ANG Deputados da maioria aprovam Programa de Governo ANG Bissau acolhe seminário internacional sobre justiça restaurativa ANG Governo e PAM assinam acordo para acabar com fome no país ANG Iniciados trabalhos da 5ª revisão anual dos projectos comunitários no país APS UN EXPERT DONNE LA RECETTE POUR LE DÉVELOPPEMENT DU LEADERSHIP EN AFRIQUE ANG A Guiné-Bissau precisa de investir na formação dos seus produtores e agricultores », diz ministra de Agricultura e Florestas ANG A Guiné-Bissau precisa de investir na formação dos seus produtores e agricultores », diz ministra de Agricultura e Florestas ANGOP FAO investe mais de USD 7 milhões para recuperação de resiliência APS UNE DÉLÉGATION DES ’’PANAFRICAINES’’ À LA 12E CONFÉRENCE DU PAP SUR LES DROITS DES FEMMES AIP Côte d’Ivoire-AIP / Caravane sur la sécurité routière : 125 casques offerts aux chauffeurs de taxis-motos et autres usagers de Béoumi

LES LIONS EN FINALE, LE COÛT DES MAILLOTS GRIMPE À SANDAGA


  15 Juillet      0        Sport (2563),

   

Dakar, 15 juil (APS) – Au lendemain de la qualification du Sénégal à
la finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), le coût des
maillots et autres gadgets aux couleurs nationales a connu une
certaine hausse au marché Sandaga de Dakar, ont constaté des reporters
de l’APS.

Dans ce haut lieu du commerce de la capitale sénégalaise l’ambiance
joyeuse semble s’éterniser 24 heures après que le pays se soit hissé
en finale de CAN après une traversée du désert de 17 ans.

Ici, l’heure est encore aux commentaires sur la victoire obtenue par
les Lions la veille sur les Aigles de Carthage (1-0) en demi-finale de
la plus prestigieuse compétition de football sur le continent
africain.

Aux couleurs nationales et maillots fièrement arborés par certains,
s’ajoute une diffusion en boucle de chants à la gloire des Lions,
histoire sans doute d’attirer la clientèle.

Comme souvent en pareille circonstance et suivant le jeu de la
demande, les produits ont subitement connu une augmentation. ‘’Hier
les maillots étaient cédé à 5000 francs l’unité. Ce matin il faut
débourser entre 7000 et 8000 francs pour l’acheter’’, témoigne ainsi
Ibrahima Tine, un vendeur.

Trouvé devant sa boutique, Tine s’empresse de lier cette hausse à la
rareté et la difficulté de disposer du produit chez les grossistes,
lesquels ont également majoré les prix après la qualification des
Lions pour la finale.

‘’Nous sommes des patriotes et nous devons faire en sorte que tous les
supporters disposent de maillots pour pousser les Lions à la victoire.
Il y en aura pour tout le monde et à toutes les bourses’’, promet
Ibrahima Tine.

‘’La différence appliquée sur le prix des maillots est liée à la
qualité et aux coûts d’approvisionnement chez les grossistes. On peut
dire que la vente se passe très bien ce matin. On ne se plaint pas’’,
se réjouit Lamine, un autre vendeur.

Le jeune vendeur se frotte d’autant plus les mains que les maillots
proposés aux clients avaient été confectionnés bien avant la CAN.
Certains remontent même à 2017, lorsque le Sénégal s’apprêtait à
disputer la dernière Coupe du monde.

Seul bémol à ce business devenu subitement florissant, le fait que
beaucoup de supporters disposaient déjà de ce modèle. Les affaires
auraient mieux marché si de nouveaux maillots avaient été
confectionnés spécialement pour la CAN, regrette ainsi Lamine.

’’Au début de la compétition, les maillots n’intéressaient pas les
clients, mais au fur et à mesure on a constaté un changement positif
sur la vente car les supporters ont été revigorés par les victoires
successives des Lions’’, fait de son côté remarquer Khadim Amar, un
autre vendeur.

Amar se défend dans le même temps d’augmenter les prix des maillots et
autres gadgets aux couleurs nationales. ’’Chez moi, le prix des
maillots est resté le même. Rien n’a changé, je les vends aux mêmes
prix normaux qu’hier’’, soutient-il.

Pour sa part, Mara admet la hausse du prix des maillots mais en impute
la responsabilité aux grossistes.

’’Ils fixent les prix en fonction des performances de l’équipe
nationale. Maintenant que le Sénégal est en finale, ils ne dérogent
pas à cette règle’’, déplore le revendeur officiant près du sens
giratoire du marché Sandaga. Il signale un manque des maillots pour
enfants.

’’Il y a une hausse sur les prix des maillots, mais je trouve cela
normal. Il faut faire avec, car nous les Sénégalais, nous attendons
toujours le dernier moment pour faire ce que nous avons à faire. Il
est vrai que la confiance et l’optimisme n’étaient plus de rigueur à
la suite des déceptions accumulées ces dernières années’’, analyse
Idriss Gomis, un client voulant payer un maillot pour son fils.

Dans la même catégorie