ACI LA BANQUE MONDIALE OCTROIE 11,3 MILLIONS DE DOLLARS POUR SOUTENIR LA LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS ACI LA 9ÈME SESSION ORDINAIRE ADMINISTRATIVE PRÉVUE EN JUIN PROCHAIN ACI LES EXPERTS MÉDICAUX CHINOIS PARTAGENT LEUR EXPÉRIENCE SUR LA RIPOSTE AU COVID-19 ACI SOUTIEN DE LA RUSSIE AUX INDÉPENDANCES DES PAYS AFRICAINS DES ANNÉES 60 ACI LES SOCIÉTÉS RASEL-BEC ET SGEC-CONGO FAVORABES POUR LA RÉHABILITATION DES INFRASTRUCTURES D’EAU AU CHU-B AIP L’ancien abattoir de Bouna bientôt fonctionnel AIP Covid-19: l’AIAK apporte son soutien aux communautés en charge des personnes vulnérables AIP Les populations rurales plus respectueuses des mesures barrières à Toulépleu ACI LA BANQUE MONDIALE OCTROIE 11,3 MILLIONS DE DOLLARS POUR SOUTENIR LA LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS AIP Covid-19: les Coges du Bounkani invités à offrir des kits de protection dans les écoles

DOUCHE FROIDE CHEZ KRÉPIN DIATTA APRÈS UNE JOURNÉE D’EFFERVESCENCE


  20 Juillet      7        Sport (3220),

   

Dakar, 19 Juil (APS) – La demeure familiale de l’attaquant
sénégalais Krépin Diatta à Ziguinchor (sud) a vécu une ambiance
carnavalesque vendredi toute la journée, ses occupants vibrant avec le
pays entier pour une victoire finale des Lions à la Coupe d’Afrique
des nations (CAN), 2019 jusqu’à la douche froide qui a accueilli le
coup de sifflet final de l’arbitre, synonyme de nouvel échec pour
l’équipe nationale du Sénégal.

Ziguinchor, 19 Juil (APS) – La demeure familiale de l’attaquant
sénégalais Krépin Diatta à Ziguinchor (sud) a vécu une ambiance
carnavalesque vendredi toute la journée, ses occupants vibrant avec le
pays entier pour une victoire finale des Lions à la Coupe d’Afrique
des nations (CAN), 2019 jusqu’à la douche froide qui a accueilli le
coup de sifflet final de l’arbitre, synonyme de nouvel échec pour
l’équipe nationale du Sénégal.

Jusque-là une effervescence indescriptible avait rythmé la journée des
Diatta, dont la demeure avait été progressivement prise d’assaut par
les habitants du quartier dans l’espoir de vivre avec les proches du
jeune international sénégalais le premier sacre du Sénégal en CAN.

Des danses de Koumpo, des séances de Djambadong, des spécificités qui
entretiennent la richesse culturelle de la Casamance, bref tout était
bon pour faire monter la sauce en attendant l’heure fatidique, le coup
d’envoi du match à partir de 19 heures.

En début d’après-midi, une troupe de danse s’était même invitée chez
les Diatta pour encore chauffer l’ambiance et « tuer le temps » et
amoindrir la pression qui commençait à monter et était malgré tout
palpable.

« Je ne peux pas suivre le match à la télévision. Je vais sortir et
écouter la radio », dit Joseph, le père de Krépin Diatta, portant un
maillot national floqué bien évidemment du numéro 15, celui de son
fils, la démarche lente, témoignage du stress et toute la tension liés
à l’enjeu de cette rencontre.

Il a fini par s’installer sur une chaise loin de la télévision écran
géant accroché au mur de son salon bondé de monde, à l’écart de tout
le monde.

A l’intérieur, le but matinal de l’Algérie n’a pourtant pas découragé
les inconditionnels de Krépin Diatta.

« Nous y croyons. Nous avons largement le temps de revenir au score »,
dit Cédric, jeune frère de Krépin, entouré par ses amis.

A la mi-temps, tous ont réclamé l’entrée de Krépin Diatta pour espérer
changer le cours du match. A l’entrée du joueur de FC Bruges (élite
belge) aux environs de la demi-heure de jeu, c’était la clameur chez
les Diatta. Des curieux ont couru, pensant à l’égalisation du Sénégal.

Chacun y allait de son commentaire après chaque prise de balle
sénégalaise. Le pénalty accordé aux poulains d’Aliou Cissé puis refusé
après visionnage de la VAR) a mis les supporters dans tous leurs
états.

Les espoirs de revenir au score s’amenuisant, l’inquiétude et la
frustration étaient de plus en plus visibles sur les visages de
supporters si particuliers jusqu’au coup de sifflet final.

Plusieurs parmi eux étaient inconsolables, dans un silence de
cathédrale qui s’est emparée de la maisonnée. Impossible de leur
arracher le moindre mot comme réaction.

Seul Joseph, le père Diatta, un enseignant de formation, a pu garder
une certaine lucidité. « Je suis un grand sportif. J’accepte cette
défaite. C’est la loi du sport. Je suis certes déçu mais je suis très
fier de la bonne réactivité des joueurs qui ont réalisé leur meilleur
match du tournoi », analyse le père de Krépin Diatta avant de consoler
les plus jeunes.

MTN/BK/OID/ASB

Dans la même catégorie