MAP ONU: La résolution de la 4è Commission réitère le soutien au processus politique visant le règlement de la question du Sahara marocain MAP Sahara : Antigua-et-Barbuda soutient le processus politique en cours visant une solution de compromis MAP Sahara : le Bénin soutient l’initiative marocaine d’autonomie comme solution de compromis AIP Des femmes juristes et le HCR sensibilisent sur l’apatridie à Zébizékou AIP Les élèves-maîtres contractuels du CAFOP d’Aboisso instruits sur les droits et obligations du fonctionnaire AIP Le NDI va soutenir la CEI pour le succès des élections de 2020 (Communiqué) AIP Le ministre des Sports reçoit son dossard n°00001 pour le Handimarathon d’Abidjan (Communiqué) MAP Le Maroc et l’Afrique du Sud officialisent la normalisation de leurs relations (Presse sud-africaine) ANGOP Futsal: Definida selecção para « operação » Zâmbia ANGOP Angolano vence primeiro jogo da pré-época na NBA

Lancement mardi à Koulélé (Diffa) des travaux de construction du Pipeline Niger-Benin pour quelques 4 milliards de dollars US


  18 Septembre      2        Economy (6128),

   

Niamey, 18 Sept(ANP)-Le président de la république Issoufou Mahamadou a lancé officiellement mardi 17 septembre à Koulélé (Diffa) les travaux de construction d’un Pipeline international reliant le Niger au Benin pour un linéaire total de 1982 Km dont 1298 Km en territoire nigérien pour un investissement de près de 4 milliards de dollars américain pour la période 2019-2021.

Les travaux de construction de ce gigantesque projet de pipeline, le premier du genre au Niger contribuera incontestablement à améliorer de façon substantielle les revenus de l’Etat en même temps qu’il impactera de manière positive sur la création des emplois, le niveau de vie des populations et par-delà le développement économique et social du Niger.

Répondant à la presse, le président de la république a indiqué que « Cette 2ème phase de l’exploitation du champ pétrolier est un moment historique pour le Niger en ce sens qu’elle constitue le projet le plus grand dans l’histoire de notre pays depuis l’indépendance ».

Cette phase du champ pétrolier connaitra un investissement de près de 4 milliards de dollars américains entre 2019 et 2021. Si on tient compte des investissements programmés jusqu’en 2031, ce sont au total 7 milliards de dollars qui seront investis. Un investissement total de 7 milliards de dollars US jusqu’en 2031 dont 4 milliards de dollars US entre 2019 et 2021

Ces investissements vont soutenir la croissance du Niger dans la mesure où à partir de 2021-2022, le Niger connaitra un taux de croissance à deux chiffres. En 2022, on pense bien que le Niger aura un taux de croissance de 12%. Autant dire que ce projet va apporter près de 6 points de croissance.

« Mieux, cette seconde phase va permettre de restructurer l’économie du Niger. Jusqu’ici, le pétrole représente 4% du PIB. Il va représenter 24% du PIB Niger à partir de 2022. Ce projet va générer en 2022 près de 45% des recettes fiscales de l’Etat qui viendront du secteur pétrolier, soit d’environ 400 milliards de FCFA», a déclaré le Chef de l’Etat.

Par ailleurs, poursuit le Président de la République Issoufou Mahamadou, ce secteur va créer plusieurs emplois à la jeunesse nigérienne et augmentera la poursuite du développement des champs pétroliers. La réalisation des stations de traitement ; des centrales électriques en l’occurrence l’électrification de N’Gourti ; d’un nouvel aérodrome à Koulélé etc. A cela vient s’ajouter la réalisation de plusieurs infrastructures routières et sociales dans les régions traversées par le pipeline.

Et le Président de la République d’ajouter que s’agissant des infrastructures routières, il est convenu la réalisation de la route Diffa-N’Guigmi, frontière avec le Tchad avant de relevé que ‘’J’ai demandé à la CNPC la réalisation de la route du Pétrole qui va quitter la frontière avec la Libye pour venir à Dirkou-Bilma-Agadem jusqu’à N’Guigmi pour joindre la route Diffa-N’Guigmi frontière avec le Tchad ». En perspective, le Niger compte poursuivre la transformation du pétrole en cherchant davantage de valeur ajouté. Il sera envisagé à cet effet, l’augmentation des capacités de la Raffinerie de Zinder pour tenir compte de la consommation nationale qui est en hausse. En plus, j’ai demandé aussi à la CNPC, de réfléchir sur la mise en place d’une véritable industrie pétrochimique au Niger. Bref, on peut dire que le Niger est promis à un bel avenir sur le plan pétrolier’’.

Dans la même catégorie