AIP Des espaces publics désinfectés à Korhogo AIP COVID-19: Des dons du Gouvernement aux populations de Maféré AIP La BCEAO encourage la promotion des paiements électroniques (MENUP) AIP COVID-19 : Une brasserie fait divers dons à l’hôpital d’Anyama AIP Le non respect du couvre-feu à Bocanda dénoncé AIP Deux cambrioleurs épinglés à Niakara lors du couvre-feu vol à Niakara ANP Le président de l’Association Islamique du Niger tire sa révérence AIP COVID-19: Deux personnes retranchées à l’intérieur du pays acheminées sur Abidjan APS NGUÉNIÈNE-PEULH RÉAFFIRME SON ADHÉSION AU PRODIMEL APS NGUÉNIÈNE-PEULH RÉAFFIRME SON ADHÉSION AU PRODIMEL

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  17 Février      16       

   

Rabat, 17/02/2020 (MAP) – La presse africaine parue lundi focalise sur de nombre de sujets, notamment la visite de Mike Pompeo au Sénégal, la situation de l’économie sud-africaine, l’exploration pétrolière au Gabon et la situation sécuritaire au Mali.

Le Sénégal selon Pompeo « est un havre de démocratie », titre la Une du quotidien à grand tirage +Le Soleil+, faisant état de la signature de cinq mémorandums d’entente et des assurances dans le soutien à la lutte contre le terrorisme, ayant marqué la visite de 48 à Dakar du secrétaire d’Etat américain.

Au cours d’une conférence de presse conjointe avec son homologue sénégalais Amadou Bâ, Pompeo a magnifié la démocratie sénégalaise, réitérant l’appui de Washington à Dakar, notamment dans la lutte contre le terrorisme, écrit la publication.

Sur le même sujet, +Libération+ informe que cinq mémorandums d’entente portant sur le financement et l’exécution de projets dans les secteurs de l’énergie, de la santé et des infrastructures, ont été signés dimanche à Dakar, entre des entreprises américaines et des structures publiques sénégalaises, en marge de la visite de Pompeo.

+L’Observateur+ relève, à ce sujet, que le Sénégal attire de plus en plus les grandes puissances économiques du monde, faisant état des multiples accords de partenariats signés récemment avec la Turquie, le Canada et les Etats-Unis.

Au Gabon, +l’Union+ s’intéresse au secteur pétrolier. Il écrit dans ce sens que les ministres du Pétrole, du Gaz, des Hydrocarbures et des Mines, Vincent de Paul Massassa, et de l’Économie, Jean Marie Ogandaga, ont signé, vendredi, trois contrats d’exploration et de partage de production (CEPP) entre l’État gabonais et la compagnie pétrolière Perenco Exploration SA.

Fruits de négociations entre l’Etat gabonais et la société Perenco Exploration Gabon SA dans le cadre de consultations directes, conformément aux dispositions du nouveau code des hydrocarbures, la société qui souhaite investir 90 millions de dollars dispose d’une période d’exploration de huit ans, ajoute la publication, notant qu’à travers cette signature de contrat, la société Perenco Exploration Gabon SA se positionne dans le domaine de la recherche pétrolière en zone conventionnelle où de nombreuses découvertes ont déjà été faites.

Son confrère +Gabon Matin+ souligne que la capitale gabonaise abrite du 17 au 20 février la 44è assemblée générale de la fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (FANAF), notant que cette assemblée sera marquée par l’élection le 20 février du président de la fédération.

En Afrique du Sud, +Eyewitness News+ s’arrête sur le discours sur l’état de la nation (Sona-2020), notant que l’agence de notation Fitch a estimé que le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, n’a fourni que des détails partiels sur les mesures prévues pour redresser des secteurs clés tels que celui de l’énergie.

Le discours ne contient pas les éléments qui auraient pu rassuré les investisseurs et ne montre pas que le gouvernement dispose d’un plan clair pour résoudre les problèmes structurels profondément enracinés dans l’économie sud-africaine, qui compte parmi les plus industrialisée du continent.

Pour sa part, +News24+ revient sur la décision des États-Unis de suspendre l’exemption de l’Afrique du Sud des lois sur les recours commerciaux, notant que le ministère sud-africain du Commerce et de l’Industrie a indiqué que les implications de cette décision sur les exportations du pays « nécessiteront une évaluation plus approfondie ».

