AGP Sports-CAN 2021 : Composition finale des douze groupes éliminatoires. AGP Matoto/Santé : Des kits hygiéniques pour les femmes ACAP Ouverture à Bangui d’un atelier de renforcement institutionnel et clinique fiduciaire ACAP Ouverture à Bangui d’un atelier de renforcement institutionnel et clinique fiduciaire AIP Bientôt une convention UNJCI-CERCOM pour la formation des journalistes (Communiqué) AIP Le guichet emploi jeunes de Bouna sensibilise sur l’entrepreneuriat ANP Approbation de la création de la Mutuelle Panafricaine de Gestion des Risques et des accords de financement de près de 20 milliards de FCFA ANG Acordo parcial entre Washington e Pequim ANG “Guiné-Bissau está pronta para promover Estado de Direito”, diz DSP ANG Eleitores definem terça-feira novo panorama político

Une enquête ouverte sur le projet de renforcement de l’axe routier Bouaké-Daoukro


  15 Septembre      1        Environment (1261), Photos (3183), Society (12037),

   

Abidjan, 15 sept (AIP) – L’Agence nationale de l’environnement (ANDE), structure sous la tutelle du ministère de l’Environnement et du Développement durable, a ouvert vendredi, à M’Bahiakro, une enquête publique sur l’étude de l’impact environnemental (EIES) relative à la mise en œuvre du projet de renforcement des itinéraires Bouaké-M’Bahiakro, Daoukro-M’Bahiakro.

La cérémonie de lancement public de cette enquête présidée par le préfet du département a été, pour lui, l’occasion d’inviter les populations des villages concernés par ce projet, à se l’approprier à l’effet de faire connaître leurs préoccupations sur les impacts positif ou négatif de cet important ouvrage.

Le secrétaire administratif à la préfecture de M’Bahiakro, Bomisso Zené Lopez, a été nommé comme commissaire enquêteur pour recevoir pendant les 10 jours ouvrés que durera cette enquête, toutes les objections, oppositions et réclamations qui pourraient être faites dans le cadre de ce projet.

Le chef de la délégation, Kouao Dié Léopold, représentant la directrice de l’ANDE, a indiqué à cette occasion que l’enquête initiée obéit aux exigences de la loi de 1996 relative au respect du code de l’environnement.

La représentante du bureau d’étude chargé du projet, Kouamé Marie Gisèle a, tout en rassurant sur les retombées de ce projet pour la jeunesse en terme d’emploi, précisé que les travaux sont confiés à une entreprise chinoise créée en 1987 et présente dans 27 pays africains.

djmzb/fmo

Dans la même catégorie