deux projets culturels sénégalais APS Vers une réforme des jeux africains APS L’aide au développement de la France devrait à terme atteindre 7 milliards d’euros par an (edouard philippe) APS Vers une réforme des jeux africains APS le PM français veut l’engagement de tous pour la stabilité du Mali APS La résolution de la crise lybienne, un préalable à une lutte efficace contre le terrorisme au sahel (el ghazouani) APS Une diplomate chinoise dénonce les ‘’préjugés’’ de ‘’certains pays occidentaux’’ envers son pays MAP Coupe du Trône de canoë kayak: L’Olympique Marocain Sports Nautiques remporte le titre dans les catégories dames et messieurs APS le PM français veut l’engagement de tous pour la stabilité du Mali APS Un expert rappelle la nécessité pour l’Afrique d’avoir sa propre industrie pharmaceutique

CHANTIERS DE FPEC : LE DIRECTEUR DE L’ONFP INSISTE SUR LE RESPECTR DES DÉLAIS


  13 Juin      0        Job (139),

   

Dakar, 12 juin (APS) – Le directeur général de l’Office national de formation professionnelle (ONFP), Sanoussi Diakité, a souligné mercredi à Dakar la nécessité de livrer dans les délais impartis, les chantiers dont il a en charge, dans le cadre de la mise en œuvre du projet Formation professionnelle pour l’emploi et la compétitivité (FPEC).

« Nous sommes là dans un exercice de mise en œuvre, d’identification et de partage de stratégies pour achever les travaux à date », à savoir décembre 2019, a-t-il dit lors d’un atelier de partage de la stratégie d’achèvement des chantiers dont l’ONFP a la charge.

En présence d’entreprises, maîtres d’œuvre et bureaux de contrôle, il a rappelé que les chantiers sont en cours « depuis 2017 », insistant sur la nécessité de « procéder dans les délais » arrêtés par le ministère de tutelle, celui en charge de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat.

Au-delà des aspects contractuels, « l’entreprise, les maîtres d’œuvre et les bureaux de contrôle sont des acteurs pour l’atteinte des objectifs d’un projet », a souligné Sanoussi Diakité.

« Il ne faut pas considérer juste l’entreprise comme un prestataire ou un fournisseur mais c’est un acteur qui joue son rôle dans l’atteinte d’un objectif de projet », a-t-il insisté, avant d’ajouter : « Donc, il faut partager les enjeux de ce projet et les faire endosser, créer une situation d’adhésion forte au-delà des aspects contractuels ».

« En partageant la stratégie définie par l’ONFP, qui est maître d’ouvrage délégué de l’ensemble de ces chantiers à travers le pays, nous allons pouvoir faire approprier par les différents acteurs de cette stratégie que nous avons conçue », pour que les infrastructures concernées soient prêtes et livrées à temps au maître d’ouvrage, à savoir le ministère de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat, a noté Sanoussi Diakité.

Parlant des chantiers en question, il a cité « deux grands centres » en construction à Diamniadio, à la sortie de Dakar, un pour l’aviculture, d’un coût dépassant « deux milliards FCFA », et un centre d’hôtellerie et de tourisme dont le coût avoisine le même montant.

De même a-t-il évoqué « un centre dans le domaine de l’horticulture construit à Néttéboulou dans le département de Tambacounda au bord du fleuve Gambie, qui a un coût d’un milliards trois cent millions et un autre centre pour l’horticulture à Thiep, dans la zone des Niayes », pour « plus d’un milliard de FCFA », a précisé Sanoussi Diakité.

« Il y a des centres dans le domaine de l’hôtellerie à Saint-Louis et à Ziguinchor dont les coûts dépassent les six cent-millions de francs CFA, et tous ces centres seront construits et équipés », a poursuivi le DG de l’ONFP.

S’y ajoute « trois lycée techniques qui font l’objet de réhabilitation et de mise en œuvre d’infrastructures adaptées aux nouvelle séries sciences, techniques économiques et de gestion (STEG)… ».

Les trois lycées concernées sont lycée De Lafosse (Dakar), Peytavin (Saint-Louis) et celui de Kédougou (sud), les deux derniers cités ayant été réceptionnés, « les autres sont entre 50 et 80 pour cent de niveau d’exécution. Il s’agit de faire en sorte qu’avant décembre 2019, les reste soit livré, terminé », a poursuivi Sanoussi Diakité.

« L’ensemble des chantiers est à hauteur de 22 milliards francs CFA et nous sommes là dans l’identification aussi bien en termes de méthodologie que des moyens, de ressources techniques et ressources humaines à mettre en place pour atteindre l’objectif » assigné, a conclu M. Diakité.

Dans la même catégorie