ANP « Tillabéry Tchandalo » : le Comité d’Orientation informé du niveau des préparatifs AIP La HABG s’enquiert des dossiers de saisine du Procureur de la République ANG MADEM G15 procura apoio de Baciro Dja para Umaro Sissoco Embalo AGP Guinée-LONAGUI : Le Chef de l’Etat inaugure le nouveau siège. ANGOP IMF grants USD247 million to Angola ACP Le sol : un premier capital de l’agriculteur à soigner et à protéger GNA School boards urged to promote conducive environment AGP Guinée-Elections : La CECI de Ratoma assiégée par les membres des CAERLE AIP Les élèves d’Adzopé sensibilisés sur les conséquences des départs anticipés en congés AGP Dubréka-Politique : Le projet de nouvelle constitution au centre d’une conférence-débat

INAUGURATION EN DÉCEMBRE DU MUSÉE EN L’HONNEUR DU DERNIER TIRAILLEUR SÉNÉGALAIS


  11 Novembre      0        Society (11246),

   

Dakar, 11 nov (APS) – Le musée construit en l’honneur du dernier
tirailleur sénégalais de la Première Guerre mondiale (1914-1918),
Abdoulaye Ndiaye, mort en 1998, sera inauguré en décembre prochain à
Thiowor, son village natal, dans le département de Louga, a annoncé,
lundi, l’ambassadeur de la République française au Sénégal, Philippe
Lalliot.

« La France est fière d’avoir contribué à la réalisation d’un musée en
l’honneur du dernier tirailleur sénégalais, mort en 1998, Abdoulaye
Ndiaye. Ce musée sera inauguré en décembre prochain », a-t-il annoncé.

Il s’exprimait à l’occasion de la cérémonie de commémoration de la
signature en 1918 de l’armistice, qui a mis fin aux combats de la
Grande Guerre (1914-1918), à laquelle avait pris part Abdoulaye
Ndiaye.

Natif de Saint-Louis (région nord), Abdoulaye Ndiaye a intégré à 19
ans les 6e et 22e régiments d’infanterie coloniale au sein desquels il
a participé aux théâtres du nord de la France et d’Orient où il s’est
illustré à plusieurs reprises.

Ce héros sénégalais de la Grande Guerre fut le premier soldat africain
à être élevé au rang de commandeur dans la Légion d’honneur, en 1956,
après avoir été récompensé de la médaille militaire.

Il a été également honoré à titre posthume, en 2017, de la croix de
commandeur de la Légion d’honneur, par l’ambassadeur de France
d’alors, Christophe Bigot.

« Cette histoire, notre histoire ne doit pas rester confinée à quelques
pages des manuels scolaires, à quelques monuments aux morts érigés sur
les places de nos villages, à quelques cérémonies du souvenir », a
lancé l’ambassadeur de France au Sénégal, Philippe Lalliot.

« La dette que nous avons ne se résume pas à honorer et à nous souvenir
mais doit aussi nous inspirer pour l’avenir », a-t-il soutenu. Pour
lui, « le plus bel hommage que nous puissions rendre à celles et ceux
qui sont morts pour la France, c’est certainement de nous montrer
dignes de ce qu’ils ont accompli et du sacrifice qu’ils ont consenti ».

Selon lui, la construction de ce musée résulte d’une volonté de la
France de rendre hommage aux tirailleurs sénégalais qui ont joué un
« rôle irremplaçable » lors de cette terrible première guerre mondiale.

« Un rôle très longtemps sous-estimé, et aujourd’hui, on veut
véritablement marquer notre reconnaissance à ces soldats, souvent très
jeunes qui sont venus d’ici, se battre sur des terres qu’ils ne
connaissaient pas et parmi lesquels, trop ont perdu la vie sur nos
terres françaises », a-t-il fait valoir.

A l’en croire, ce musée va être au-delà de la reconnaissance,
l’occasion de montrer aux jeunes générations, ce qu’était la vie de
ces tirailleurs ainsi que les sacrifices et le courage dont ils ont
fait montre, au cours de cette guerre.

Dans la même catégorie