GNA GJA condemns threat against Parliamentary Press Corps GNA Parliament and media must cooperate in the national interest – Ayeboafoh GNA GNA partners Nestle Ghana on social campaign on iron deficiency GNA Countries must be ready to deal with possible first case – WHO GNA Practice good lifestyles and eating habits-Prof Akosa GNA Lancaster University Ghana appoints Prof McIver as new Provost GNA Award scholarships to poor but brilliant students – GRASAG GNA Parliament approves proposed $993m multi-purpose Pwalugu Dam project GNA Internal Auditors need autonomy to end corruption- Domelevo GNA Keep MoMo Wallet pins secretly – MTN

«Il n’y a pas de vague d’enlèvements d’enfants au Gabon !» (Porte-parole du gouvernement)


  21 Janvier      1        Society (13304),

   

Libreville, 21 Janvier (AGP) – C’est ce qu’on peut retenir de la sortie du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, le lundi 20 janvier au soir, sur les antennes de Gabon Télévision. Anicet Mboumbou Miyakou réagissait ainsi aux nombreuses allégations de rapts d’enfants distillés depuis une semaine sur les réseaux sociaux notamment.

Une communication gouvernementale à propos, et conforme au souhait de l’Agence Gabonaise de Presse (AGP) qui appelait, dans une série d’articles le lundi matin, à une communication officielle sur ces questions.

Le Porte-parole du gouvernement a reconnu l’unique cas «Rinaldi», du nom du garçon de 3 ans enlevé il y a 8 jours à Bitam, dans le nord du Gabon. Il refuse cependant que des esprits mal intentionnés se servent de ce cas pour en faire une généralité, et créer la psychose dans le pays.

Aussi, le ministre gabonais en charge de la Communication, a-t-il appelé, «sans pour autant minimiser les cas réels qui pourraient exister et pour lesquels la justice n’est pas encore saisie», les uns et les autres à la retenue, et la saisie des autorités judiciaires en cas de besoin.

Mieux, le membre du gouvernement a lancé un avertissement à tous ceux qui, «sur les réseaux sociaux ou ailleurs, expriment des propos abusifs, insultants ou mensongers» sur ces questions. Des déclarations qu’il a jugé répréhensibles, parce que de nature à semer le trouble à l’ordre public.

Dans la même catégorie