AIP Covid-19: La grande Chancelière fait don de kits sanitaires aux populations de Jacqueville AIP COVID-19 : Un enseignant testé positif à Bocanda conduit à Abidjan AIP COVID-19: Un million de masques de protection mis à la disposition des élèves et étudiants AIP Des convois organisés pour le retour des étudiants dans leur université AIP La jeunesse du RHDP du Moronou fait sa rentrée politique GNA Queen mother supports COVID-19 fight with PPE GNA Institute urges US Government to protect citizens GNA Groups express concern over boundary dispute between Mion and Jagbun GNA COVID19: Volta Region case count reaches 75 GNA ‘Let’s not stampede President Akufo-Addo to lift restrictions’

Les piroguiers de Togomey à Hillacondji sensibilisés sur les dangers du transport fluvial


  31 Mars      0        LeaderShip Feminin (4607),

   

Porto-Novo, 31 Mars (ABP) – Le commissaire de Hillacondji, le capitaine Teffa Sambieni a sensibilisé samedi les piroguiers qui aident les voyageurs à se rendre à Lomé ou au Bénin par les voies de contournement fluviales à Togomey dans l’arrondissement de Hillacondji, sur les risques auxquels ils s’exposent, a appris l’ABP.

Malgré le renforcement des patrouilles policières au niveau de la lagune de Grand-Popo, longue de 20 kilomètres, certains voyageurs continuent de rallier le Bénin ou le Togo par les cours d’eau qui servent de frontières naturelles entre les deux Etats.

C’est fort de ce constat que le commissariat de Hillacondji a organisé au profit des piroguiers de Togomey, cette séance de sensibilisation afin de leur expliquer les risques qu’ils encourent et ceux auxquels ils exposent ces voyageurs clandestins, malgré la fermeture des frontières togolaises depuis une semaine.

Selon le commissaire, les piroguiers ont salué la démarche de la Police républicaine et ont promis collaborer pour dénoncer les auteurs et complices de ces actes d’incivisme.

Pour rappel, le Togo, dans ses mesures de lutte contre la pandémie de coronavirus sur son territoire, a fermé depuis le samedi 21 mars ses frontières terrestres.Une fermeture qui a donné de l’ampleur au trafic fluvial par les cours d’eau reliant les deux pays voisins. Il faut également rappeler que mardi dernier, trois voyageurs clandestins dont un Béninois et deux togolaises ont trouvé la mort dans ces cours d’eau.

Dans la même catégorie