ANP Le chef de l’État reçoit la Représentante du secrétaire général de L’ONU pour la Guinée Bissau APS MAGAL DE TOUBA : 703 INDIVIDUS ARRÊTÉS POUR DIVERSES INFRACTIONS (POLICE) APS A TOUBA, L’ACMU VULGARISE SES OFFRES APS ALIOUNE SARR ÉVOQUE DES PISTES DE RELANCE DU PÔLE SINE SALOUM ACAP Quatorze éléments armés appréhendés à Birao par la MINUSCA remis à la justice NAN World Food Day: Expert advocates increased funding of agric to create jobs NAN Buhari inaugurates 2020 Armed Forces Emblem with N10m donation ANP Le Niger se dote d’une loi réprimant les infractions relatives au commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction AIP De nombreux accidents dans les rues d’Issia liés à l’âge des conducteurs (Comité) Issia_Comité départemental de sécurité AIP La secrétaire d’État auprès du ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant aux côtés des sinistrés de Grand-Bassam

CAN 2019: des sélections données favorites pour le sacre final, d’autres veulent créer la surprise


  17 Juin      0        Sport (2563),

   

Le Caire- A quelques jours du coup d’envoi de la 32e Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football en Egypte, les pronostics vont bon train sur les équipes qui peuvent jouer les premiers rôles lors de ces joutes.

Comme à l’accoutumé, à la veille de chaque tournoi, des sélections partent favorites, du moins sur papier, pour le sacre final, soit à la faveur des stars dont elles regorgent, soit vu leur palmarès et leur grande expérience.

Toutefois, d’autres équipes peuvent émerger du lot et créer la surprise, d’autant plus que cette édition connait la participation, pour la première fois, de 24 équipes.

Il va sans dire que la victoire finale dans un grand tournoi comme celui de la CAN nécessite d’avoir une grande expérience, tirer profit des moindres opportunités et signer une grande performance sur l’aire de jeu.

Ainsi, l’Egypte, le Cameroun, le Maroc, la Tunisie et le Sénégal, sont des candidats solides pour le titre, avec les mêmes chances et les mêmes aspirations.

Les analystes estiment que l’Egypte, sous la direction de l’entraîneur mexicain Javier Aguirre, s’efforce de reconquérir le titre, après sa victoire en 2010, notant que la sélection égyptienne est le principal candidat pour plusieurs raisons, surtout qu’elle est la plus titrée du continent (7 titres).

L’Égypte, qui fait partie du groupe A aux côtés de la République démocratique du Congo, de l’Ouganda et du Zimbabwe, dispose de plusieurs joueurs évoluant dans les championnats européennes, à leur tête Mohamed Salah (Liverpool/Angleterre), quatrième plus cher joueur au monde (150 millions d’euros).

A noter que les Pharaons sont en tête de la liste des équipes arabes en termes de valeur marchande avec 202,28 millions d’euros.

De son côté, l’équipe marocaine, dirigée par le Français Hervé Renard, cherche à rééditer l’exploit de 1976, bien qu’elle soit logée dans un groupe relevé, avec l’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire et la Namibie.

Les Lions de l’Atlas ont tous les moyens nécessaires pour aller le plus loin possible dans cette compétition, voire remporter le tournoi continental.

Ainsi, l’équipe nationale, qui occupe la deuxième place sur la liste des équipes arabes en termes de valeur marchande (187,86 millions d’euros), comprend des joueurs très talentueux, conduits par un entraîneur vétéran qui a remporté le trophée à deux reprises, la première en 2012 avec la Zambie et en 2015 avec la Côte d’Ivoire.

Parmi ces joueurs, Hakim Ziyech, le milieu offensif de l’Ajax Amsterdam, Mehdi Benatia, défenseur d’Al Duhail du Qatar, Mbark Boussoufa (Al Shabab Ryad) et Yassine Bouno (Gérone/Liga espagnole).

