ANP La Banque Mondiale accorde au Niger un appui budgétaire de 150 milliards de francs CFA AIP La communauté artistique de Côte d’Ivoire rend hommage à Gon Coulibaly AIP Côte d’Ivoire-AIP/ COVID-19 : Une société minière offre une 3ème tranche de dons aux populations de Hiré AIP Cote d’Ivoire-AIP/ COVID-19: 49 nouveaux cas et 269 guéris le 11 août 2020 (Ministère) GNA COVID-19: UNFPA donates to reduce risks of frontline health workers GNA First degree is a minimum qualification for teaching at Basic Schools-Minister GNA First degree is a minimum qualification for teaching at Basic Schools-Minister GNA Family inability to pay for education shouldn’t deny child’s access-Minister GNA First Lady supports Ga Mashie Homowo festival GNA COVID-19 and Koku the undertaker

Dubréka-Politique : Le projet de nouvelle constitution au centre d’une conférence-débat


  6 Décembre      2        Politics (9281),

   

Conakry, 06 déc. (AGP)- Une Conférence-Débat portant sur le thème : « Quelle constitution pour la Guinée ? » a été a animée vendredi, 06 décembre 2019 par le collectif des enseignants pour la participation au débat national à  Dubréka.

 

C’est la maison des jeunes qui a servi de cadre à cette conférence.

 

Cette conférence-débats a regroupé toutes les sensibilités sociales de la préfecture : les autorités locales, élus locaux, les femmes, la jeunesse, les religieux, les partis politiques de la mouvance et de l’opposition.

 

Les débats ont porté sur quatre questions-réponses : c’est quoi la constitution ? Est-ce qu’une constitution est changeable ? Qu’est-ce qu’on reproche à l’actuelle constitution ? Et en fin quelle constitution pour la Guinée ?

 

Les conférenciers sont uniquement constitués de professeurs d’université qui sillonnent actuellement le pays pour débattre de la problématique du projet de changement constitutionnel.

 

En répondant à ces questions, le chef de la délégation du collectif Sory Sidibé, un politologue, a ressorti les faiblesses de la constitution en vigueur. Il a mis un accent sur son caractère non participatif. Il a dit que c’est une loi qui n’émane pas du peuple car, dit-il, elle n’a pas été adoptée par voie référendaire ; ce que le principe en droit n’admet pas.

 

Il a ensuite souligné certaines insuffisances. A savoir le nombre élevé d’institutions républicaines qui coûte cher à l’Etat, le non-respect de genre et équité, l’inexistence des passages dans la loi qui reconnaissent la place et le rôle prépondérant que pourraient jouer les sages (SOTI Kèmo ou Kountigui).

 

Ces explications du conférencier n’ont pas convaincu l’ensemble, mais elles ont donné le courage à certains de se prononcer en faveur d’une nouvelle constitution en Guinée.

Dans la même catégorie