ANP Le Niger se dote d’une Politique nationale en science, technologie et innovation ANP Création au Niger d’une Agence de Promotion du Tourisme ANP Covid-19 : Prorogation pour trois mois de l’état d’urgence sanitaire au Niger ANP Niger : Révision du plan de campagne agropastorale 2020 et du programme de cultures irriguées 2020-2021 ANP « Les droits des femmes face à la propagation de la covid-19 » au cœur de la Journée Mondiale de la Population AIP NSOA: 275 élèves officiers et sous-officiers des Douanes présentés au drapeau AIP COVID-19 : La Côte d’Ivoire franchit la barre des 12.000 cas confirmés GNA Voters Registration: Over three million registration recorded so far GNA Be professional not partisan – Police told GNA KMA to set up two sanitation courts

LES EXPERTS MÉDICAUX CHINOIS PARTAGENT LEUR EXPÉRIENCE SUR LA RIPOSTE AU COVID-19


  26 Mai      3        Migration (932), Photos (3522),

   

BRAZZAVILLE, 26 MAI (ACI) – La délégation des experts médicaux chinois a partagé, le 25 mai à Brazzaville, aux médecins et aux autres agents soignants de l’hôpital Mère-Enfant Blanche Gomez l’expérience chinoise sur le mécanisme national de prévention et de contrôle des épidémies, en vue de les aider à lutter efficacement contre le coronavirus qui est une menace pour les populations du monde entier.

La chargée des missions au ministère de la Santé, de la population, de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Mme Cornélie Adou Ngapy, a fait savoir que l’accord signé entre le Congo et la Chine en mai dernier prévoyait l’envoi au Congo d’une équipe d’experts médicaux pour des échanges d’expériences selon les besoins concrets des services de santé de la partie congolaise, en vue de mieux riposter à la pandémie.

Selon le conférencier, M. Han Guang Yue, la Chine est le tout premier pays qui a donné un exemple élogieux de riposte contre la Covid-19, grâce à un système de commandement efficace, une mobilisation sans précèdent de la population chinoise, les principes de 4 précautions, 4 concentrations et la mise en place d’une technologie sophistiquée en matière d’information et de sensibilisation.

M. Han Guang Yue a affirmé que la construction des sites et des hôpitaux d’urgence ainsi que la formation d’une élite de riposte en Chine ont été un facteur déterminant pour contrecarrer l’avancée fulgurante du virus dans le pays. Ces centres avaient une capacité d’accueil de plus de 12.000 patients et près de 35.000 personnes y étaient soignées par jour.

D’après lui, s’agissant du traitement, la Chine a combiné la médecine de base et la médecine clinique d’une part. D’autre part, elle a associé les médecines traditionnelle et occidentale.

En effet, pour mieux tester les patients, un diagnostic en 3 phases était mis en application, à savoir le test sérologique, l’analyse du sang et le test d’acide nucléique. Aussitôt arrivé, le patient se faisait enregistrer en remplissant un formulaire. Au cas où il présentait quelques signes cliniques comme une toux sévère, de fortes fièvres et la diarrhée, il était placé au département médical ou au département clinique, selon les cas, a expliqué M. Han Guang Yue.

« Les sujets contaminés étaient séparés et placés dans des salles en tenant compte du sexe et de l’âge. Le personnel soignant devait se protéger correctement avec des masques de protection, des gants et des lunettes médicaux pour éviter toute forme de contamination. La protection individuelle devait être renforcée par la mise en application strict et sévère des mesures barrières », a-t-il poursuivi.

La délégation d’experts médicaux chinois a aussi formé la partie congolaise sur les spécificités des enquêtes épidémiologiques, les exigences du travail et sur la méthode d’identification et de confinement des personnes de proches contacts, a-t-on constaté. (ACI/Jean Marie Banzouzi)

Dans la même catégorie