GNA Court convicts driver for theft GNA Court fines driver for careless driving GNA Court dismisses application for disclosures in treason trial ACP Le PNUD accompagne la RDC dans ses efforts de redressement ACP L’application de l’IPR est un devoir civique pour tout fonctionnaire de l’Etat, soutient Yollande Ebongo ACP Denise Nyakeru Tshisekedi sollicite l’accompagnement des investisseurs britanniques pour sa Fondation ACP Un émissaire de João Lourenço reçu par Félix Tshisekedi APS LE KHALIFE GÉNÉRAL DES KHADRES ATTENDU À DIOURBEL À PARTIR DU 12 FÉVRIER APS GAMOU DE KAYMOR : L’ÉTAT DE LA PISTE D’ACCÈS ET L’ÉLECTRIFICATION DE LA COMMUNE PRÉOCCUPENT LE COMITÉ D’ORGANISATION APS LE 2E VICE-PRÉSIDENT DE LA CAF SOUHAITE LE MAINTIEN DE LA COOPÉRATION AVEC LA FIFA

Dubréka-Politique : Le projet de nouvelle constitution au centre d’une conférence-débat


  6 Décembre      1        Politics (6452),

   

Conakry, 06 déc. (AGP)- Une Conférence-Débat portant sur le thème : « Quelle constitution pour la Guinée ? » a été a animée vendredi, 06 décembre 2019 par le collectif des enseignants pour la participation au débat national à  Dubréka.

 

C’est la maison des jeunes qui a servi de cadre à cette conférence.

 

Cette conférence-débats a regroupé toutes les sensibilités sociales de la préfecture : les autorités locales, élus locaux, les femmes, la jeunesse, les religieux, les partis politiques de la mouvance et de l’opposition.

 

Les débats ont porté sur quatre questions-réponses : c’est quoi la constitution ? Est-ce qu’une constitution est changeable ? Qu’est-ce qu’on reproche à l’actuelle constitution ? Et en fin quelle constitution pour la Guinée ?

 

Les conférenciers sont uniquement constitués de professeurs d’université qui sillonnent actuellement le pays pour débattre de la problématique du projet de changement constitutionnel.

 

En répondant à ces questions, le chef de la délégation du collectif Sory Sidibé, un politologue, a ressorti les faiblesses de la constitution en vigueur. Il a mis un accent sur son caractère non participatif. Il a dit que c’est une loi qui n’émane pas du peuple car, dit-il, elle n’a pas été adoptée par voie référendaire ; ce que le principe en droit n’admet pas.

 

Il a ensuite souligné certaines insuffisances. A savoir le nombre élevé d’institutions républicaines qui coûte cher à l’Etat, le non-respect de genre et équité, l’inexistence des passages dans la loi qui reconnaissent la place et le rôle prépondérant que pourraient jouer les sages (SOTI Kèmo ou Kountigui).

 

Ces explications du conférencier n’ont pas convaincu l’ensemble, mais elles ont donné le courage à certains de se prononcer en faveur d’une nouvelle constitution en Guinée.

Dans la même catégorie