De son côté, le Cameroun qui compte à son portefeuille cinq titres (1984, 1988, 2000, 2002 et 2017), sera un adversaire redoutable lors de cette compétition. Les Lions Indomptables du Cameroun, sous la direction du Néerlandais Clarence Seedorf cherchent à conserver leur titre, avec une équipe de joueurs professionnels, à l’égard de Vincent Aboubakar, Joel Matip et Eric Maxim Choupo-Moting.

Mais le seul écueil qui pourrait empêcher le Cameroun, qui fait partie du groupe F, comprenant le Ghana, le Bénin et la Guinée Bissau, de monter sur le podium, est le manque d’expérience africaine de Seedorf, qui va signer en Egypte sa toute première participation à une CAN.

Un autre prétendant au sacre final, et pas des moindres, la Tunisie, logée dans le groupe E, à côté du Mali, de la Mauritanie et de l’Angola, sera un adversaire à craindre lors de cette CAN.

Les Aigles de Carthage, qui comptent à leur actif une seule coupe d’Afrique, remportée en 2004, peuvent miser sur leur expérience et participation assidue à la phase finale de cette compétition, de même que sur la qualité de ses cadres, ce qui leur a permis de pointer à la 4è place du classement des sélections arabes en termes de valeur marchande avec 54 millions euros.

Parmi les stars de cette équipe, emmenée par l’entraîneur français Alain Giress, qui a acquis une grande expérience africaine, il y a lieu de citer Wahby Khazry, qui évolue au sein du club français de Saint-Etienne, outre des joueurs talentueux à l’image de Mohamed Amine Ben Omar (Etoile du Sahel), Ali Maaloul, Hamdy Nakkaz et Farjani Sasi sociétaires des clubs égyptiens d’Al Ahly et du Zamalek.

De son côté, l’Equipe du Sénégal, qui évoluera dans le groupe C avec le Kenya, l’Algérie et la Tanzanie, figure parmi les grands favoris pour la victoire finale lors de cette compétition, car cette génération rêve d’inscrire son nom en lettre d’or au palmarès de cette coupe.

Pour y parvenir, les coéquipiers de Sadio Mané (Liverpool/Angleterre), qui y signeront leur 14è participation dans cette compétition, vont compter sur leurs talents, eux qui évoluent dans les plus grands championnats européens.

Pour sa part, la Côte d’Ivoire conserve toutes ses chances pour espérer monter sur la plus haute marche du podium de cette compétition, elle qui s’était adjugée le trophée à deux reprises en 1992 au Sénégal et en 2015 en Guinée Equatoriale. Les Eléphants de la Côte d’Ivoire sont l’équipe qui a signé le plus grand nombre de qualifications en phases finales de la CAN avec 23 participations, derrière l’Egypte (24).

Certes la Côte d’Ivoire est logée dans le groupe de « la mort », à côté du Maroc, de l’Afrique du Sud et de la Namibie, le seul, d’ailleurs, à comporter trois vainqueurs de cette coupe, mais l’entraîneur des Eléphants dispose d’un effectif homogène, avec notamment Wilfried Zaha (Crystal Palace/Angleterre), ou Gervinho, ancien joueur d’Arsenal.

Il est donc difficile de pouvoir deviner l’identité de l’éventuel vainqueur de ce tournoi, car le niveau technique de toutes les sélections favorites semble similaire, mais cela n’empêche que des outsiders peuvent émerger du lot et déjouer tous les pronostics.

C’est le cas notamment du Nigeria, du Ghana et de l’Afrique du Sud.

Les Nigérians, qui joueront au premier tour contre Madagascar, la Guinée et le Burundi, disposent de bons joueurs, notamment en ligne défensive, alors que le Ghana, qui évoluera dans le groupe F avec le Cameroun, le Bénin et la Guinée Bissau, tentera de défendre son statut d’habitué des derniers tours de cette compétition.

Pour les Bafana Bafana de l’Afrique du Sud, l’objectif sera de décrocher un deuxième titre grâce à une nouvelle génération de joueurs, à leur tête Thimba Zouani de Mamelodi Sundowns (Afrique du Sud).

Dans la même catégorie