GNA Minister calls on African countries to boost trade in animal commodities GNA OCP Fondation working to reform fertilizer application regime GNA Eastern Regional HSWU threatens strike action ANP Zinder : Conférence sur la vulgarisation du dividende démographique en milieu universitaire ANP Attaque d’Inatès : le chef d’état-major des armées de France présente des condoléances au Président Issoufou AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Dix finalistes retenus pour le prix de l’innovation des secteurs hydrocarbures et énergie AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Une association d’élèves à Taï désapprouve les congés anticipés AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Mise en service du Datacenter d’un fournisseur de services de télécommunication au VITIB (Communiqué) MAP La Turquie réitère son « plein soutien » à l’intégrité territoriale du Maroc AIB Province du Sourou: Le CEG de Bonou attaqué par des individus armés

MISE EN ŒUVRE DES ODD : L’IDEP PRIVILÉGIE L’URBANISATION ET LA TERRITORIALISATION


  20 Novembre      0        Economy (6087),

   

Dakar, 19 nov (APS)- L’Institut de développement économique et de
planification (IDEP) place l’urbanisation et la territorialisation au
cœur du développement des villes, a rappelé mardi à Dakar, sa
directrice, Karima Bounemra Ben Soltane.

‘’Il s’agit de maximiser le rôle moteur de l’urbanisation et de la
territorialisation du développement dans le cadre de la mise en œuvre
des objectifs de développement durable (ODD)’’, a-t-elle expliqué au
cours d’un débat consacré à la territorialisation des objectifs de
développement durable (ODD) et de gouvernance urbaine.

Pour des villes saines et bien organisées, il est important de
s’atteler à une gestion optimisée des déchets qu’elles produisent, les
minimiser en termes de production et les transformer en sorte que, la
gouvernance soit participative, a indiqué Mme Soltane.

Pour la directrice de l’IDEP, les villes constituent des moteurs de
croissance économique, lorsqu’elles sont bien gérées et bien
planifiées.

Elle a insisté sur le fait que le continent connaissait une
urbanisation rapide matérialisée par des chiffres montrant que 14% des
africains étaient citadins en 1950.

‘’Aujourd’hui, il est prévu qu’en 2050, ce chiffre va atteindre 56%,
a-t- dit sans autre précision.

‘’Le constat est là c’est un continent qui s’urbanise et qui le fait
très rapidement. Cela fait qu’à l’horizon 2050 beaucoup, parmi les
villes les plus peuplées au monde, seront en Afrique’’ a- t-elle fait
observer, en rappelant que 8 des 10 villes les plus menacées par les
changements climatiques seront aussi sur notre continent.

Elle a ajouté que le développement démographique du continent fait
qu’il existe une autre caractéristique tersé importante’’. Il s’agit,
selon elle, de croire que l’urbanisation galopante était également le
fruit du développement des zones rurales.

‘’Nous avons les taux de natalité parmi les plus importants au monde
et dans les zones rurales elles-mêmes, les villages deviennent de
petites villes. Même le milieu rural se développe’’, a fait remarquer
la directrice de l’IDEP.

Elle a ainsi appelé à réfléchir sur la territorialisation du
développement, soulignant qu’il n’était pas possible d’avoir des
politiques publiques en ignorant la dimension spatiale dans
l’évaluation des besoins des populations.

‘’Il faut planifier de manière plus fine en fonction de données, mais
également apporter des solutions de financements innovants en fonction
des régions, villes et zones rurales’’, a par exemple proposé Karima
Bounemra Ben Soltane.

Mme Ben Soltane veut également que la parole soit donnée aux
communautés rurales afin qu’elles participent de manière intégrée à la
prise de décisions à l’identification des priorités, à la mise en
œuvre des ODD.

MISE EN ŒUVRE DES ODD : L’IDEP PRIVILÉGIE L’URBANISATION ET LA TERRITORIALISATION


  20 Novembre      0        Economy (6087),

   

Dakar, 19 nov (APS)- L’Institut de développement économique et de
planification (IDEP) place l’urbanisation et la territorialisation au
cœur du développement des villes, a rappelé mardi à Dakar, sa
directrice, Karima Bounemra Ben Soltane.

‘’Il s’agit de maximiser le rôle moteur de l’urbanisation et de la
territorialisation du développement dans le cadre de la mise en œuvre
des objectifs de développement durable (ODD)’’, a-t-elle expliqué au
cours d’un débat consacré à la territorialisation des objectifs de
développement durable (ODD) et de gouvernance urbaine.

Pour des villes saines et bien organisées, il est important de
s’atteler à une gestion optimisée des déchets qu’elles produisent, les
minimiser en termes de production et les transformer en sorte que, la
gouvernance soit participative, a indiqué Mme Soltane.

Pour la directrice de l’IDEP, les villes constituent des moteurs de
croissance économique, lorsqu’elles sont bien gérées et bien
planifiées.

Elle a insisté sur le fait que le continent connaissait une
urbanisation rapide matérialisée par des chiffres montrant que 14% des
africains étaient citadins en 1950.

‘’Aujourd’hui, il est prévu qu’en 2050, ce chiffre va atteindre 56%,
a-t- dit sans autre précision.

‘’Le constat est là c’est un continent qui s’urbanise et qui le fait
très rapidement. Cela fait qu’à l’horizon 2050 beaucoup, parmi les
villes les plus peuplées au monde, seront en Afrique’’ a- t-elle fait
observer, en rappelant que 8 des 10 villes les plus menacées par les
changements climatiques seront aussi sur notre continent.

Elle a ajouté que le développement démographique du continent fait
qu’il existe une autre caractéristique tersé importante’’. Il s’agit,
selon elle, de croire que l’urbanisation galopante était également le
fruit du développement des zones rurales.

‘’Nous avons les taux de natalité parmi les plus importants au monde
et dans les zones rurales elles-mêmes, les villages deviennent de
petites villes. Même le milieu rural se développe’’, a fait remarquer
la directrice de l’IDEP.

Elle a ainsi appelé à réfléchir sur la territorialisation du
développement, soulignant qu’il n’était pas possible d’avoir des
politiques publiques en ignorant la dimension spatiale dans
l’évaluation des besoins des populations.

‘’Il faut planifier de manière plus fine en fonction de données, mais
également apporter des solutions de financements innovants en fonction
des régions, villes et zones rurales’’, a par exemple proposé Karima
Bounemra Ben Soltane.

Mme Ben Soltane veut également que la parole soit donnée aux
communautés rurales afin qu’elles participent de manière intégrée à la
prise de décisions à l’identification des priorités, à la mise en
œuvre des ODD.

Dans la même catégorie