Cependant, comme le gouvernement sud-africain n’accorde pas de subventions à l’industrie ou à l’agriculture qui sont illégales en vertu l’Accord de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les subventions et les mesures compensatoires , la décision américaine ne devrait pas avoir d’impact direct sur les exportations du pays, a précisé le ministère, cité par le journal.

Au Kenya, le journal Daily Nation rapporte lundi que le Trésor parie sur le modèle de partenariat public-privé (PPP) pour financer jusqu’à un tiers des projets du président Uhuru Kenyatta dans le sillage de la dette publique croissante.

Le ministère des Finances a révélé que 80 projets d’une valeur de 1,1 billion de shillings (11,4 millions de dollars) seront réalisés au cours de l’année jusqu’en juin 2020.

« La valeur totale estimée de ces projets est de 11,422 millions de dollars (1,14 billion de shillings) », a déclaré M. Ukur Yatani, ministre des finances, dans la déclaration de politique budgétaire (BPS) 2020 déposée au Parlement jeudi dernier.

Cité par le quotidien, le ministre a précisé que les projets couvraient divers secteurs de l’économie, l’essentiel étant dans les transports et les infrastructures, l’énergie, la santé et l’éducation.

Au Ghana, +Daily Guide+ s’intéresse à l’accident de la route qui a fait neuf morts et 51 autres blessées, survenu dimanche sur la route de Monkra dans la région d’OTI au sud-est du Ghana.

L’accident est survenu lorsqu’un véhicule utilitaire s’est renversé, entrainant des morts et des blessés, a indiqué le commandant de la police du district de Kete Krachi, Kwabena Nkrumah, cité par le quotidien, notant que les enquêtes préliminaires démontrent qu’une défaillance mécanique a provoqué l’accident.

Son confrère, +Ghanaian Times+ rapporte que le ministère de la Santé a assuré que les ghanéens vivant tant au pays qu’en Chine qu’ils sont à l’abri du coronavirus et que le gouvernement continue de suivre la situation de près et prend des mesures pour veiller sur leur santé.

Eu égard aux appels réclamant l’évacuation des Ghanéens surtout étudiants en Chine, le ministère a fait savoir l’urgence d’une telle opération n’est pas dans son programme, indique la publication.

En Ethiopie, la presse revient sur la lutte antiacridienne, la situation des femmes éthiopiennes dans les pays du Golfe et la saisie de drogue à l’aéroport de la capitale Addis-Abeba.

+THE REPORTER+ continue de s’intéresser à la lutte antiacridienne en focalisant sur les efforts déployés par le ministère éthiopien de l’Agriculture pour atténuer l’ampleur de la propagation du criquet pèlerin venu de l’Afrique de l’Est.

Sue un autre registre, +FANA BC+ rapporte que le Premier ministre, Abiy Ahmed, en visite aux Emirats arabes unis, a déploré les conditions des femmes éthiopiennes en situation irrégulière dans les pays du Golfe.

Le Premier ministre qui a tenu des consultations avec des femmes éthiopiennes venues de Djeddah, Dubaï, Abou Dhabi, Beyrouth, Jazan, Riyad et d’autres villes de Bahreïn, a affirmé qu’il va œuvrer avec les gouvernements de ces pays pour trouver une solution à cette situation due à la migration irrégulière, relève le média éthiopien.

+NEW BUSINESSE ETHIOPIA+ revient, quant à lui, sur la saisie à l’aéroport international Bole de la capitale Addis-Ababa de 3,9 kilogrammes de cocaïne et l’arrestation de trois ressortissants du Brésil, de la Bolivie et du Ghana.

Les trois trafiquants, dont deux femmes, en provenance de Sao Paulo au Brésil, comptaient se rendre à Mumbai, en Inde, écrit le média.

A Djibouti, le quotidien +La Nation+ rapporte que les autorités djiboutiennes ont lancé des séminaires de formation et de sensibilisation visant les professionnels de la santé afin de se conformer aux recommandations de l’OMS en matière de préparation et de gestion des cas suspects de Coronavirus.

« Il s’agit d’un exercice d’anticipation qui dotera les professionnels de la santé d’informations utiles sur les meilleures pratiques de prévention, sur les normes et les spécificités des cas suspects ainsi que sur la gestion du Coronavirus », écrit le journal.

Des formations similaires devront être généralisées dans toutes les structures hospitalières du pays afin de permettre aux professionnels de la santé d’acquérir suffisamment de connaissances sur les mesures adéquates à prendre en cas d’apparition ou de suspicion de cas de coronavirus, ajoute la publication.

