Inforpress Covid-19/Boa Vista: Rabil recebe campanha de desinfecção e de sensibilização  Inforpress Maio: Francisca Neves, a parteira que se dedicou à prática com “espírito de missão” ANP Crise sanitaire de COVID 19 : la Turquie plaide pour une réponse mondiale face à un défi mondial (Ministre) ABP Le port systématique de masque de protection exigé aux populations du Plateau dès ce Mercredi ABP Des requérants d’actes de naissance dispersés par la police à Abomey ABP L’ONG Gbèwa offre des lave-mains aux services déconcentrés de l’Etat à Pobè ABP La sécurisation des frontières fluviales avec le Togo préoccupe le préfet du Mono ABP Il tue son beau-frère et s’enfuit ABP Une quarantaine de dossiers inscrits à l’ordre du jour de la 1ère session ordinaire de l’Assemblée nationale ABP COVID-19 : La recrudescence du trafic des passagers par voies de contournement observée à Hillacondji

La BAD lance le projet « 50 millions de femmes africaines ont la parole »


  28 Février      34        Economy (7362),

   

Rabat, 28/02/2020 (MAP) – Le projet « 50 millions de femmes africaines ont la parole (50 MFAP) », une plateforme conçue et financée par la Banque africaine de développement (BAD) pour appuyer les femmes entrepreneures, a été officiellement lancé, vendredi à Abidjan.

« Ce projet vise d’une part, au terme de trois années, à améliorer la capacité d’accès à l’information et au financement des femmes et, d’autres part, à les mettre en réseau avec des institutions et partenaires pour leur apporter un appui », a dit à cette occasion la ministre ivoirienne de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Bakayoko-Ly Ramata, ajoutant que ce projet revêt une importance capitale pour la femme africaine mais aussi pour l’Afrique.

Elle a invité les femmes entrepreneures à s’approprier cet outil afin de bénéficier des ressources qui seront mises à leur disposition et de renforcer leurs capacités entrepreneuriales en vue de devenir de véritables chefs d’entreprises.

Le projet 50 MFAP est implanté dans 38 pays africains et mis en œuvre par le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), la Communauté est-africaine et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

En Côte d’Ivoire, le projet est dirigé par une équipe de 15 représentantes issues du secteur privé, de la société civile et du public. Au niveau régional, le centre de la CEDEAO pour le développement du genre assure l’administration.

Dans la même catégorie