ANG Associação Anticorrupção defende aplicação da lei de Declaração de Bens pelos titulares de cargos públicos AGP Labé-Société : 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles. AGP Kaloum-Administration : Le Budget remanié passe de 52 milliards à moins de 13 milliards de fg ANG Ministra da saúde denuncia desaparecimento de mais de 60 milhões de fcfa nos cofres do hospital Simão Mendes ANG “O bolo orçamental para o sector da saúde não é suficiente para financiar actividades”, diz Magda Robalo AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un cadre de Sikensi exhorte les populations à vivre ensemble dans la paix AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La bibliothèque de l’EPP Magic System de Bangolo assidûment fréquentée par les élèves AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un dealer écope de trois ans de prison ferme à Danané GNA Equip SHS with Smart Boards to enhance efficiency- Government urged GNA PFC, COSMO hold end of year fun games

L’Etat engagée dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (ministre)


  16 Novembre      3        Economy (6006), Technologie (451),

   

Dakar- Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Malick Sall, a réaffirmé, samedi à Saly, l’engagement du
Sénégal en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme à travers la mise en place de structures efficaces.

’’Le Sénégal est une référence en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT).
Notre pays est conscient qu’il peut mieux faire et s’y engage résolument’’, a déclaré M. Sall.

Le Garde des Sceaux participe à la 21ième réunion du comité ministériel des pays-membres du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA), qui s’est ouverte samedi à Saly-Portudal (Mbour, ouest).

Il a réaffirmé l’engagement du Sénégal à poursuivre ce combat aux côtés des autres Etats-membres.

Selon lui, le GIABA offre un espace d’échange d’expériences entre les Etats-membres. ‘’C’est également un cadre de facilitation de la convergence de nos dispositifs de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, afin de les conformer aux standards internationaux’’, a-t-souligné.

M. Sall estime que le travail de veille du GIABA sur les risques, l’étude des tendances et méthodes de la délinquance financière ainsi que l’évaluation régulière des dispositifs de lutte de ses Etats membres contre ces fléaux, ’’est un acquis important dans le cadre de la prévention des menaces sécuritaires qui pèsent sur nos Etats’’.

’’Ces questions sont d’une grande importance pour notre pays, comme en témoigne la place qu’elles occupent dans le Plan Sénégal émergent (PSE), cadre de référence en matière de politique de développement qui traduit la vision du chef de l’Etat. En effet, l’un des trois axes, autour desquels est bâti le PSE, est dédié à la gouvernance, aux institutions, à la paix et la sécurité’’, a-t-il expliqué.

La mise en œuvre de la stratégie nationale sera une étape décisive dans ce combat pour lequel, le cadre législatif et réglementaire est déjà balisé, avec l’adoption, en 2018, de la loi sur le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme et de ses décrets d’application, selon le ministre de la Justice.

L’adaptation du cadre juridique fera progressivement l’objet d’ajustements opportuns, en vue de renforcer notamment le dispositif de prévention, a t-il encore relevé.

’’Des moyens substantiels devront également être déployés pour une sensibilisation de tous les acteurs, y compris les populations. Les recommandations issues des évaluations périodiques de notre dispositif nous permettent de mesurer nos avancées et d’envisager le chemin qui reste à parcourir’’, a-t-il encore dit.

Ces actions démontrent encore, si besoin en est, l’engagement du Sénégal, aux côtés de l’ensemble des Etats membres du GIABA, à œuvrer pour lutter efficacement contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, a assuré Malick Sall.

Dans la même catégorie