En RD Congo +Forum des As+ revient sur le meeting de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti du président Tshisekedi. Devant les combattants et cadres du parti, mais aussi des alliés, le président de l’UDPS a déclaré: « Nous devons protéger et conserver par tous les moyens légaux la moindre parcelle de pouvoir déjà conquise en ce jour. L’UDPS est au pouvoir aujourd’hui, demain et éternellement », rapporte l’auteur de l’article.

Le parti est déterminé à “instaurer un autre système politique, celui rendant effectif l’Etat de droit, socle du développement par excellence « , a-t-il ajouté.

+Média Congo+ revient sur le Programme des 100 Jours du chef de l’Etat congolais, dont le retard qu’a pris sa réalisation a créé une controverse en RDC. “Nicolas Kazadi, ambassadeur itinérant du chef de l’État Félix Tshisekedi dément catégoriquement les accusations portées contre sa personne et qui circulent sur les réseaux sociaux dans le cadre de ce Programme”, rapporte l’auteur de l’article.

Il dénonce une « vaste campagne de calomnies, mensongère et absurde », ajoute-t-il.

Au Mali, +L’indépendant+ rapporte en citant le Premier ministre , Boubou Cissé, qu’une attaque contre le village peul d’Ogossagou survenue vendredi au centre du Mali a fait à 31 morts.

« Alors que des efforts pour déployer nos FAMa (Forces armées maliennes) sur l’ensemble du territoire se poursuivent et que des actes d’adhésion à la paix se sont multipliés dans différentes localités, Ogossagou a connu une nouvelle attaque meurtrière faisant 31 morts », a indiqué le Premier ministre malien, en présentant ses condoléances aux familles endeuillées, selon le journal.

Et d’ajouter que la Mission de l’ONU au Mali (MINUSMA) a fermement condamné cette attaque .

Au Rwanda, la presse locale rapporte que la ministre rwandaise de la Santé, Diane Gashumba, a remis ce weekend une lettre au Premier Ministre, Edouard Ngirente, dans laquelle elle annonce sa démission.

Citant une déclaration du président rwandais Paul Kagame, +KT Press+ écrit que « la démission de la ministre de la Santé survient suite à des fautes graves et à une mauvaise gestion, dont n’a cessé de faire preuve l’intéressée ».

Le journal indique que le chef de l’Etat a expliqué, lors d’une conférence, que la responsable a commis des « erreurs graves et répétées », dont certaines sont liées à la préparation du pays face à l’épidémie du Coronavirus.

De son côté, +RNA+ note qu’il s’agit de la troisième démission d’un membre du gouvernement au cours des trois dernières semaines, ajoutant que le secrétaire d’Etat chargé des Affaires constitutionnelles et le secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement avait également remis leur démission suite à des « fautes professionnelles graves ».

En Côte d’Ivoire, « Fraternité Matin » rapporte que le Président ivoirien Alassane Ouattara, a procédé vendredi à Paris à l’inauguration de la Bibliothèque Félix Houphouet-Boigny, de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, en compagnie de la Première Dame de Côte d’Ivoire, Mme Dominique Ouattara, ainsi que de plusieurs membres du gouvernement ivoirien.

A cette occasion, Pierre Gény, Secrétaire Perpétuel de l’Académie des Sciences d’Outre-mer, a indiqué que la bibliothèque de l’Académie dispose d’un fonds de près de 100.000 volumes relatifs à tous les enjeux et toutes les problématiques de l’outre-mer (politiques, économiques, culturelles, sociaux, démographiques et scientifiques) dont près d’un millier d’ouvrages, de cartes et de photographies rares sur la Côte d’Ivoire.

Sur un autre registre, « Soir Info » indique que le déficit de financement d’infrastructures en Côte d’Ivoire jusqu’en 2040 est estimé à 50 milliards de dollars US, soit environ 30.150 milliards Francs CFA, selon le rapport de diagnostic-pays de la Banque africaine de développement (BAD) sur le financement à long terme (LTF) pour la Côte d’Ivoire.

Le déficit de financement pour les infrastructures hydrauliques et dans l’électricité est le plus important, indique la BAD, ajoutant que des besoins notables existent aussi dans le secteur des routes, du chemin de fer, des aéroports, des ports et télécommunications.

Dans la même catégorie